( Mini-accro du shopping – S. KINSELLA ) Shopaholic, mini-pouffe & Minnie : mini baffes et maxi emmerdes !

miniAvec les beaux jours reviennent les envies de lectures légères chez les pouffes.

Pour ma part, c’est toute l’année que je prends plaisir à me goinfrer de chicklit , ce genre littéraire assez particulier puisque destiné à être lu pour le plaisir, particulièrement par des femmes, et qu’en général on dévore en quelques heures.

Vous savez depuis longtemps que je ne suis pas particulièrement logique comme gonzesse : le livre que je vous présente aujourd’hui fait parti d’une saga très connue dans le monde de la chicklit, et il est le dernier publié. Je sais. Je ne vous ai pas causé des 4 opus précédents ( ni du film daubesque inspiré du premier opus ) mais voilà : à chaque passage à la FNAC, je vais systématiquement zieuter les nouveautés côté chicklit édité en Livre de Poche et cette Mini accro du shopping fait justement parti des dernières sorties littéraires.
L’histoire est donc toute fraîche dans ma caboche : en quelques heures j’ai englouti les 536 pages !

Le seul truc qui m’a contrariée, c’est de ne pas l’avoir lu à la plage, les orteils dans le sable, la peau enduite de monoï, avec pour seul bruits environnants le doux flocfloc des vagues et les gamins qui braillent. Moi je l’ai lu dans mon plumard, dans le train, dans l’avion, bref à chaque fois que j’en avais l’occasion !
Et sinon, je sais pas ce qui leur a pris chez Poche mais c’est le seul épisode de la saga dont la tranche diffère des autres. Du coup ça fait moche sur mes étagères grmblblblb !

miniaccro

miniaccro-2

Becky Bloomwood est l’héroïne de 5 bouquins de Sophie Kinsella , une auteure très appréciée dans la chicklit pour l’humour qui se dégage de ses romans et la fluidité et simplicité de lecture.

Au fil des romans, nous suivons les péripéties de la vie de cette jeune trentenaire assez zinzin et très naïve, qui a le don pour se fourrer dans des situations acadabrantesques grâce à sa mauvaise foi, sa naïveté et surtout son addiction sévère au shopping.

En 2002 ( 10 ans déjà ! ) nous découvrions donc cette héroïne grâce au livre Becky Bloomwood : confessions d’une accro du shopping .

Elle y campait une jeune femme assez insouciante, journaliste financière pour un grand magazine qui avait la particularité paradoxale d’être criblée de dettes. Pour quelqu’un qui s’emploie à donner des conseils pour conserver des finances personnelles saines, c’est un comble. MAis c’est la faute à son addiction aux fringues de luxe , à sa totale dévotion au mot «soldes» et à sa grande capacité à oublier ses problèmes de thunes pour dépenser sans compter malgré tout. C’est dans ce premier épisode et grâce à sa terrible addiction qu’elle fera la connaissance de Luke Brandon , un beau et riche jeune homme.

L’année suivante, nous retrouvons Becky Bloomwood dans L’Accro du shopping à Manhattan . La jeune femme décide de suivre son petit ami dans la Mecque du shopping. Elle y dégotera un boulot comme présentatrice télé et fera la connaissance de sa meilleure amie, Suze , qui n’est autre que sa coloc’ à New York. Evidemment, elle continue de dépenser le pognon sans compter et comme d’hab, ça lui jouera des tours…

Même dans l’épisode 3 où L’Accro du shopping dit Oui et prend pour nom Becky Brandon. Evidemment, un mariage est l’occasion rêvée pour s’acheter tout plein de trucs sans compter . On y découvre les deux familles unies par le mariage , et croyez-moi ce n’est pas de tout repos !

Deux ans plus tard, en 2006, les péripéties de Becky réapparaissent sous le nom L’Accro du Shopping a une soeur . Au moment où l’on croyait que tout redevenait calme et serein dans la vie de notre accro du shopping préférée, un évènement vient tout bouleverser : Becky qui se croyait fille unique, découvre qu’elle a une soeur cachée ! Elle pensait trouver son alter ego, une fille comme elle qui aimait dépenser sans compter et se saper chez les créateurs…Malheureusement elle découvre Jess , une nana qui lui est opposée en tout point puisque altermondialiste et farouchement opposée à toute forme de consommation. Les deux soeurs parviendront-elles à s’entendre malgré leurs immenses différences??

Enfin en 2008, nous découvrions avec joie la vie de Becky pendant sa grossesse dans L’accro du shopping attend un bébé. Encore un prétexte tout trouvé pour s’acheter mille et un trucs inutiles à des prix exhorbitants pendant que sa gynéco a des vues sur son mari Luke et qu’ils doivent absolument se trouver une maison pour loger toute la petite famille…

C’est donc en 2011 ( mais 2012 pour moi qui attendait la parution du livre au format Poche ) que nous retrouvons Becky dans son nouveau rôle de Maman : MINI ACCRO DU SHOPPING .
La petite Minnie ( ouais j’ai rigolé aussi, ça me viendrait pas à l’idée d’appeler mon fils Donald ou Tigrou ) va donner pas mal de fil à retordre à la famille, mais c’est sans compter sur la mauvaise foi de sa maman, qui gâte sa gamine.
miniaccro-3

 
Becky et Luke sont les heureux parents de la petite Minnie, âgée de deux ans. Malheureusement celle-ci semble suivre l’addiction de sa mère puisqu’à son jeune âge, elle est capable de citer des noms de grands couturiers ou de réclamer une carte Visa….Sa mère étant incapable de contrôler ses propres pulsions de consommatrice, lui cède tous ses caprices et même plus encore ! C’est ainsi que Becky se retrouve par exemple dans un magasin où les vêtements pour enfants d’un grand créateur sont soldés, et que même si la taille 2 ans n’est plus disponible, Becky achète en taille 11 ans, arguant qu’il faut bien prévoir la croissance de sa petite Minnie…

En somme, l’addiction au shopping semble être programmé dans les gênes chez les Brandon/Bloomwood.

La famille ne parvient pas à dégoter la maison de leurs rêves et se retrouve obligée de crécher chez les parents de Becky , qui n’en peuvent plus.
Pour compléter le tableau, une énorme crise financière menace tout le pays et Becky promet à Luke de ne plus céder à ses tentations vestimentaires. Elle trouve également un moyen au magasin où elle travaille pour que son département de ventes ne subissent pas les affres de la finance….
Quant à la petite Minnie, elle devient totalement incontrôlable, se fait virer de plusieurs magasins, de fêtes de Noël, commande par inadvertance 16 manteaux Miu-Miu sur Internet…Mais Becky ne trouve jamais rien à redire, trouvant toujours des excuses pour protéger sa petite puce.

Luke n’en peut plus et demande à une spécialiste d’analyser le comportement de Minnie, pendant que Becky se met en tête, malgré des finances restreintes, d’organiser une super fête d’anniversaire surprise pour son mari…
Les deux grands axes de cette histoire sont centrés sur le comportement de Minnie , surtout en première partie du livre, puis sur l’organisation de cette fête sensée rester secrète .

Becky veut tout gérer toute seule, mais y parviendra-t-elle??

miniaccro-5

Comme d’habitude, Sophie Kinsella emploie un vocabulaire accessible dans un style simple et épuré où les descriptions de vingt lignes ne trouvent absolument pas leur place.
C’est pourquoi on peut dévorer ce roman, malgré ses 500 pages, en quelques heures seulement.

Au tout début, j’avoue avoir eu du mal à accrocher à cette histoire.
Becky a toujours été un peu agaçante par son côté je-m’en-foutiste, et le moyen qu’elle trouve toujours de se sortir des situations les plus alambiquées a eu quelques fois le don de m’énerver. Et aussi de m’amuser, de telle sorte que j’ai toujours le sourire quand je referme l’un des romans de Sophie Kinsella.
Mais dans ce cinquièment opus, j’avoue avoir eu envie plusieurs fois de lui secouer le cocotier tant son rôle de mère lui échappe : elle cède à tous les caprices de sa gamine, ne trouve jamais le moyen de remettre en question son style laxiste d’éducation, et prend toujours la défense de la mioche haute comme trois pommes. En gros, sa fille est pourrie gâtée et ça lui semble normal.

Du coup, toute la première moitié du roman fut très agaçante pour moi, à tel point que l’histoire ne prenant pas forme autour de ce duo accro, j’ai failli décrocher et ne pas le finir. Heureusement, l’humour et le cynisme qui se dégagent de l’écriture de Kinsella m’ont persuadée de continuer.

Car Becky a toujours été agaçante, et malgré le malin plaisir que prend l’auteur à la faire passer pour une fille légère et un peu écervelée, on ne peut résister à ses histoires car elles insufflent vraiment une bouffée de bonne humeur dans un monde où on est tenté de trouver tout moche et méchant. Sophie Kinsella, via cette héroïne un peu déconnectée de la réalité, montre que la Vie peut être plus douce si on la prend du bon côté, sans se soucier de ce que peuvent penser les moralisateurs. Evidemment, elle est pas née la fille qui se retrouvera dans des situations comme celles de Becky mais c’est toujours avec délectation et un peu d’étoiles dans les yeux que l’on prend plaisir à découvrir comment Becky se sort de situations improbables.

miniaccro-4

C’est d’ailleurs la seconde partie du roman qui m’a le plus plu, quand Becky se retrouve dans les préparatifs de la fête d’anniversaire surprise de Luke. Elle veut quelque chose de sympa avec tous les proches de Luke, ce grand patron apprécié de tous ses employés et aimé de sa belle-famille, mais ce dans le plus grand secret. Malheureusement, quand on ne peut rien dépenser et que certains font des gaffes qui menacent de révéler la surprise à Luke, finalement rien ne se passe comme prévu…
Du coup, toi qui me lis, tu te demandes pourquoi j’ai été si dure dans ma notation de ce roman . Je dois avouer que la première partie du bouquin m’a tellement exaspérée avec les travers d’éducation de Becky que j’ai eu un mal fou à retrouver l’attachement que j’avais pour cette héroïne…Ensuite la «seconde» partie centrée sur l’organisation de la fête fut assez plaisante, mais encore plus que d’habitude, je me suis dit que c’était trop beau pour être vrai. Alors certes, ce roman et toute cette saga n’ont pas vocation à être fidèle à la réalité du monde dans lequel on vit, voilà pourquoi ils sont d’un côté si plaisants, mais d’un autre bien agaçants.
Alors que dans d’autres romans, on vivait un évènement assez spécial dans la vie de Becky ( sa rencontre avec Luke, son mariage, sa soeur, sa grossesse ), celui-ci ne présente rien de particulier, si ce n’est la manière très particulière qu’a Becky d’élever son enfant et d’organiser l’anniversaire de Luke.

Rien de bien transcendant quoi, surtout quand les méthodes éducatives de Becky vous exaspèrent ^^

 miniaccro-8

Sophie Kinsella une fois de plus , brille par son style d’écriture simple et accessible qui permet de retrouver avec plaisir la fille la plus dépensière de toute la littérature : Becky Bloomwood . Dans son rôle de Maman , Becky est fidèle à elle-même : naïve , simple , dépensière , elle prend toujours tout du bon côté . Ce qui se révèle agaçant pour son mari mais aussi pour les lecteurs …

MAIS j’ai eu souvent envie de refermer le livre pour ne pas le réouvrir tant Becky se révèle exaspérante avec sa fille de deux ans . Mais si je l’ai finalement terminé , c’est parce que la seconde partie du bouquin est un peu plus palpitante avec l’organisation de la fête qui doit rester secrète .

Mais c’est tout quoi . C’est pas une partie super intéressante de la vie de Becky , contrairement aux précédents roman de la saga .

En gros , ce roman est loin d’être indispensable . Certes c’est typiquement le genre de lectures parfait pour lézarder au soleil et se détendre du bulbe .Mais j’ai eu tellement souvent envie de rentrer dans les pages pour coller une tarte à Becky … La première partie du livre était vraiment trop énervante !

Pour 7,60€ , ce roman reste malgré tout très agréable pour se changer les idées même si il est vite oubliable et que c’est de loin le moins intéressant de la saga de l’Accro.

Satisfaction : 4,5 / 10

Dis, on partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Commentaires

  • Carole ThiBen
    18 mai 2013 12 h 53 min

    Le filon s’épuise…

    • lalutotale
      18 mai 2013 18 h 51 min

      carrément, va falloir qu’elle pense à se renouveler !

  • MI♥BL
    23 avril 2014 13 h 10 min

    Je trouve la note pitoyable personnellement ! Se livre est génial on découvre le caractère agaçant de sa fille est c’est sa qui en n’est drôle ! Personnellement je lui mettrais 9/10 ! :3 On n’attend la suite (il vas en avoir une) qui va se dérouler a Hollywood ! 😀 gros bisous a vous les fille ! 🙂 Super article comme même ! ^-^

    • lalutotale
      23 avril 2014 16 h 41 min

      Tu as beau trouver ma note pitoyable, elle reflète mon avis personnel, que j’ai étayé tout au long de l’article. Pour moi, tu n’argumentes pas assez ton 9/10. Je trouve cette note bien trop élevée ( c’est agaçant hein? Eh ben chacun son avis ! )

Laisser un commentaire

Prouve-moi que tu n'es pas un robot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.