270915-Nola- HR-80

Après une looongue grossesse qui s’est terminée sur une césarienne pratiquée en urgence à 41 SA + 6 jours et des suites de couches en demie-teinte ( je vous raconterais tout ça dans de prochains articles si vous y tenez ), j’ai le plaisir d’être de retour à la maison depuis trois semaines. Avec 16 kilos de rétention d’eau en moins, mais 4,240 kilos de bonheur en plus.

Tout a changé dans nos vies à Musclor et moi, depuis ce tout petit cri d’oisillon entendu au bloc opératoire, ce gémissement minuscule qui nous coupa le souffle ( de battre mon coeur s’est arrêté ), qui nous fit écarquiller les yeux et réaliser que ça y est : LaLutine est là, nous sommes parents !

Tu entres alors dans un tourbillon de sentiments ( merci la salope de descente d’hormones ) et ton quotidien tout entier est chamboulé. Un quotidien dont on ne m’avait jamais parlé et dont je n’imaginais pas l’intensité avant d’être maman ! Aujourd’hui je me découvre des ressources dont j’ignorais l’existence et voici un petit aperçu des choses que ne connaissais pas sur mon moi-même intrinsèque avant d’être mère.

Je ne pensais pas être capable :

  • de me doucher et me rhabiller en 6 minutes chrono, tartinage de vergetures et enfilage de bas de contention compris.
  • de me noyer dans une paire d’yeux si longtemps. Et ne jamais m’en lasser.
  • de me nourrir de la main gauche tout en mettant mon petit doigt dans le bec de LaLutine de la main droite, pendant que mon pied gauche berce son transat.
  • de survivre à dix secondes de son « cri de chat » ( signal d’alerte maximale ) sans chialer de douleur.
  • d’acheter un babyphone plutôt qu’une paire de bottines.
  • d’être aussi zen que Bouddha alors que LaLutine me gratifie de 175 décibels direct dans le tympan droit ( celui du rot )

J’ignorais aussi que je pouvais :

  • donner 74 surnoms différents à mon bébé : mon poussin, mon lapin, mon crapaud ( quand elle hoquette ), mon amour, ma chérie, ma lutine, ma mitraillette ( en cas de rafales de pets ), mon coeur, mon poisson ( dans le bain ), mon dragon ( quand elle semble cracher des flammes avant de se réveiller )
  • être heureuse de me faire pisser sur la robe.
  • être heureuse de me faire caguer sur les doigts.
  • pleurer de bonheur simplement en regardant son père la câliner comme si c’était la huitième merveille du Monde
  • être amusée et pas gênée devant les énormes prouts sonores de ma fille en public.
  • tellement aimer allaiter ma fille que même si mon allaitement est ultra difficile ( merci les prothèses ) et que j’ignore ce que sont les seins douloureux ou une montée de lait, je n’envisage pas d’arrêter de sitôt.

Et puis je ne savais pas qu’il était possible :

  • d’avoir une mycose aux mamelons.
  • de rire avec Musclor  à s’en déchirer les abdominaux ( ou plutôt ce qu’il en reste ) quand le divin fondement de LaLutine devient le tonneau des Danaïdes ( remplacez l’eau par un tube de dentifrice au curry qui sent le caca de troll )
  • d’avoir les boyaux qui se tordent à la perspective de retourner travailler ( et pourtant c’est pas tout de suite )
  • de me faire téter le bout du nez ou le lobe de l’oreille.
  • de retrouver du chocolat dans mes soutifs d’allaitement ou des tâches blanches suspectes sur l’arrière de mon épaule droite ( celle du rot ) que je traîne depuis 48 heures en société.
  • de former une chaîne humaine pour les repas : Musclor me donne la becquée pendant que je donne le sein.
  • de m’émerveiller devant la taille minuscule de ses doigts et de ses orteils, ou devant la couleur et la texture du contenu de sa couche, ou devant sa large palette d’expressions et mimiques faciales ( allant de « attention je pousse si fort que mon pet va m’envoyer sur orbite » à « oh Maman ce que t’as dans les seins, c’est d’la bonne » )

Enfin je n’imaginais pas qu’il soit possible d’aimer un petit Être si fort, de façon inversement proportionnelle à sa taille, mais exponentielle.

 

270915-Nola- publi-119

LaLutine a un mois aujourd’hui <3

*Photographe : Mademoiselle Céline B.

alaune

LalutotaleMa vie de mamanMaternitébébé,changement,être mère,lifestyle,maman,maternité,mère,parentalité,parents,vie
Après une looongue grossesse qui s'est terminée sur une césarienne pratiquée en urgence à 41 SA + 6 jours et des suites de couches en demie-teinte ( je vous raconterais tout ça dans de prochains articles si vous y tenez ), j'ai le plaisir d'être de retour à la...
Dis, on partage ?
  • 149
  •  
  •  
  •  
  •  
    149
    Shares
  •  
    149
    Shares
  • 149
  •  
  •  
  •