Le blog et son silence…

charlieJe n’étais pas certaine que ce silence nécessite une explication. Après tout, face à la peine et la tristesse, nous avons tous des réactions différentes et la faculté de se ressaisir plus ou moins rapidement.

Aujourd’hui j’ai pensé que j’étais capable de reprendre mon clavier pour vous parler d’un cosmétique testé, photographié et prêt à être chroniqué sur le blog. J’ai ouvert ma page vierge. Je n’ai pas pu écrire un seul mot et suis restée coite pendant de longues minutes.

Donc non. Je n’y arrive toujours pas. Voilà maintenant 4 jours que je n’arrive pas à sortir de ma torpeur, de mes larmes, que je ne cesse de penser aux victimes et de réfléchir, que je trouve des soubresauts d’énergie pour m’insurger contre certains agissements des médias ou contre les paroles de certains « citoyens » qui se félicitent que le pays soit plongé dans l’horreur et la terreur depuis mercredi.

Je sais que mon envie de parler futilités avec vous reviendra tout doucement, peut-être plus rapidement que je ne le pense. Mais aujourd’hui non, je n’y arrive toujours pas. Ces derniers jours, je suis passée par plusieurs phases comme certainement bon nombre d’entre vous : ahurissement, stupéfaction, torpeur,  tristesse, colère, empathie, unisson, peur, inquiétude viscérale.

Dans le désordre et dans un bordel le plus total, voici le « résumé » de mes pensées. Je sais d’avance que je vais oublier d’en écrire la moitié. Quant à l’autre moitié je ne parviendrai pas forcément à l’exprimer comme je le souhaite. Je m’excuse car c’est vraiment très décousu et certains jugeront certainement mes réactions excessives. Ce sont mes pensées, je vous les livre, libre à vous de me juger. Ou pas.

Ces attaques morbides et barbares étaient prévisibles. Voilà plusieurs mois que ceux qui sont en contact quotidiennement avec les populations « sensibles », « vulnérables », « en rejet de la société » rapportent que la situation se dégrade de jour en jour et que l’irréparable pourrait bien se produire si les moyens humains, matériels et surtout juridiques ne sont pas débloqués par nos dirigeants. Mercredi 7 janvier, ces hommes qui avaient senti et prévu ce massacre n’ont évidemment, pas pu se réjouir même s’ils avaient raison, même si personne ne les écoute depuis des mois. Une fois de plus, on attend « l’accident », on préfère guérir que prévenir. QUAND, enfin, la France prendra-t-elle la mesure de dizaine d’années de laxisme ? Je me suis toujours demandé comment la France faisait pour ignorer depuis 2001 la menace qui pesait sur nous. Et là BAM, on se prend ça dans la gueule. Est-ce normal? NON . Etait-ce prévisible? OUI. La France n’est pas invincible. La France représente à bien des égards ce que l’extrémisme islamisme veut exterminer et envahir. Ce n’est pas nouveau, ce n’est pas une supposition, c’est un fait avéré. Est-ce normal que 1300 à 3000 français soient partis faire le Djihad et rentrent, peinards, en France comme si de rien n’était, sans être inquiétés outre mesure ?

Je suis en colère. Contre nos dirigeants. ( pas seulement les actuels, je ne fais aucune distinction politique )

Dix-sept personnes ont été assassinées en trois jours. Lâchement. Parce qu’ils étaient journalistes, parce qu’ils étaient policiers, parce qu’ils étaient juifs. Je conchie les personnes racistes, est-ce pour autant que je décide un beau jour de dézinguer un collègue bien trop raciste à mon goût ? Parce que je suis une femme, parce que je travaille, parce que je tiens un blog, parce que j’ai des rapports sexuels avec Musclor bien que nous ne soyons pas mariés, cela signifie que j’ai moi aussi des dizaines de raisons de me faire buter.

Je suis écoeurée et le mot est faible. Qu’ on choisisse de dessiner et de faire rire en utilisant la satire, qu’on choisisse de protéger les populations et de maintenir l’ordre public, qu’on choisisse de fêter Hanouka et de se rendre prier à la synagogue, AUCUN prétexte ne justifie qu’on s’attaque à telle ou telle population sous couvert de profession, d’opinion ou de confession.

Pour ceux qui me connaissent personnellement, vous savez que j’ai également de bonnes grosses raisons d’être très inquiète. Quotidiennement. Je n’étais jamais complètement tranquille avant ce 7 janvier, je suis juste anéantie depuis. Parce que j’ai toujours les entrailles nouées tant que Musclor n’est pas rentré à la maison. Je m’interroge même sur le fait ou non de continuer ce blog par peur de livrer trop d’informations. Parce que ces terroristes visent non seulement les représentants de l’Etat mais aussi leurs familles. Je vais attendre encore quelques semaines pour prendre une décision concernant mon blog. Je sais bien qu’il ne faut pas avoir peur, que c’est donner raison à ces terroristes ( ce mot  à lui seul veut tout dire ) et que la peur n’évite pas le danger. Mais on peut être vigilant sans pour autant avoir peur. C’est ce que je vais m’employer à appliquer.

Demain la grande marche républicaine parisienne aura lieu. Dès son annonce, j’avais décidé de m’y rendre même si j’étais étonnée qu’en plan Vigipirate Attentats, un tel rassemblement puisse être autorisé… Musclor m’a interdit d’y aller, ce qui nous a valu une belle engueulade ! J’ai finalement changé mon fusil d’épaule le lendemain devant l’empressement de nos dirigeants et des différents partis politiques à vouloir s’approprier ce rassemblement. Et j’ai pas été invitée et gnagnagna et faut pas que le FN se pointe et blablabla. PUTAIN mais qu’est-ce qu’on s’en FOUT sérieusement de vos jérémiades à deux ronds ? Si tu viens c’est pour défendre la liberté d’expression et éventuellement pour te recueillir et penser à ceux qui ont donné de leur vie ces derniers jours. LE RESTE C’EST DU FLAN. Bref je n’irais pas à Paris mais dans une ville de taille plus modeste qui organise elle aussi une marche. Bien moins politisée cette fois.

 

Je suis choquée et me sens ( encore plus qu’avant ) désarmée face à la bêtise humaine. Ces gens qui gueulent au complot, ces andouilles qui miment des tirs derrière une journaliste en direct à la télé, ces abrutis qui hurlent par une fenêtre qu’ils vont tout faire sauter chez Mickey, ces écervelés qui jettent des têtes de cochon dans l’enceinte des mosquées, ces andouilles qui diffusent un nom pour le tueur de Montrouge sur les réseaux sociaux ( = un mec qui est derrière les verrous depuis plusieurs années ), ces journalistes qui sous couvert d’informer, trahissent la mémoire de leurs 8 collègues journalistes tombés sous les balles en diffusant les paroles des terroristes qui ne demandaient QUE cela : une couverture médiatique. Vous êtes tombés dans leur piège, honte à vous.

 

Du haut de mon anonymat, je pense à ces huit journalistes – Cabu, Charb, Wolinski, Tignous, Honoré, Bernard Maris, Elsa Cayat, Mustapha Ourrad – à leur invité malheureux – Michel Renaud –  à cet agent de maintenance – Frédéric Boisseau, à ces trois policiers – Franck Brinsolaro, Ahmed Merabet, Clarissa Jean-Philippe – aux quatre victimes juives – Yoav HATTAB, Philippe BRAHAM, Yohan COHEN, François-Michel SAADA . Je pense à eux, leurs familles, leurs proches, leurs collègues . Mon coeur est trop lourd et toutes mes larmes versées depuis mercredi sont ma ridicule, minuscule, toute petite marque d’empathie et de solidarité pour traverser cette épreuve ô combien difficile. J’ai l’impression d’être déshydratée depuis mercredi et ce n’est pas prêt d’être fini.

Je pense aussi aux nombreux blessés, policiers ou civils. Je pense à ces parents qui tentent d’expliquer à leurs enfants la situation en choisissant leurs mots avec soin. Je pense à tous ceux qui vont être victimes d’odieux amalgames dans les jours, les semaines et les mois qui viennent. Je pense à Lilian qui a réussi à se cacher et guider le GIGN dans l’entrepôt de Dammartin. Je pense à Lassana, cet employé de l’hyper-casher qui a caché des otages dans une chambre froide à Vincennes. Je pense à tous ces otages qui vont devoir vivre avec les heures de terreur qu’ils ont subies dans un coin de leur tête. Je pense aux forces de sécurité publique, pas forcément armées,  qui auront toujours un regard derrière leur épaule dans la rue. Je pense à nous, à toi, à moi, qui voulons croire que nous ne cèderons pas face à la terreur, que nous n’avons pas peur même si nous savons très bien au fond de nous que désormais, les choses ont changé.

Pour conclure, je me contenterais de citer trois grands philosophes des temps modernes :

VOUS ALLEZ FINIR PAR VOUS AIMER LES UNS LES AUTRES, BORDEL DE MERDE ?

( Les inconnus – Jésus II le Retour. )

Dis, on partage ?

0 Commentaires

  • cyrielle
    11 janvier 2015 23 h 37 min

    Nous sommes, hélas, tous choqués et horrifiés!
    J’ai écouté la radio pendant 3 jours non stop pour suivre toute la traque et son dénouement. Les terroristes sont morts, mais d’autres prendront leur place. Des victimes sont morts et personne ne les remplacera, eux. C’est un dur constat.

  • PsychoSexy
    11 janvier 2015 2 h 02 min

    Il claque mon comm non ?
    J’aurais juste écrire « vu » et garder tout ça pour en faire un billet… :))

  • PsychoSexy
    11 janvier 2015 2 h 01 min

    Personnellement, je n’ai pas peur. Je me sens (encore) en sécurité dans mon pays. Mais je sais que je suis une petite veinarde : à l’échelle de l’humanité, le pourcentage de population pouvant affirmer ça est très faible. Je n’ai pas peur, je me sens en sécurité dans mon pays, et c’est grâce à une République, grâce à des hommes pour qui, c’est vrai, j’avais peut-être pris la mauvaise habitude de ne plus ressentir la gratitude due. Ou, en tout cas, plus de façon aussi « consciente ».

    J’ai de la gratitude pour les journalistes (les Charlie, les Edwy Plenel, les vrais quoi, pas les journaleux) qui font vivre la liberté d’expression mais je vais m’efforcer à l’avenir de ne plus oublier de montrer que je souhaite en être digne. J’ai de la gratitude pour les forces de l’ordre qui assurent ma sécurité au quotidien (et pour ça, pas besoin de faire d’effort, je l’ai toujours montré sans rougir…). J’ai de la gratitude pour ces humains qui semblent déborder d’humanité (je pense à P. Pelloux, qu’on file une légion d’honneur à ce gars juste pour récompenser l’humanité dans son regard…) et qui doivent nous inspirer chaque jour. J’ai de la gratitude pour la République et je ne la blâme pas trop durement car je n’ai pas de solution miracle à proposer, car je sais que les services dédiés ont aussi empêché de nombreuses autres attaques, j’ai de la gratitude car j’ai foi en elle. Et je ne parle pas là de Gouvernement, de gauche, de droite, d’homme politique précis, je parle de l’instance, de la grande, la belle, celle avec une majuscule, la République. Si je devais avoir une religion, ce serait elle : j’ai foi, elle vivra peut-être des heures troubles, des temps houleux, mais elle saura se redresser dignement, apprendre de ces récentes erreurs et rappeler au monde qu’elle a abrité les philosophes des Lumières, qu’elle a vu naître les Droits de l’Homme et que cet héritage, bordel, c’est pas d’la compote.

    Et contrairement à Cici, je ne pense pas qu’il faille revenir aux valeurs de la famille, en tout cas pas uniquement. La famille est une « valeur » fondamental : elle nous ressource, elle nous rassure, elle nous rappelle pourquoi (pour la plupart des gens) on aime ce monde. Mais elle nous force à effectuer un repli. A mon avant, au contraire, la seule solution qu’on ait aujourd’hui pour sauver les valeurs qui ont fait la grandeur de notre Nation, c’est l’ouverture, le partage, la main tendue, l’entente, la communion… Se tourner vers l’extérieur, même si on cherche à nous faire croire qu’il est effrayant.

  • kakounette
    11 janvier 2015 0 h 10 min

    Comme toi, comme beaucoup, je suis sous le choc … choquée, en colère, triste du avant, du pendant et du après de cette tragédie …
    Zhom fait partie aussi des forces de police et m’interdit d’aller à la manifestation ….
    Bises

  • ophea44
    10 janvier 2015 19 h 59 min

    Ta citation est bien trouvée je trouve. ..j’ai été choquée et horrifiée, et puis se weekend, réunion de famille, envie de se retrouver, de couper la tv, de ne plus traîner sur les réseaux sociaux, qui nous montre parfois nous proches sous leur plus mauvais jours. .. cerveau en overdose total. ..

    • lalutotale
      10 janvier 2015 20 h 01 min

      En revenir aux valeurs essentielles, celle de la famille en fait partie…

  • Boubinette
    10 janvier 2015 17 h 46 min

    Je te comprends, et comprends aussi ton besoin d’écrire tout cela! Moi c’est pareil. Chaque jour depuis ce triste jour, j’essaie de « reprendre une vie normale », d’écrire mes petits articles beauté tellement futiles, mais je n’y arrive pas. Ca paraît en même temps « prétentieux » de dire cela puisque l’on n’a pas été touchées « dans notre chair », mais il est vrai que la France entière s’est sentie touchée dans sa chair ce jour là. Je comprends aussi tes craintes (même si concernant ta vie perso, pour ma part je ne suis pas dans la même situation, mais je sais que cela doit être dur), pour autant je pense que le risque a toujours été présent, dans nos vies de tous les jours, là on est à fleur de peau car encore touchées par ce qui s’est passé, mais il faut relever la tête et reprendre nos vies sans avoir peur toutes les 5 minutes, même si je sais que cette phrase est ô combien facile à dire mais pas facile à faire !! Par exemple, je me suis toujours dit que ma soeur qui partait faire un footing toute seule prenait des risques inconsidérés. Je le pense toujours, et ce n’est pas « vivre dans la peur » que de penser cela. Mais le risque est toujours présent quoiqu’il arrive. Le tout étant de ne pas « attiser » la peur et les tensions. (c’est confus aussi ce que je dis, mais ce n’est pas évident de s’exprimer là dessus, hein) ^^ gros bisous, reprends confiance en l’avenir 🙂

  • Djahann
    10 janvier 2015 17 h 17 min

    Je ne sais plus quoi dire. Je te rejoints complètement dans tes émotions, ta colère, ton bouleversement. Les médias se sont repus de ces horreurs, donnant trop d’infos avec les risques que ça comporte. Soit disant tout le monde est Charlie, mais non, pas du tout. Beaucoup n’ont pas compris ce que ça signifiait (ça ne veut pas dire qu’on aime le canard, mais qu’on se met debout pour préserver les libertés etc), la récupération politique qui me dégoute, les amalgames, etc…. Pffff ! C’est si triste tout ça. Et malheureusement, je crois que ce n’est que le début. Personne ne s’est jamais posé les bonnes questions

Laisser un commentaire

Prouve-moi que tu n'es pas un robot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.