review Omorovizca brume reine de hongrie

Ce que j’aime dans les Calendriers de l’Avent, c’est la capacité à surprendre. (D’ailleurs je vous surprends aussi un peu en parlant de l’Avent en plein mois de Juin, non ?). C’est encore plus vrai dans le cas des calendriers multimarques comme celui de BIRCHBOX ou encore celui de LOOKFANTASTIC. C’est d’ailleurs dans la case du 25 Décembre de ce dernier que j’ai trouvé en 2018 La Brume de la Reine de Hongrie signée OMOROVIZCA.

J’ai eu des paillettes plein dedans les yeux lorsque j’ai découvert mon flacon, bien caché dans sa jolie boîte du jour de Noël.

Après quelques mois à ne pas oser l’ouvrir, je me suis dit qu’il était grand temps que je teste ce produit qui, pour moi, s’apparentait à un produit « pur luxe ». Pas indispensable. Purement futile mais qui promettait d’être bien jouissif.

Aujourd’hui il me reste environ le tiers du flacon. Je pense donc pouvoir vous livrer mes impressions à son sujet. Il faut dire que vu le prix du biniou, il s’agirait de bien se renseigner sur sa qualité avant…

OMOROVIZ-quoi ?

Vous connaissez cette marque, vous ? Moi avant cette brume, je n’en avais jamais entendu parler. Peut-être que les gens ont peur de mal prononcer son nom hahaha.

Et pourtant il paraît que son baume thermal nettoyant, le produit qui l’a fait connaître, s’arrache. J’ai vérifié… et c’est vrai. Malgré son prix carrément démentiel (171€ pour un pot de 50g 😵😱), il est quasiment impossible à trouver sur tous les eshops que j’ai arpentés. Avouez que ça intrigue beaucoup. A la fois concernant la qualité des produits (c’est vraiment VRAIMENT bien alors?) et le portefeuille des gens (qui mais QUI dépense 170€ pour 50g de nettoyant pour musette ?).

Alors j’ai voulu me renseigner un peu sur la marque. Bon, on va pas se mentir. C’est pas sur les sites marchands où les produits OMOROVIZCA sont vendus qu’on trouve grand-chose. D’ailleurs y’a certains sites, on se demande ce qu’ils ont fumé avant (mais ça a l’air d’être de la bonne.) Jugez plutôt :

Mélangée avec la fleur d’oranger et les eaux de rose et de sauge pour purifier et tonifier et la pectine de pomme pour restaurer une hydratation, cette brume rafraîchissante promette à rajeunir immédiatement la peau. Conçu avec le pouvoir des eux thermiques d’Hongroie, il est un produit de luxe essentiel. Faîtes plaisir à la peau avec la brume Omorovicza Queen of Hungary. Une formule avec une base de l’eau de Hongroie – le premier parfum documenté – une seule application de cette brume vous laissera avec une sensation rafraîchie et stimulée.

Moi à défaut de me faire saigner des yeux, ça m’a fait rigoler. 🙃

Mais en cherchant davantage (parce que je sais aussi être sérieuse) , j’ai réussi à dégoter de précieuses informations sur cette marque de niche. J’en profite pour préciser qu’une marque de niche n’a rien à voir avec nos amis canidés. Cela signifie que c’est une marque qui propose des produits spécifiques qui ne rencontrent que peu de concurrence. Et pour cause. Z’allez comprendre :

L’histoire d’Omorovicza a commencé il y a plus de 2 000 ans lorsque les propriétés réparatrices des eaux thermales de Hongrie ont été découvertes. Le secret repose dans les caractéristiques géologiques uniques de cette région où la croûte terrestre est si fine que les eaux qui remontent à la surface s’enrichissent en bons minéraux. Dans les années 1800, la famille Omorovicza a créé le Racz Spa à Budapest sur le site d’une source bienfaitrice ancestrale. Deux cents plus tard, le descendant Stephen de Heinrich de Omorovicza emmena sa future épouse, Margaret, aux bains de Budapest. Impressionnés par les effets de ces eaux sur leur peau, ils s’associèrent à un laboratoire hongrois ayant reçu le Prix Nobel pour développer une gamme de soins anti-âge pour la peau. En travaillant avec ce laboratoire, Margaret et Stephen inventèrent et brevetèrent une formule apportant de réelles propriétés réparatrices. Les produits Omorovicza contiennent la formule Hydro Mineral Transference brevetée ainsi qu’un puissant complexe d’eaux hongroises riches en minéraux aux nombreuses vertus. Ces produits réunissent des huiles essentielles, les vitamines les plus pures et d’autres principes actifs naturels provenant du monde entier. À la place des traditionnels composés synthétiques, des composés naturels hautement efficaces entrent dans la composition de ces produits aux parfums naturels.

Aucun produit Omorovicza n’a jamais été testé sur des animaux et leur composition ne contient pas les ingrédients suivants: – Parabènes – polyéthylène glycol – Pétrochimiques – silicones – laureth sulfates de sodium – colorants synthétiques – parfums synthétiques.Feelunique

Ca a l’air sympa tout ça ! Bon après je suis pas totalement cruche non plus hein. Je sais parfaitement lire et puis je sais que Budapest est la capitale de la Hongrie puisque j’y suis allée. Et je connais même les thermes puisque je m’y suis baignée. D’ailleurs c’est supersympa à faire. Un incontournable si l’on se rend dans la capitale hongroise !

J’avais donc hâte de voir si j’allais retrouver les effets bénéfiques des eaux hongroises sur ma musette.

La Reine de Hongrie ne regardait pas les prix.

Mais moi si !

Alors attaquons direct avec la chose qui fâche : la thune. En effet, le flacon-vapo de 100mL est vendu entre 60 et 65€ selon les sites (voir en bas de page). Alors pour une brume, si luxueuse soit-elle, c’est peut-être un peu fort de café (hongrois). Après, si elle est si exceptionnelle que ça, pourquoi pas…Mais si un simple hydrolat de rose bio fait le même boulot, pour moi il n’y aura pas photo. Je sais pas vous, mais je n’ai pas l’habitude pour ma part de mettre un demi-rein dans mes achats cosmétos.

Pour ce flacon-ci, la question ne se pose pas puisqu’il était inclus dans mon calendrier, qui lui-même m’a été offert.

Le packaging : une brume qui (m’)emballe ?

Mon flacon à moi, il était dans le calendrier, tout nu et sans emballage, ce qui me convient fort bien. Mais c’est une version « miniature » puisqu’il contient 30mL de brume (contre 100 pour la version vente)(je me répète mais c’est pour voir si vous suivez.) Du coup, je ne pourrais pas vous dire si la brume est normalement emballée ou non.

En tout cas je le trouve vachement joli et pratique. S’agissant d’une brume, j’apprécie qu’il soit muni d’une tête de vaporisation. Et j’aime toujours que les flacons soient transparents ou translucides pour apprécier la quantité de produit restant.

Corps translucide rose, tête et police d’écriture argentées…C’est sobre mais très classieux. J’aime bien.

Une composition Omoroviczca-ca ?

oh c’était facile hein.

Je suis pas certaine qu’au 14ème siècle, on s’inquiétait de savoir si nos brumes pour musette contenaient des parabènes ou des colorants. Mais nous sommes au 21ème siècle et maintenant si : on en a quelque chose à péter.

J’ai donc le regret de vous informer que la liste des ingrédients n’apparaît nulle part sur le flacon.

C’est con.

D’autant qu’il me semblait que c’était obligatoire (surtout quand on n’a pas d’emballage).

Déjà ça commence mal cette histoire.

Alors zou, sondons un peu la brume à l’aide de la liste retrouvée sur internet :

Aqua (hungarian Thermal Water), Glycerin, Polysorbate 20, Phenoxyethanol, Pyrus Malus (apple) Fruit Extract, Saccharomyces (hungarian Thermal Water) Ferment Extract, Disodium Edta, Ethylhexylglycerin, Mannitol, Malpighia Punicifolia (acerola) Fruit Extract, Chlorella Vulgaris/lupinus Albus Protein Ferment, Pectin, Rosa Damascena Flower Water, Citrus Aurantium Dulcis (orange) Flower Water, Salvia Officinalis (sage) Leaf Water, Phospholipids, Yeast Extract, Linalool, Geraniol, Citronellol.

Voici les éléments essentiels que je retiens :

  • L’ingrédient majoritaire est de l’eau thermale de Hongrie (mais rien ne nous dit qu’elle provient de Budapest, en fait.)
  • Ensuite on retrouve de la glycérine, ce qui reste assez courant dans le domaine.
  • Le polysorbate-20 juste derrière est un émulsifiant et tensioactif décrit comme « pas terrible dans toutes les catégories » selon la fiche INCI Beauty. 👎
  • Ensuite on trouve de l’extrait de pomme, de l’extrait de ferments d’eau thermale de Hongrie (je suis pas sûre de ma traduction, mais ça ressemble bien à ça), de l’EDTA disodé (beurk), de l’ethylhexylglycérine (ca va), du mannitol (ça va aussi), de l’extrait de fruit d’acerola, un ferment de proteine d’algue verte (le nom lui donne un air beurk, mais paraît que c’est bien), de la pectine, de l‘eau florale de rose de Damas (tiens marrant ! j’en parlais juste au-dessus), de l’eau de fleur d’oranger, de l’eau de feuille de sauge, des phospholipides, de l’extrait de levure (mais levure de quoi?) et des dérivés naturels.

Du coup, je suis plus que mitigée. Certes on compte davantage d’ingrédients sympathiques que d’ingrédient moches. MAIS les ingrédients sympas sont pour la plupart de la flotte (d’oranger, de rose, de Hongrie -mais de la flotte quand même quoi)(pour le prix ça fait un peu mal au luc ), et puis sincèrement pourquoi avoir balancé du polysorbate et de l’EDTA disodé ?? Franchement je ne comprends pas. Surtout quand on voit qu’ OMOROVIZCA se paye le luxe de ne PAS avoir ajouté de parfum dans sa formule, un fait extrêmement rare dans la cosmétique, bien trop rare, mais qui mérite d’être souligné !

En plus vous allez voir que justement, l’odeur joue énormément dans le plaisir d’utilisation.

Donc voilà. Pour ma part j’ai déjà vu des compositions bien pires que celles-là. Je ne peux donc pas l’enfoncer sur ce point. D’autant qu’effectivement le produit est Végétalien, Végétarien, Sans gluten, Sans paraben, Sans PEG, Sans silicone, Sans phtalate. C’est juste que j’ai l’impression de me faire flouer au regard du prix.

Une utilisation un peu…brumeuse.

La première fois que je l’ai pshittée, je suis tombée littéralement amoureuse de son odeur, à cette brume. Mais genre raide dingue. ❤️

Une odeur délicate et poudrée. Une odeur féminine, sensuelle et rassurante. Je n’ai jamais trouvé cette odeur-là ailleurs ce qui lui confère un caractère unique.

Malheureusement son caractère n’est pas assez trempé (une brume…trempé…HAHahaha) et ça je vais vite m’en rendre compte. En effet, je l’ai utilisée pendant des semaines comme un parfum ou une eau de toilette. Genre trois pshittts au creux du cou. Il faut dire que son odeur est carrément addictive. Mais je me suis vite aperçue qu’elle est trèèèès fugace, l’odeur. Elle tient… dix minutes en tout et pour tout !!  Pfffff du coup j’étais prête à descendre la brume en flèche. Et puis je me suis dit dans un éclair de lucidité « mais merde c’est pas possible, je dois pas l’utiliser correctement ! ». (oui parfois il faut bac+12 pour piger comment un cosmétique fonctionne.)

Alors j’ai regardé ça et là et voici ce que j’ai trouvé :

Vaporisez Omorovicza Queen of Hungary Brume sur le visage à distance chaque fois que votre peau a besoin d’être rafraîchie.

Une pulvérisation rapide de cette brume parfumée au néroli et à la rose rafraîchit instantanément la peau et soulève les esprits. Purifiant et hydratant, ce toner a été inspiré par la Reine de Hongrie, le premier parfum enregistré au monde, formulé pour la Reine Elisabeth de Hongrie au 14ème siècle. Parfait pour un ramassage de midi, ou comme un toner post-nettoyage.

Autrement dit, elle avait rien compris, LaLu. 🙃

Alors ni une ni deux, j’ai entrepris de changer mon utilisation pour revenir à celle préconisée.

Déjà je trouve que le vaporisateur n’est pas adapté à une vaporisation sur la musette : le flux est trop concentré et ne part pas assez « loin ». Il faut donc approcher le biniou de son visage. Ainsi, on se retrouve avec une toute petite partie de la trogne, petite partie qui sera toute mouillée. Autrement dit : il va falloir pshitter quelques paires de fois pour traiter l’ensemble de son visage.

Ensuite au niveau des effets, je n’ai RIEN remarqué de particulier. Alors certes j’ai toujours cette odeur divine qui vient me titiller les naseaux, mais concernant l’épiderme, je ne vois strictement aucun changement.

Peut-être que pour l’effet anti-âge, il faut se vaporiser dix fois par jour pendant quatorze ans ?

Je ne sais pas, mais une chose est certaine : un hydrolat floral fait mieux en aspergeant toute ma trogne, en lui refilant un coup de fouet des plus salvateurs les jours où j’ai la tête dans les chaussettes (=souvent) et encore mieux : en me débarrassant des points noirs.

Pour la Brume de la Reine, ben dis donc….on dit bien que les riches claquent leur argent n’importe comment non ?

 

omorovizca queen hungary mist

omorovizca brume reine hongrie

OMOROVIZCA : la Reine des brumes ?

Oui… oui…mais non.

Je ne suis pas convaincue. Ni de l’utilité de la chose, et encore moins de son rapport qualité-prix. Certes la compo est sympa (même si perfectible) et cette odeur mes amies, cette ODEUR. ❤️❤️❤️ Franchement si on me la décline en parfum ou eau de toilette, je dis banco. Enfin…je dis banco uniquement si cela reste accessible financièrement. Parce que pour le coup, il n’y a guère que celles nées avec une cuiller en argent dans la bouche qui pourront s’offrir le luxe de s’acheter cette brume un poil inutile.

Moi c’est bien simple : je prends mon pied (de princesse) uniquement lors de la vaporisation (dans mon cou, ce qui n’est pas sensé être la destination du bouzin.).

Pour le commun des mortelles (toi,moi,nous), on peut passer son chemin sans problème. Pour ce prix, je préfère largement m’offrir douze flacons d’eau florale bio, qui elle, aura un effet probant sur ma pomme 🍏.

 

Satisfaction : 3/10

(notamment pour l’odeur, vous aurez compris.)

Et vous, connaissiez-vous cette brume ? Quel prix êtes-vous prête à mettre dans un produit cosmétique (utile j’entends) ?

 

* Brume de la Reine de Hongrie OMOROVIZCA65,45€ le flacon-vapo de 100mL sur LOOKFANTASTIC, ou 60,76€ sur Amazon (avec livraison gratuite Prime)




LalutotaleSur mon visageavis,brume,Budapest,cheveux,corps,critique,eau de toilette,eau thermale,léger,luxe,Omorovizca,parfum,queen of hungary mist,Reine de Hongrie,review,soin,vapo,visage
Ce que j'aime dans les Calendriers de l'Avent, c'est la capacité à surprendre. (D'ailleurs je vous surprends aussi un peu en parlant de l'Avent en plein mois de Juin, non ?). C'est encore plus vrai dans le cas des calendriers multimarques comme celui de BIRCHBOX ou encore celui de...
Dis, on partage ?
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
    1
    Share
  •  
    1
    Share
  •  
  •  
  • 1
  •