cité-8 Lors de mon weekend parisien motivé par le gain d’un séjour dans un hôtel 4 étoiles sur un site Internet , c’est guidée par mon édition Michelin consacrée à la Capitale que je me suis baladée à travers différents arrondissements à la découverte d’endroits originaux et insolitesen tout cas inconnus à mon bataillon.
Au mois de Juillet, les attractions que je recherchai devaient être un minimum ombragées et verdoyantes et surtout je voulais éviter les touristes se promenant tels des bancs de poissons. C’est en feuilletant mon guide que je décidai de tenter un détour par la Cité des Fleurs située dans le 17ème arrondissement de Paris.

Ca ne valait pas plus qu’un détour, croyez-moi.

cité-2
En gros et pour résumer, la Cité des Fleurs est une voie privée autrement dit une rue à ne surtout pas confondre avec le très agréable Marché au Fleurs qui prend ses quartiers du côté de Cité.

Oui, la Cité des Fleurs, c’est tout con…c’est une rue tout ce qu’il y a de plus classique.Dit comme ça, ça n’est pas très bandant.

Mais la particularité de l’endroit est que les habitants étaient tenus selon une convention spéciale de planter au minimum 3 espèces végétales au-devant de leur maison. Curieuse obligation même si les poumons parisiens bénissent certainement cette initiative hors-du-commun.

cité

La Cité des Fleurs, c’est donc ni plus ni moins qu’une rue résidentielle fleurie . Et j’ai trouvé que le guide Michelin en faisait des caisses pour au final,pas grand chose.

Pour sûr, vivre dans telle rue à Paris est un luxe ( qui a sans doute son prix ).
Tout d’abord, outre la verdure, les fleurs, les bourgeons et les branches d’arbres qui lèchent les portails, le calme ambiant est saisissant : on peine à croire que l’on est situé en plein coeur du 17ème arrondissement parisien, à quelques mètres de la très bruyante rue de Clichy.

cité-4

C’est cette situation de « campagne » dans la ville qui est étonnante. Pour le reste, on se croirait dans une rue banale de ville de banlieue de l’Ouest parisien : les maisons sont jolies mais sans plus, les jardins sont de taille correcte et toutes les propriétés sont cerclées de portails et grilles.D’ailleurs, la rue est en accès limité : deux grandes grilles de fer forgé barrent le passage aux deux extrémités de la voie si l’on tente d’y accéder en dehors des horaires d’ouverture au public.

cité-5

Tant de précautions pour pas grand-chose finalement. A moins que les personnes qui y habitent soient terrorisées par ce qui se passe dans le « monde extérieur » ( = la population ) au point qu’il faille se barricader dès que le soleil se couche..Dans cette même rue, vous trouverez d’ailleurs une église depuis laquelle émanaient des chants de messe le jour où j’y suis passée. Cela confère une note encore plus bourgeoise au lieu.

cité-3
Au final, je n’ai pas vraiment pigé l’intérêt de l’endroit : certes c’est très calme, fleuri et on a du mal à imaginer se ballader dans une rue parisienne.
Toutefois l’endroit n’a absolument rien d’exceptionnel et je vous conseille de plutôt vous balader dans les villages entourant Paris pour faire de plus jolies découvertes, toujours au calme et dans la verdure . Pis finalement, y’a pas tant de fleurs que ça, j’ai vu beaucoup plus coloré dans des rues ordinaires.

cité-6

Ma visite fut s’acheva d’ailleurs sur une bien mauvaise note : à la sortie au niveau de la grille en fer forgé, j’ai bien entendu quelqu’un qui parlait mais premièrement je n’arrivais pas à identifier d’où provenait la voix, et deuxièmement je ne panais absolument rien à ce que le gars racontait.
Quand soudain, une femme est sortie elle aussi de la Cité des Fleurs et m’a demandé si j’avais entendu le gardien depuis le micro. C’était ça le beuglement incompréhensif?Elle m’expliqua alors qu’il était formellement interdit de prendre des photos AU-DESSUS des portails car il s’agit de propriétés privées.
Je lui ai expliqué que jamais mon objectif n’avait franchi ce point de non-retour, sur un ton ironique et lui ai rétorqué que prendre une photo de fleur dans une rue n’avait absolument rien d’exceptionnel.
J’en ai donc conclu qu’en plus d’être barricadée derrière ces lourdes grilles, la Cité était sous l’égide de la vidéosurveillance qui espionne chacun des faits et gestes des visiteursaussi anodins soient-ils. Le genre de trucs que j’adore quoi.
cité-7

Je vous conseille donc de prendre votre appareil photo sous le bras, et de ne point perdre votre temps dans cette Cité des Fleurs interdite !J’ai largement préféré arpenter le quartier de Pigalle : au moins on peut clicheter à tout-va, les rues sont animées ( c’est le moins qu’on puisse dire ) et photographier les objets les plus hétéroclites à travers des vitrines de sexshops ne choque absolument personne.

Si par contrevos moyens vous permettent d’accéder au très recherché parc immobilier de la Cité des Fleursréfléchissez avant de vous emmurer dans une voie privée aseptisée et sous surveillance permanenteMe concernant, c’est pas vraiment mon trip.

Faîtes plutôt 20 minutes de marche jusqu’au Parc Monceau, véritable petit poumon vert dans la Capitale ! 🙂

Satisfaction : 4 / 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleTourisme17ème arrondissement,avis,balade,cité des fleurs,cité fleurs,critique,Paris,photos,visite
Lors de mon weekend parisien motivé par le gain d'un séjour dans un hôtel 4 étoiles sur un site Internet , c'est guidée par mon édition Michelin consacrée à la Capitale que je me suis baladée à travers différents arrondissements à la découverte d'endroits originaux et insolites, en tout cas inconnus...
Dis, on partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •