Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Après une matinée très dense de visites , notre programme prévoit un déjeuner dans une picanteria traditionnelle, toujours à Arequipa. C’est sous un soleil de plomb que nous entrons sous l’arche du Tipika. Le décor nous met immédiatement dans l’ambiance : sous d’immenses pergolas, des tables de dizaines de convives sont installées. Il y a des ardoises colorées dans tous les coins, des plantes, et des matchs de foot à la télé. Les serveurs ? On ne peut pas les rater avec leurs grands chapeaux.

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

La picanteria traditionnelle

Au XIXè siècle, les picanterias sont l’un des seuls endroits où la mixité sociale est présente : qu’on soit ouvrier ou avocat, on aime se retrouver autour de bons plats traditionnels et de chichas ( = boisson fermentée typique des picanterias ). Elles sont inscrites au Patrimoine National depuis 2014. C’est donc avec plaisir et curiosité que nous déjeunerons dans l’une d’elles !

Le déjeuner commence très bien avec un apéro constitué d’un excellent cocktail Pisco Sour.

Le reste du repas est imposé ( normal quand on a 40 convives à table ), et le plat principal sera du…porcelet . Je fais un peu la gueule et en allant aux toilettes, je découvre sur les multiples ardoises et sur les tables des autres clients que la spécialité de la maison, c’est aussi la crevette. Je fais moins la gueule.

Du coup, Madame-la-Reloue ( c’est moi ) fonce voir Marco pour lui expliquer que je ne mange pas de porc ( enfin si…mais que du jambon bien rose bien industriel qui ne ressemble pas à du cochon ). Du coup je lui demande si y’aurait pas moyen de s’arranger pour qu’on me propose autre chose. Après quelques minutes, il revient le sourire aux lèvres en m’annonçant qu’on me remplace le porcelet par de la dinde. Il est tellement content que j’ose pas lui dire que j’aurais préféré de la grosse crevette. Alors vas-y pour la dinde !

En attendant, l’entrée est un piment farci. Tu vois la tomate farcie? Ben c’est tout pareil sauf qu’on te remplace ta tomate par un gros piment rouge bien rond qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la tomate. Marco nous explique qu’une fois cuit, le piment ne pique pas du tout. Nous ne risquons donc aucun mal d’estomac ( a priori…). 

Cette entrée porte le nom – court –  de Rocotto relleno con pastel de papa.

 

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Effectivement cette entrée est absolument dé-li-cieuse ! Et tellement copieuse puisque servie avec un gratin dauphinois que tous mes collègues se demandent comment ils vont pouvoir ingurgiter leur porcelet…Moi je reçois une monstrueuse assiette de dinde, mais impossible de me souvenir de l’accompagnement. En tout cas, c’est également très bon et copieux. Impossible de terminer mon assiette. D’ailleurs, moi qui suis un bec à sucre, je ne me rappelle absolument pas avoir mangé un dessert. C’est dire si c’est plutôt le piment farci qui me laissa un bon souvenir. ( mais pas aux collègues, vous allez comprendre.)

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Le musicien andain qui jouait pendant le repas.

Après ce déjeuner gourmand, il est compliqué pour toute la troupe de se remettre en selle pour le reste de la journée. Chaleur + digestion = c’est pas folichon. Heureusement le programme est light pour l’après-midi, puisque c’est quartier libre dans la ville. Enfin ! YOUPI !

Vu le peu de temps dont nous disposons sur place dans chaque ville ou village visité, nous demandons à Marco de nous conseiller pour l’achat de lainages en baby alpaca véritable ( lisez mon dernier article pour davantage de précisions à ce sujet ).

Certains partent à l’aventure dans la ville, appareil photo sous le bras. J’ai très envie moi aussi de m’enfoncer dans toutes les ruelles, mais mon espagnol fort limité a raison de ma motivation. Je préfère rester avec quelques collègues et faire des emplettes pour Musclor et Lalutine. Musclor qui je le rappelle, m’avait balancé avant de partir  » oublie pas nos ponchos et nos bonnets hein ! ». Bref, j’ai la pression. Heureusement notre guide connaît bien son sujet, et après avoir dévalisé la boutique qu’il nous a conseillée, il nous dirige à notre demande vers un marché typique, loin des touristes. C’est qu’on veut de l’immersion péruvienne, bordel.

Et on va être servis !

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Le marché d’Arequipa

Nous pénétrons sous d’immenses halles où se mêlent bien des odeurs. Le premier étal que nous croisons est celui d’un marchand d’épices, et Marco nous vante les mérites d’un produit local pour les défauts d’érection. Musclor n’ayant pas ce problème ( #LuckyMe 😁), je suis davantage attirée par les étals multicolores remplis de fruits. Ils s’élèvent jusqu’à 3 mètres de hauteur, c’est hyper impressionnant.

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Un vrai plaisir pour les yeux ! Mais il y a aussi une allée entière consacrée aux fromages ( ça pue ), une autre à la viande ( ça pue pire )…Parfois certains étals de produits ménagers ou de première necéssité se faufilent. Ca tombe bien, je cherche désespérement des mouchoirs ( j’ai vidé mon stock avec la crève post climatisation d’avion ). J’apprends donc un mot en espagnol : pañuelos. Et je demande à tous les étals qui vendent du PQ s’ils n’ont pas des pañuelos. En vain.

A croire que les péruviens ne se mouchent jamais. ( et c’est vrai ! En 10 jours j’en ai vu UN SEUL se moucher le pif et il utilisait un mouchoir en tissu – Les péruviens ont un train d’avance sur nous concernant certains déchets si vous voulez mon avis. )

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Un monsieur se cache sur cette photo.

Et puis évidemment, on retrouve des dizaines, des centaines de tissus multicolores ! Tous les vendeurs m’alpaguent ( hahaha ) avec ces deux mots « baby alpaca » à la bouche. Je pensais acheter du tissu pour coudre quelques petites choses à mon retour en France, mais finalement par manque de place dans ma gigantesque valise déjà pleine à craquer, je m’abstiens. C’est en regardant mes photos que je regrette de ne pas avoir acheté de pelotes de laine, car vous savez si vous me suivez sur Instagram que depuis, je suis devenue accro au crochet ! Et crocheter du baby alpaca, ça doit être quelque chose pour avoir des châles bien doux et chauds. Et le Pérou, c’est le pays du tissage par excellence ! Rien que pour ça, je suis capable de me reprendre un billet d’avion pour y retourner immédiatement.

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Après une bonne heure au milieu de ce marché :

  • je n’ai pas trouvé de mouchoirs. NULLE PART.
  • j’ai croisé mes collègues par petits groupes de 2 ou 3 qui avaient acheté des tas de trucs ( dont des bouteilles de Pisco pour le reste de la journée ).
  • je n’ai pas déboursé le moindre Soles. #EXPLOITDUSIECLE.
  • du moins, si on ne compte pas la course que m’a demandé ma coloc : un baume de massage à l’eucalyptus pour lui dégager les voies respiratoires. ( rigolez pas, la pauvre a toujours un pet de travers. )

Sur le chemin du retour à l’hôtel, je  vais entrer dans douze bouibouis et autant de pharmacies avant de dénicher mon Saint Graal : des mouchoirs. Bordel j’en aurais presque pleuré d’émotion ( ça faisait 3 jours que je me baladais avec un rouleau de PQ de l’hôtel dans le sac à dos, vous comprendrez aisément mon émoi. ).

Retour à l’hôtel…ou l’autel :

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Un autel dans la petite cour de l’hôtel

Ah oui ! Parce que j’ai oublié de vous dire, mais pour la première fois du séjour, nous passons deux nuits consécutives dans le MÊME hôtel ! Youhouuuuuuu ! ( il faut savoir se satisfaire des petits plaisirs simples de la vie ). Faire sa valise à 5 heures du matin tous les jours, c’était juste pas humain. Voilà pourquoi la matinée fut sans doute plus agréable que les autres : avec ce stress en moins, on avait tous pu partir pépouses à la découverte d’Arequipa. ( dès le lendemain, on allait remettre ça mais nous savourions déjà cette matinée moins speed que les autres ).

L’hôtel Tierrasur qui assure ?

Parlons un peu de l’hôtel tiens. Le Tierrasur est idéalement situé à quelques mètres de la place d’Armes d’Arequipa. Mais le truc gégé c’est qu’il est en retrait du brouhaha. Donc on a les avantages de la localisation sans les inconvénients.

Son architecture est complètement atypique : ici le neuf et l’ancien se mêlent ! Nous avons eu la chance de dormir dans une immense chambre en rez-de-chaussée qui donnait directement sur la petite cour intérieure bien fleurie, gazonnée et décorée. La porte en bois massif de notre chambre fait 3 mètres de hauteur. Nous n’avons par contre pas de fenêtres, mais de grands placards. La bâtisse où nous nous situons semble être la plus ancienne de l’hôtel, avec ses magnifiques murs en pierre et ses belles pièces de menuiserie façonnées.

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

De l’autre côté de la cour, un autre bâtiment plus haut s’élève. On emprunte un escalier moderne avant de déboucher sur tantôt des chambres spacieuses, tantôt des appartements. Notre chef de groupe a carrément eu un penthouse ! La classe.

On peut librement se balader sur les toits, pour un superbe panorama sur la ville.

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Enfin, le bâtiment qui donne sur la rue où se trouvent également la salle de réception et celle du petit-déjeuner, compte plusieurs étages accessibles en ascenseur de verre. Etonnant ! Au 3ème étage, on trouve ainsi une salle de sport derrière de larges baies vitrées. Et si on les traverse, on jouit d’une très grande terrasse avec encore un panorama exceptionnel sur les toits de la ville.

Pour l’heure, nous décidons à notre retour à l’hôtel , avant de retrouver Marco pour le dîner dans la ville, d’organiser un apéro. Car l’hôtel jouit également de petites courettes où sont installés des tables, chaises et parasols. Le lieu idéal pour se retrouver !

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

On déballe les trop nombreuses bouteilles d’alcools locaux achetées sur le marché, les avocats, les chips locales, les tapenades…et c’est parti pour un bon moment tous ensemble, à rire de nos anecdotes péruviennes, à se découvrir sous un autre angle, à discuter avec les conjoints de collègues etc etc…

On ne voit pas le temps passer ni les litres ingurgités . Et après cet excellent moment, nous partons tous en direction du restaurant où nous allons dîner.

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

J’adooore le bar de ce resto !

La fin de soirée… mouvementée ?

J’ai dû abuser sur l’apéro puisque je ne me souviens pas du dîner ce soir-là, ou alors uniquement de cette délicieuse soupe de maïs et artichauts qui nous a été servie en entrée. Un groupe de danseurs et un groupe de musiciens andains animent la soirée. L’ambiance est excellente, et je me console d’être assise loin de PaPi et Mamie puisque j’ai la chance d’être installée à côté de Marco, notre guide, qui nous racontera des choses étonnantes sur son pays…et sur sa vie !

( ne me demandez pas quoi – à ce stade je crois que j’étais à trois grammes. )

Pérou Arequipa circuit tourisme marché pisco Typika picanteria

Après un repas sans doute délicieux ( me rappelle pu ), nous repartons en direction de notre hôtel. J’aurais a-do-ré passer une soirée musicale dans un bar typique mais Marco nous calme : vu l’heure de réveil du lendemain et le programme, il vaudrait mieux penser à se reposer ( et cuver ).

Nous rentrons donc à l’hôtel pour une nuit qui s’annonce tranquille. Avant cela, c’est accompagnée d’une bonne quinzaine de congénères que nous grimpons au 3ème étage sur la terrasse pour terminer les bouteilles entamées quelques heures plus tôt ( beh oui, sinon ça fait trop lourd dans les valises. )

Ah, je vous avais pas dit ? Ma coloc avait préféré rester à l’hôtel pour se reposer. Pas de restaurant pour elle, elle est trop barbouillée. Elle a roupillé toute la soirée et quand je rentre, elle m’informe qu’elle a encore passé sa soirée à vomir, et qu’elle m’a encore terminé un rouleau de PQ. ( heureusement j’en ai dans mon sac ). Vu les énormes glouglous qui émanent de son ventre, et les pets qu’elle ne peut s’empêcher d’excuser ( même si je les entends pas ), je la crois sur parole. Je lui donne le baume respiratoire déniché au marché, elle s’en enduit la poitrine et se couche. Extinction des feux. Vu la nuit précédente, j’enfonce bien fort mes boules Quiès dans mes oreilles en espérant mieux dormir…

Ai-je encore passé une nuit moisie ? N’y-a-t’il pas une épidémie qui traîne dans le groupe ? Quel chemin allons-nous emprunter le lendemain ? C’est ce que vous découvrirez dans la suite de mon circuit péruvien !

 




LalutotaleTourismealpaga,Amérique du Sud,Amérique Latine,arequipa,baby alpaca,circuit,couvent,fruits,inca,incontournables,laine,lieux,marché,mate de coca,Panaméricaine,parc,Pérou,picanteria,piment farci,récit,Tierrasur,tourisme,Typika,vacances,voyage
Après une matinée très dense de visites , notre programme prévoit un déjeuner dans une picanteria traditionnelle, toujours à Arequipa. C'est sous un soleil de plomb que nous entrons sous l'arche du Tipika. Le décor nous met immédiatement dans l'ambiance : sous d'immenses pergolas, des tables de dizaines de...
Dis, on partage ?
  • 15
  •  
  •  
  •  
  •  
    15
    Shares
  •  
    15
    Shares
  • 15
  •  
  •  
  •