SOLDES13L’avantage avec le chômage, c’est que t’as du temps à combler.

L’inconvénient, c’est que t’as pas une thune.

Alors tu décides que cette année, tu résisteras à l’appel des soldes dont nous parlent sans arrêt les médias. Non, tu n’iras pas. Et c’est un non ferme et définitif.

Mais le jour J arrive. Même si t’es pas hystérique au point de faire le pied de grue devant les boutiques à 9h du mat’, ou de remplir un panier virtuel sur ton ordi frénétiquement quand les soldes démarrent sur une e-boutique ( au point de faire bugger le site Internet de la-dite e-boutique ), tu sais que t’aimes bien les soldes.

Mais non. Tu résistes. Tu prouves que tu existes.

Personnellement j’ai résisté environ 3 heures. J’ai été faible. J’avais besoin de me remonter le moral après une matinée pas très heureuse. J’ai fait un détour par le centre commercial géant à côté de chez moi en me remémorant que non, j’ai pas une thune.

Mais je sais pas ce qui s’est passé : comme un robot monté sur pilotage automatique, j’ai foncé droit vers la boutique Undiz. En effet, étant au dernier étage d’un petit immeuble avec l’appartement orientée Sud-Sud Ouest, on doit avoisiner  les 74°C dans mon salon en plein été. Ce qui me contraint à me balader en boumboum short et petit débardeur dans l’appartement ( j’ai bien essayé de traîner à oualpé mais n’ayant pas encore de rideaux, je connais un voisin qui serait content – euphémisme ). Mais des shorts ras le persil, j’en ai seulement 2 qui me servent principalement à dormir ( je ne supporte pas de dormir à oualpé, rideaux ou non ). Alors je me suis rendue chez Undiz, avec la ferme mais niaise et irréaliste conviction que j’en repartirais avec 2-3 articles.

Mais 50% sur tout le magasin quoi ! Non mais merde. Ils voulaient vraiment que je craque.

Ils ont réussi.

SOLDES13

J’étais dans un état second. Mon bras gauche shoppait chopait les articles et mon bras droit les réceptionnait. Même dans l’immense file d’attente de la caisse qui ne m’a pas découragée ( j’ai lâché l’affaire au Printemps par contre ), je continuais à fureter à droite et à gauche dans l’espoir d’avoir un petit coup de coeur. D’où l’achat pas du tout indispensable de l’ensemble lingerie bleu royal.

6 boumboum shorts, une tunique, 6 débardeurs et 2 tee-shirts plus tard, je n’ai payé que 85€. J’étais fière comme un bar-tabac.

En mode pilotage automatique à nouveau, je n’ai pas pu m’empêcher de me rendre chez Séphora. Je me souviens encore de la vendeuse l’année dernière qui m’avait ri à la barbe au nez quand 10 jours après le coup d’envoi des soldes, je lui avais demandé si il lui restait des vernis OPI. Pétasse. J’y suis juste allée pour me venger. Sisi.

Et en lieu et place d’OPI, ben….Bim quoi :

SOLDES13-2

Alors que j’ai déjà des tonnes de vernis, j’ai encore été faible. Dammit. Il faut dire que pour une fois, des dizaines de teintes différentes étaient proposées.

Et l’huile pailletée, je l’ai chopée à la caisse quand j’a vu 2€ au lieu de 9,90€. Ma CB n’a fait qu’un tour.

Du coup je trouve que j’ai quand même été vachement raisonnable non ? Pas de Benefit, pas d’Urban Decay, rien. On verra plus tard ! Mais par contre, j’ai pensé à vous et prépare un petit quelque chose à gagner pendant Juillet 🙂

C’est lestée de 2 sacs que je suis rentrée, piteuse envers Musclor mais joyeuse envers moi-même. Si d’aventure je n’ai pas su résister, je me suis jurée de ne plus faire les soldes le premier jour car s’y rendre fut une véritable épreuve : après avoir tourné environ 30 minutes pour trouver une place de parking, j’ai cogné la voiture derrière moi en faisant une marche arrière. Ce couillon a même pas klaxonné, rien : il m’a juste regardé tranquillement lui rentrer dedans. Evidemment c’était une BMW noire toute neuve et un conducteur pas sympa, sinon c’est pas drôle.

Enfin, après avoir suivi une dame qui pliait sous le poids de ses sacs de soldes depuis la sortie du Printemps jusqu’à sa voiture, un excité est sorti de sa camionnette en hurlant que bordel elle était pour lui cette place parce que ça fait 5 minutes qu’il poireaute. Après l’avoir gentiment envoyé bouler, j’ai pris la place quand même. Nan mais. Mais du coup, j’ai tremblé pendant tout le temps où j’étais en train de shopper, tant j’avais peur que l’excité me pète le pare-brise ou un rétroviseur pour se venger.

Bref, les soldes c’est du sport. Et en principe, elles sont finies pour moi cette année.

Si si. Je saurais résister.

Je suis une warrior.

J’ai besoin de rien.

( mais envie de tout, bouhouhouhou ! )

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBlablabla2013,promotions,séphora,shopping,soldes,undiz,vernis
L'avantage avec le chômage, c'est que t'as du temps à combler. L'inconvénient, c'est que t'as pas une thune. Alors tu décides que cette année, tu résisteras à l'appel des soldes dont nous parlent sans arrêt les médias. Non, tu n'iras pas. Et c'est un non ferme et définitif. Mais le jour J...
Dis, on partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •