humour stérilet

J’attendais d’avoir assez de recul sur ma toute dernière méthode de contraception pour vous en parler le plus fidèlement possible. Aujourd’hui c’est chose faite puisque je l’ai adopté depuis Avril 2012, mon stérilet au cuivre. Et je peux ENFIN dire que j’ai trouvé MA méthode de contraception, hourra !

Toutes les femmes sont différentes : des grosses, des maigres, des fines, des potelées . Des peaux mixtes, des peaux sèches, des peaux grasses, des peaux sensibles.  Des grandes péniches ou des petits petons. Des oeufs au plat ou des miches bien pleines. Pour la contraception c’est pareil : s’il existe plusieurs méthodes, c’est pour s’adapter à chaque femme. 

La quête de l’assurance antibébé parfaite peut s’apparenter à celle du Saint Graal : certaines femmes mettent des années à trouver la méthode qui lui correspondra parfaitement ( et
entre-temps, elle a pondu une fois ou deux ). Comme je n’ai pas envie de me répéter, je vous conseille de lire CE BILLET qui retrace mon parcours chaotique dans le domaine.

J’ai décidé en avril 2012 de virer mon Implant 6 mois avant son terme. J’en avais ma claque de subir mes coquelicots 20 jours par mois. Ma gygy m’a alors confirmé ce que je pensais déjà : les hormones et moi, on fait pas bon ménage. Avec les récents scandales sur les pilules de 3ème et 4ème génération, j’aime autant vous dire que je ne regrette pas mon choix.

Je le dois à la perspicacité de ma gynéco qui a su m’informer et surtout me RASSURER sur les dispositifs intra utérins ( DIU ) et plus particulièrement sur les stérilets.

Elle m’a ainsi appris que le stérilet au cuivre est parfaitement adapté aux femmes nullipares ( = qui n’ont jamais eu d’enfants ) , ce qui est mon cas. Mais elle devait avant tout me convaincre car j’ai toujours été persuadée et je ne suis pas la seule, que le cancer des ovaires de ma mère avait été causé par son stérilet ( qui, lui, était hormonal ). Après une grande discussion, j’ai décidé de me lancer.

Le 12 avril 2012, le rendez-vous est pris à la fois pour m’enlever l’implant du bras mais aussi pour insérer le stérilet au cuivre. Sachez qu’il en existe différents sur le marché mais que leur fonction est toujours la même. Nous avons opté pour le UT380 Short. 

Décryptage.

 

380

ce qui représente le nombre de mm² de cuivre sur le stérilet.  C’est le maximum de surface sur le marché. On peut en trouver à 375 mm² de cuivre. Sachez que la quantité de cuivre influe directement sur l’efficacité du stérilet : plus il y en a, plus la contraception est efficace car le cuivre est spermicide.

 

Short

« Court » car l’utérus des femmes nullipares est plus petit que celui des femmes unipares ou multipares ( vous allez apprendre des mots chez moi ^^ ).

humou stérilet

Avec mon ordonnance sous le bras, je suis allée à la pharmacie chercher mon stérilet. De mémoire, il coûtait 30€ remboursé à 65 % par la sécurité sociale. Ma mutuelle a pris en charge le reliquat, du coup j’ai obtenu une assurance antibébés de 5 ans pour…. 0 € ! 

Il est bien loin le temps où je dépensais 10€ par mois pour ma plaquette de Cérazette !

Je n’ai pas déballé l’engin malgré ma curiosité. Ces bidules, ça me fout les jetons. Mais j’avais encore plus la trouille du jour J : autant je ne craignais pas du tout l’insertion du stérilet, autant j’avais les miquettes grave pour le retrait de l’implanon… En effet, l’insertion d’un stérilet se fait préférentiellement pendant les règles ou juste après. J’avais donc pris mon RDV en conséquence. Malheureusement, ma gygy a dû décommandé et nous avons reporté à 10 jours après. Ce que je ne savais pas, c’est que la période n’était pas franchement propice pour l’insertion…

Le jour J donc, je m’allonge, tremblottante sur la table et je mets les mollets aux étriers. Zépeur. La gygy me dit qu’elle va d’abord procéder au retrait de l’implant. Zépeur. Je lui demande direct une anesthésie locale. Elle me réponds qu’avec ou sans ma demande , de toute façon elle en aurait pratiqué une vu qu’il est susceptible que l’implant « bouge » dans le bras. Zépeur.

Elle me fait la piquoûze. Je n’ai même pas senti ! Ensuite elle trifouille un peu dans mon bras, 5 bonnes minutes tout de même pendant lesquelles je ne me suis jamais autant tordu le cou pour ne PAS voir la boucherie. Tout à coup, elle me dit  que ayé c’est fini. 

Quoiiii ? Mais j’ai rien senti.Pis le trou est ridiculement petit.C’était quedalle en fait .Quelle tapette cette Lu !

La gygy descend alors d’un cran jusqu’à l’entrée de….ben l’entrée de….ben de minette quoi ! Pareil, je veux rien voir. Je l’entends juste trifouiller des emballages, se mettre des gants et tout. Le retrait sans douleur de l’implant m’ayant ragaillardie, elle n’a aucun mal à entrer le speculum ^^

Et voici le truc qui va être inséré :

le stérilet

ceci n’est PAS ma main puisque je n’ai pas vu mon engin à moi !

Ca a l’air ridicule comme ça hein ?

Et pourtant, si j’avais su qu’un si petit bidule allait me faire un mal de chien…La gygy me parlait tout au long du processus pour m’expliquer ce qu’elle faisait quand soudain….

PUTAIN D’SA MAMAAAAAAAN !

 J’ai perdu pied : je me suis mise à huuuuurler comme pas possible, je ne pouvais même pas pleurer tant la douleur était intense, j’ai eu l’impression qu’un alien allait me sortir du bide ou du trou de balle ( ça m’a complètement pris tout l’abdomen cette saloperie de douleur donc tu situes pu trop bien les choses ). J’ai tellement souffert, franchement j’ai cru que j’allais mourir là, dans cette posture ridicule, les deux cannes en l’air et la minette à découvert. Je me rappelle simplement avoir entendu la gygy me dire : « vous souffrez tellement que je ne peux plus reculer, je dois l’insérer ou vous aurez eu mal pour rien ». Elle avait raison.  J’ai vu des petits points noirs et des étincelles devant mes yeux fermés. Juste au moment où j’ai cru que j’allais tomber dans les vapes, la gygy me sauve : elle a réussi malgré tout et me fais une échographie pour voir si le stérilet est bien à sa place. C’est à ce moment-là que j’ai failli me convertir au christianisme tant j’ai prié pour que ce soit le cas.

Et ça l’était : le stérilet était bien enfiché dans l’utérus, avec ses fils qui pendouillent. ALLELUÏA !

schéma du sterilet cuivre dans l'utérus

Ayant vomi dans la poubelle de la gygy en me levant, et avoir vu 36 chandelles, celle-ci m’a faite rallonger, m’a collé un ventilateur dans la tronche, un verre d’eau et un antidouleurs prescrit pour les femmes qui pratiquent une IVG… Elle a dit que j’avais pas eu de bol, qu’elle avait environ 1 cas difficile par mois, et que c’était tombé sur ma pomme. Je suis l’insertion de stérilet pourrave crû Avril 2012, donc. Elle m’informe également que la douleur que j’ai ressenti était dûe à des contractions de mon utérus, semblables à celles que l’on ressent lors d’un accouchement. J’ai pris une résolution ce jour-là : le jour où je ponds, c’est péridurale direct.

Une heure après, je suis capable de rentrer à la maison.

Et maintenant 15 mois après, mon appréciation tient en un seul mot : NIR-VA-NA.

stérilet cuivre

Depuis que j’ai mon stérilet au cuivre, je ne vois que des avantages à ce mode de contraception.

Si on exclue mes 3 passages ultérieurs chez la gygy pour me couper les fils toujours plus courts ( Musclor a un gros engin ^^ ) jusque dans le col de l’utérus, depuis c’est le pied total.

Tout d’abord, j’ai récupéré des CYCLES REGULIERS. Exit les règles qui tombent n’importe quand, 20 jours par mois jusqu’à l’anémie. C’est fini : c’est tous les 28 jours que les anglaises débarquent.

Ensuite, je devais m’attendre à avoir des règles plus abondantes et plus longues. Beh non : elles durent 5 jours et leur flux est normal ( j’espère que vous n’êtes pas à table au moment où vous me lisez ). Du coup je n’ai plus d’irritations mal placées !

Je n’ai pas eu de poussée d’acné, pas de prise de poids et surtout je n’ai quasiment plus mal au ventre. J’ai bien quelques douleurs la veille des coquelicots mais c’est tout à fait supportable et je n’ai plus besoin de prendre d’antidouleurs pour calmer les crampes. Autant dire que ce stérilet au cuivre sait se faire complètement oublier !

Enfin, je sais que dès que l’on retire, on peut tomber enceinte illico. Comme ce stérilet n’est pas hormonal, il ne perturbe pas du tout le cycle naturel de la Femme. Si vous voulez des informations bien plus complètes, vous pouvez cliquez ICI ou même LA.

Pour conclure , si j’exclus l’insertion méga-douloureuse ( dûe à une période du cycle non propice ), je ne trouve que des avantages au stérilet au cuivre : adapté aux femmes nullipares, celui-ci fournit une contraception d’une durée de 5 ans parfaitement fiable. Il ne coûte rien même si on a une mutuelle moisie ( 30€ remboursé à 65€ par la Sécu ) mais surtout je n’ai remarqué AUCUN effet secondaire indésirable car le cycle hormonal de la Femme n’est PAS perturbé par des hormones synthétiques !

Une solution à envisager sérieusement avec votre gynécologue si vous souhaitez changer de méthode de contraception. 

Pour ma part, je suis ravie de ce stérilet au cuivre !

 

Satisfaction : 15 / 10

PS : Comment se déroule le retrait de ce stérilet ? Mon expérience juste ICI !

PS2 : A-t-on des difficultés à tomber enceinte après avoir retiré un stérilet au cuivre ? Ma réponse juste LA.

PS3 : Comment s’est passée la pose de mon nouveau stérilet après accouchement ? Mon récit par ICI.




LalutotaleInclassable !contraceptif,contraception,cuivre,dispositif intra utérin,DIU,fils,hormonal,hormones,Implanon,implant,pilule,review,Short,stérilet,UT380
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || ).push({});
Partager l'article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone