[ Profession Chimiste, épisode 1 ] Je suis partout et nulle part.

chimiste3Il existe de ces professions dont on ignore tout, ou qu’on ne soupçonne même pas, malgré toute l’implication qu’ils ont dans notre quotidien : quand on mange, quand on se lave, quand on utilise sa voiture, quand on regarde la météo clémente ou non, ou même quand on s’habille, se maquille et se parfume.
Je suis partout, je suis nulle part. Bien cachée au fond de mon laboratoire, ma vocation est de fabriquer Ze nouvelle formule pharmaceutique qui pourrait guérir le Sida. Ma première motivation est de créer Ze énergie renouvelable non polluante afin d’assurer un avenir meilleure à notre planète .

Bien sûr, j’ai aussi créé des calamités comme la Bombe Atomique, le polyéthylène-glycol, le borax, le botox et plein d’autres petites choses dont on se serait bien passées.
Quand Monsieur Y passe un scanner ou une radiographie, je suis à l’origine du dépistage de nombreuses maladies. J’ai également inventé et mis en lumière le silicone, ravissant les poitrines de ses dames. Je colore vos cheveux, vos ongles et vos paupières. J’intègre dans vos aliments des conservateurs qui permettent de repousser leur DLC ( date limite de consommation ), au grand dam de tous les écologistes. Mais je sais aussi m’accorder en ce sens, en analysant l’eau qui sort de vos robinets, en équipant les stations d’épuration de vos communes de systèmes plus ingénieux les uns que les autres afin que l’eau de vos toilettes devienne l’eau de votre carafe, aussi invraisemblable que cela puisse paraître.

Mais avant de me livrer à toutes ces opérations manuelles et intellectuelles, il a fallu me former.

chimiste

J’ai 9 ans.

Ma vocation m’est apparue très jeune.

C’est le jour de mon anniversaire. Après avoir tanné mes parents pendant plusieurs mois, j’obtiens enfin mon précieux sésame en ce 14 novembre 1993 : la boîte du petit chimiste.
Armée de mes tubes à essais, je mélange des produits aux noms plus cauchemardesques les uns que les autres : un peu d’ammoniaque et un peu d’acide chlorhydrique dilué et j’obtiens un magnifique complexe bleu foncé qui m’hypnotise pendant plusieurs minutes par sa couleur exceptionnellement parfaite. Je fais des mélanges, sous l’œil attendri mais un peu apeuré de Maman qui se dit que la gamine, elle va faire peut-être faire péter la baraque.

Je m’entraîne seule, dans ma chambre. La moquette s’en souviendra, passant d’un bleu terne à un vert vif artificiel par endroits. Certaines touffes de poils ( de moquette ) me resteront d’ailleurs dans les mains. Disposant d’un lapin à la maison, je ne me suis pourtant jamais demandé ce que ferait le chlorure de calcium hexahydraté sur ses oreilles poilues.

Quel plaisir de manipuler ces petits flacons de poudres, de faire des mélanges et de découvrir des couleurs changeantes selon la lumière et/ou la température ! J’étais subjuguée. Oui, je voulais être chimiste plus tard. Petit Frangin, quant à lui, abandonna bien vite l’idée quand sa salopette préférée en prit un sacré coup dans la poire.

chimie1

J’ai 13 ans.
Je suis au collège en classe de troisième. Mon professeur est une vieille chouette minuscule aux cheveux poivre et sel hérissés, les mains pleines de tâches sûrement dûes à une utilisation abusive d’acide ou de base. Mais on dose la vitamine C dans le jus d’orange que l’on ramène de chez nous, et ça c’est drôlement chouette. Toute fière, je ramène le pack le soir à ma Maman en lui annonçant que notre jus préféré est naze, car il contient que dalle en vitamine C. Celui de Charlotte par contre est tip-top, je le sais, je l’ai dosé à la burette.
 J’ai 14 ans.
je rentre en classe de seconde Sciences et Techniques de Laboratoire. Je découvre la microbiologie, la biochimie et la chimie. Mon premier cours dans cette matière fut d’ailleurs mémorable.

La prof : Mélangez du sulfate d’argent et du nitrate de baryum. Quels sont les composés que l’on obtient Lucie ?

Moi – éclatant en sanglots – : Je sais paaaaaaaaaaaaaaaaaaaas !
Le professeur, intrigué par tant d’émotivité, vint me voir à la fin du cours et me demanda ce que Diable, sa question avait provoqué dans ma caboche de pouf fette. Ben Madame, j’y connais que dalle en réalité. Elle me refila alors un tableau géantde 3 pages résumant tous les composés et les formules chimiques à connaître, ainsi que toutes les réactions communes basiques.
En une semaine, j’ai tout ingurgité, le tableau chimique faisant office de lecture de chevet. Je devins la première de ma classe en chimie avec une moyenne de 19.5, surpassant de loin les autres élèves ayant déjà eu des notions de chimie plus poussées que les miennes auparavant.

chimiste4

J’ai 15 ans et je rentre en première S. Mes résultats plutôt parfaits en STL m’ont poussés à me diriger plutôt vers une filière générale,  mon attrait étant plutôt vif pour toutes les matières scientifiques.
Je découvre alors la génétique et tout ses secrets. Les généalogies de pathologies héréditaires ne viennent pas à bout de mon petit cerveau qui se développe à une vitesse folle à la vue de tous ces chromosomes se mélangeant dans la joie et l’allégresse.
J’ai 16 ans et je rentre en terminale S. La chimie est un jeu d’enfant pour moi. Le tout est d’avoir les bases, celles que ma géniale prof de seconde m’a inculquées il y a deux ans, pour tout comprendre. Je n’arrive d’ailleurs pas à piger pourquoi mes petits camarades ont autant de mal que ça à effectuer leurs exercices, parfois compliqués certes, mais résolvables. J’aide d’ailleurs deux-trois élèves à comprendre l’utilité d’une telle matière car si on ne voit pas la finalité d’un exercice, on n’est forcément moins attiré par sa solution. Ma fierté est à son paroxysme quand une copine passe de 6  à 13 de moyenne suite à mes enseignements lumineux ( bam, mes chevilles en prennent un sérieux coup).

Parallèlement, le domaine de la génétique m’attire encore plus. Mon sujet de Travaux Personnels Encadrés traitera ainsi du daltonisme, mélangeant chimie des couleurs, optique et enfin génétique. Un sujet qui a plu au jury puisque je me suis vue affublée d’un beau 19 sur mon relevé de baccalauréat.
Mais il va falloir faire un choix : le bac en poche, ce sera soit chimie, soit biologie.

Mes professeurs m’encouragent alors vers la chimie, convaincus que mes résultats étant meilleurs qu’en biologie ( étant donné qu’il n’y a pas que de la génétique ), je finirais en blouse blanche à bidouiller des molécules.

job0
J’ai 17 ans .
Je rentre à l’IUT d’Orsay pour obtenir un bac+2 en chimie, option chimie. Ce sera donc de la chimie à tout bout de champ pour ma pomme.
Pendant 2 ans, je fais de la formulation, je fabrique des savons ; j’analyse des solutions afin de déterminer en quelle concentration se présente telle molécule par divers moyens : l’optique ( spectroscopie), l’analyse quantitative ( dosage à la burette ou automatique ), la diffraction aux rayons X, etc.

J’ai la chance d’être acceptée en deuxième année par la voie de l’apprentissage : une petite promotion dénombrant 13 élèves. J’ai également un bol pas croyable quand je trouve une entreprise à deux pas du domicile parental qui serait intéressé par ma candidature. J’alterne alors pendant 14 mois quinze jours d’IUT puis quinze jours d’entreprise.
Mon travail d’apprenti consistait en l’analyse des eaux usées et potables chez SAUR France. Ce nom ne vous évoque peut-être rien mais il s’agit en fait du troisième groupe après la Lyonnaise et la Générale à installer des infrastructures de traitement de l’eau et à analyser la résultante de leurs créations via l’eau en elle-même. Je jalousais intérieurement la nénette de la classe qui avait réussi à se faire prendre (…) chez L’oréal, mon attrait pour les cosmétiques étant assez hyper-développé.

L’année se passe sans annicroche. Peut-être une démotivation quand je constate que le travail que j’accompli est deux voire trois fois moins bien payé que pour les autres techniciens, mais c’est normal je suis apprentie.
Le DUT en poche à 19 ans,
il fallait trouver du travail. Et dans mon domaine, cela aurait été vraiment formidable. Mais le secteur ne proposant rien dans mon département ou dans ceux avoisinants, j’entrepris donc d’effectuer un boulot d’appoint : serveuse. Un beau jour, je me décide à aller chercher mon diplôme à l’IUT et un des mes anciens professeurs me conseille de m’inscrire sur leur liste de diffusion d’emplois dans le secteur.

Quelques semaines plus tard, je reçois une liste de boulots. Et ô miracle : un remplacement de 3 mois au Laboratoire Départemental d’Analyses des Yvelines me tend les bras. Le poste est pour moi : analyses d’eaux résiduaires et potables, c’est tout à fait dans mes cordes puisque j’ai eu l’occasion de m’y essayer pendant 14 mois d’apprentissage. Je suis engagée, hourra !

░▒▓█ █▓▒░°º•(¯`·._.• Mon travail en détails au LDA78 •._.·´¯)•º°░▒▓█ █▓▒░

Je travaille donc pour le département des Yvelines au service « chimie ». Je suis chargée d’analyser la teneur des eaux potables en divers élements dont les métaux, les nitrites, les nitrates etc.. Je mesure également leur pH à une température donnée pour ne pas que mes concitoyens boivent de l’eau à tendance lessive ou engrais. Leur niveau de turbidité (« trouble ») nous intéresse également.
Les prélèvements d’eau potable nous viennent de la DDASS ( Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales ) qui délèguent quelques préleveurs dans tout le département. Ceux-ci se rendent dans les cantines scolaires, dans les piscines communales et privées, dans les hôtels, et bien sûr directement dans les canalisations d’eaux potables des villes. Certains particuliers peuvent même demander directement à ce qu’on analyse leur eau qui soudainement « a eu un goût bizarre ».

Je m’occupe également des eaux résiduaires. « Pouark » feront certains et c’est justifié. Il s’agit de tous les déchets liquides arrivant en amont des stations d’épuration : vos eaux de vaisselle, de toilettes ou de douche sont passées au peigne fin. La station ensuite filtre et traite l’eau dégueulasse pour en faire une eau propre à la consommation humaine.
Certains industriels se doivent également d’effectuer régulièrement des autocontrôles. Il n’est ainsi pas rare d’avoir à analyser l’eau d’une usine de bagnoles, d’un abattoir, d’une teinturerie ou d’une blanchisserie, dont les déchets seraient évidemment néfastes pour l’eau, pour les nappes phréatiques et tout l’écosystème. Je ne vous cacherais point que je ne puis malgré toute ma bonne volonté, prélever les eaux d’abattoirs pour analyses. J’ai failli une fois dégobiller mon petit déjeuner en constatant avec effarement que poils, sang et bouts de graisse se cotôyaient nonchalamment dans l’échantillon.
Pourquoi votre piscine communale ferme-t-elle soudainement ses portes ? Pas parce que le personnel est parti en vacances mais bel et bien car une personne de la DDASS est venu prélever l’eau des bains et l’a fait faire analyser par nous, techniciens en blouses blanches.

Pourquoi l’eau du robinet vous semble très « calcaire » dans le département ? Car les ressources d’eau dont bénéficient les Yvelines sont « dures » [ tendance très riche en calcium et magnésium ].

Pourquoi votre eau a-t-elle soudainement un goût de chlore ? Car la chloration est un procédé utilisé contre la prolifération des bactéries et pour la désinfection des canalisations communales.
C’est ainsi que grâce à nous, vous pouvez consommer l’eau du robinet sans crainte. Si vous vous acharnez à acheter des bouteilles plastiques car vous estimez que votre santé passe avant tout, pensez donc aux processus de recyclage du plastique qui demandent un certain temps alors qu’il serait si simple de boire l’eau du robinet, régulièrement contrôlée rigoureusement par nos soins, selon des normes européennes bien spécifiques.

Si vous vous demandez si votre carafe Brita sert réellement à quelque chose, faites donc analyser l’eau avant et après traitement, car son utilisation pourrait être évitée, vous faisant réaliser certaines économies d’argent.

Mes outils de travail ? Pissettes d’eau ultra-pure ( EUP), distillée ou déminéralisée, burettes graduées, erlenmeyers, fioles jaugées, éprouvettes, tubes, cristals ( pas de faute :), pipettes jaugées ou Pasteur, pipettes graduées jetables, béchers ballons ( pas de pinard hein ) et réfrigérants. La verrerie, toute une histoire !

job

Oui, ce métier est classé dans les professions dites à risques. Le secteur de la chimie est d’ailleurs tout juste placé derrière les Bâtiments Travaux Publics en terme de dangerosité. Une erreur d’inattention, des produits mélangés qui n’auraient jamais dû se rencontrer, une fuite de gaz toxique, une explosion ou une brûlure sont vite arrivés si l’on n’est pas un minimum soigneux et observateur.

Je manipule des produits irritants, toxiques, dangereux pour l’environnement, cancérigènes, mutagènes ( modifient la structure de l’ ADN du manipulateur ) et tératogènes ( effets considérables sur le développement d’un embryon ).
Certaines molécules sont soupçonnées d’être cancérigènes. Les effets n’en ont pas encore été démontrés avec une fiabilité de 100% mais connaissez-vous quelqu’un qui serait capable de sacrifier peut-être sa santé irrémédiablement pour la découverte de sa toxicité ?

Le maître-mot dans cette profession est avant tout : SECURITE. Le port des lunettes de protection lors de manipulations d’acide ou base concentrés est obligatoire, ainsi que le port de gants en latex ou vynile. Je manipule bien souvent sous des Sorbonne ou hottes aspirantes. La blouse blanche n’est pas un mythe : aucune technicien ni visiteur d’un laboratoire n’est autorisé à introduire un orteil dans une salle sans ce vêtement en coton indispensable à sa sécurité.
Des douches, des rince-œil et des extincteurs à glace carbonique ou eau sont nos meilleurs alliés contre les catastrophes humaines ou matérielles.

L’obtention du brevet de SST ( sauveteur secouriste du travail ) est un plus non négligeable dans un tel travail. Pouvoir assurer les premier secours sur un collègue venant de se renverser une bouteille d’acide sur le corps ou venant de se trancher une main à cause de la verrerie défaillante est primordial.

 
░▒▓█ █▓▒░°º•(¯`·._.• Travail routinier ? •._.·´¯)•º°░▒▓█ █▓▒░

Malgré ma passion pour cette profession ainsi que son application directe sur l’eau de consommation courante, il faut bien avouer que le travail peut-être routinier. Très souvent, les analyses de base sont demandées sur les échantillons. Si l’une d’elle révèle une anomalie, d’autres analyses plus rares seront alors effectuées, ce qui rend le travail beaucoup plus attrayant.
Les analyses sont d’ailleurs dites « de routine » et ce n’est pas accidentellement que l’on utilise ce terme.
Seulement, avec la diversité des analyses mises en œuvre pour s’assurer qu’une eau ne présente AUCUN risque, on ne peut pas s’ennuyer. A titre d’exemple, voici les premières qui me viennent à l’esprit :

  • la DBO ( demande biologique en oxygène ) détermine la part des organismes vivants dans les eaux résiduaires ou de rivières qui consomment de l’oxygène.
  • La DCO ( demande chimique en oxygène ) détermine en quelles proportions les produits présents dans l’eau pompent de l’oxygène dissous.
  • L’oxydabilité au permanganate : détermine la part en oxygène contenue dans les eaux de piscines. Si il y en a beaucoup trop, c’est que des gamins ont pissé 🙂
  • Les NH4 et NTK : teneurs en ammonium et en azote total contenues dans une eau résiduaire
  • Les MES [ matières en suspension ] déterminent pas filtration la quantité de matrices non dissoutes dans l’eau et plus grosses que 0.45µm
  • Les NO2 ( nitrites ) utilisés pour l’éradication des bactéries après traitement dans les stations d’épuration. Leur consommation doit être régulièrement contrôlée dans les eaux potables car à trop grosse dose, est dangereuse pour la santé. Le nitrite de sodium, notre solution étalon, est cancérigène d’ailleurs.
  • Les cations ( calcium, fluor, nitrates et sodium ) sont nécéssaires pour rendre une eau riche pour la consommation courante mais savez-vous qu’une grosse dose de fluor peut réellement causer des soucis de santé ?
  • Les métaux ( fer, plomb, sélénium, cadmium etc) sont intensivement recherchés en ce moment et contrôlés rigoureusement dans les eaux potables en raison d’ alertes au plomb.
  • Le pH, la conductivité électrique, la turbidité ( niveau de trouble ) sont systématiquement analysés sur toutes les eaux.

Et ce n’est qu’une infime partie des analyses que j’effectue.

░▒▓█ █▓▒░°º•(¯`·._.• Le leitmotiv •._.·´¯)•º°░▒▓█ █▓▒░

Pour ma part, je dirais que détecter une anomalie est excitant, malgré les problèmes que cela engendre. Quand je travaillais en apprentissage, j’ai mis en évidence la disproportion d’un élément dans une eau potable en Bretagne.Et nous avons ainsi pu mettre en évidence la présence d’algues bleues qui proliféraient dans la réserve d’eau naturelle. Vous avez sûrement entendu parler il y a quelques années de la ruée sur l’eau en bouteille des Bretons, qui ne pouvaient plus boire l’eau du robinet.

Quelle jouissance lorsque l’on découvre que l’eau d’un lac est anormalement basique et fait crever tous les poissons. On déniche ainsi un camp de romanichels faisant leur lessive et leur vaisselle dans cette eau d’ordinaire si propre.

Quelle terreur lorsque l’on constate les effets écologiques d’un camion contenant des substances corrosives ou toxiques qui s’est renversé tout à côté d’un joli ruisseau.
Quelle fierté de pouvoir préserver la santé de millions de Français, buvant l’eau du robinet dans l’allégresse, bien loin de se douter que sans ces petits techniciens en blouse blanche, ils boiraient l’eau des chiottes ou de nappes phréatiques polluées.

Quelle satisfaction personnelle quand l’on déniche enfin ce qui ne fonctionne pas dans une station d’épuration, via nos analyses.

Quel soulagement de fermer temporairement une usine industrielle qui ne traite pas correctement ses déchets et pollue ostensiblement notre planète.

░▒▓█ █▓▒░°º•(¯`·._.• Mon métier, ma passion •._.·´¯)•º°░▒▓█ █▓▒░

Vous l’aurez deviné : ce métier je l’aime car nous travaillons dans l’ombre mais nous contribuons ô combien au confort de nos concitoyens. Le facteur dangerosité étant certain, il ne faut pas non plus en tenir trop rigueur. Si vous sautez à l’élastique, vous savez que vous pouvez vous écraser comme une bouse en bas sur la caillasse. Mais on vous fournit le matériel nécéssaire pour éviter ce genre d’embrouilles, même si le risque zéro n’existe pas. Tout est mis en œuvre pour écarter les problèmes de santé liés à notre activité mais on n’est évidemment pas à l’abri d’une erreur.

Pour la petite anecdote : J’ai dû oublier une fois de me laver les mains après avoir manipulé des eaux résiduaires et je suis allée aux toilettes. Résultat BIM : un staphylocoque doré, autrement appellé furoncle sur la crapouille…miam.
Je tiens à vous rassurer : en plus des paramètres physico-chimiques dont j’ai la charge avec mes collègues, il existe un département pour les analyses microbiologiques. Les salmonelloses et légionnelles font office de grandes gagnantes au niveau des recherches demandées.
Maintenant, vous penserez peut-être à La Lu quand vous prendrez une douche, boirez l’eau du robinet ou bien tirerez la chasse d’eau 😀

Comme quoi, les chimistes ne sont pas tous des nains boutonneux à lunettes en blouse blanche, avec les mains complètement bouffées par l’acide et renfermant plein de bactéries ou de substances cancérigènes dans leur peau, leurs poumons ou leurs estomacs.

░▒▓█ █▓▒░°º•(¯`·._.• Le saviez-vous ?•._.·´¯)•º°░▒▓█ █▓▒░

  • les gants lors d’une coloration capillaire à domicile sont indispensables? Evitez donc de faire entrer l’ammoniaque par les pores de votre peau pour éviter le cancer à long terme ! Pour rassurer lolotte, je précise que le « cuir » chevelu ne craint pas les pénétrations car par définition, ce n’est pas une fine couche de peau mais un cuir !
  • Brad Pitt dans Fight Club ne mentait pas lorsqu’il disait que l’on peut fabriquer une bombe artisanale à base de liquide vaisselle, savons ou détergents ?
  • Depuis les attentats de Londres, je peux être appellée à n’importe quelle heure du jour et de la nuit si un attentat sur une réserve d’eau potable se produit ?
  • On balance de la chaux sur les voies ferrées après un suicide ?
  • La substance active de l’aspirine est extraite du saule ? Elle est désormais reproduite en laboratoires.
  • en 1960, une voiture ne comportait que 10 kg de matières plastiques? Aujourd’hui, on en utilise 120 kg, et plus de 1000 pièces sont en matériaux issus de la chimie
  • La fabrication d’une « puce électronique » nécessite l’utilisation de plusieurs centaines de produits chimiques ?
  • Un champion de tennis serait-il capable de servir à plus de 220 km/h avec une raquette en bois cordée en boyau ?…Un coureur cycliste pourrait-il accomplir un Tour de France à 42 km/h de moyenne sans un vélo allégé grâce à des alliages spéciaux et des matériaux composites ?…
  • La découverte de la faïence ne se fit pas sans sacrifice : Palissy, à court de combustible pour ses fours, dû brûler ses meubles et parquets afin d’y parvenir !

On oublie bien souvent que même les produits de consommations courantes dits « biologiques » utilisent des procédés chimiques.

Les filles, les huiles essentielles sont obtenues à partir d’une distillation d’une fleur ou d’un fruit pour en soutirer les extraits.
Bridget, les désinfectants efficaces pour contour de toilettes existent. Et ton lubrifiant à base d’eau est l’œuvre de petits chimistes.

Les matières plastiques, les shampooings, les voitures, les écrans d’ordinateur : tout n’est que chimie atomique et moléculaire.

 

FIN DE L ‘ EPISODE 1.

Dis, on partage ?

8 Commentaires

  • Véro
    13 décembre 2015 21 h 29 min

    Vivement l’épisode 2 ! Tu nous ouvres les yeux, grâce à ta passion!
    Gros bisous 🙂

    • Lalutotale
      14 décembre 2015 10 h 50 min

      Je ne me suis pas encore attelée à l’épisode 2, cet article m’a justement rappelé qu’il faudrait peut-être que je m’y mette ! 😉
      Bisous ma Véro <3

  • Eymha
    13 décembre 2015 19 h 54 min

    Merci pour ce joli article qui à la fois explique ton métier et montre que tu l’aimes! Je suis actuellement en 2ème année de prépa PC (physique chimie) et j’aimerais moi aussi travailler dans la chimie; c’est drôle parce que j’aimerais beaucoup travailler dans les cosmétiques mais j’ai également songé à la gestion de l’eau, de l’environnement, si jamais je ne trouvais pas ma place dans le secteur cosmétique :)!

    Bonne soirée!

    • Lalutotale
      14 décembre 2015 10 h 49 min

      J’ai changé de secteur après 9 ans en tant que technicienne chimiste dans différents labos…Je suis désormais dans la physique nucléaire, mais la chimie me manque malgré tout ! 😉
      Bon courage dans la poursuite de tes études ! Disettes

  • adeline L
    4 septembre 2013 13 h 12 min

    joli boulot, moi je suis infirmiere de bloc opératoire et j’aide le chirurgien lors des interventions et j’adore ça! c’est une passion mon boulot

  • natieak
    31 août 2013 10 h 52 min

    Wahou quel article! Ta passion explose à chaque phrase 🙂 J’imagine que lorsqu’on attrape une fois la furoncle sur la crapouille, on ne doit plus oublier après de se laver les mains après non ? 🙂

    • lalutotale
      31 août 2013 19 h 39 min

      plus JA-MAIS :o)))

  • La Tordue
    29 août 2013 13 h 07 min

    Wouahou! c’est un peu la classe ton boulot quand même!! Moi je suis un pur produit de la filière littéraire, mais je fabrique bon nombre de mes cosmétiques, et j’adore ça! ‘est vrai que c’est très addictif de créer des formules, et les tester ensuite!

Laisser un commentaire

Prouve-moi que tu n'es pas un robot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.