Lu & Lush 35 ➼ Le shampooing solide, cap’ ou pas cap’ ?

Lush shampooing solide cheveux Capi'vert capivert
Hier sur Facebook, je vous demandais si vous aviez une idée de ce qu’était cette curieuse galette verte parsemée de petits zigouigouis qui ressemblent à s’y méprendre à des herbes de Provence.

Certaines de vos propositions m’ont bien faite rire comme celle des Crackers aux herbes ou des cookies !  Seulement voilà, si vous mangez ce machin-là, vous avez de grandes chances de faire la grimace – voire pire –  et pour cause : il s’agit en réalité d’un shampooing solide.

Je vous accorde qu’effectivement,on n’a pas l’habitude des shampooings vendus sous cette forme. Quoique si vous connaissez et êtes adeptes de la marque brittano-cosméto-bobo-écolo LUSH, vous en avez déjà forcément entendu parler.

Laissez-moi donc vous présenter ce curieux shampooing gagné sur la blogo l’année dernière. Oui j’ai mis quelques mois à me décider pour l’utiliser. Deux raisons à cela :

  1. Grâce à cette galénique particulière, ces produits se conservent super longtemps.
  2. J’avais déjà une expérience vieille de quelques années avec les shampooings solides, et n’avais pas particulièrement apprécié leur utilisation.

Comme je suis en no-buy depuis quelques semaines, j’écluse peu à peu le bordel les produits contenus dans mes placards. Le fait que Musclor et moi partions en vacances équipé d’une valise unique pour deux me contraignait à emmener le moins de cosmétiques possibles, et je suis retombée sur ce galet vert : le Capi’vert.

Lush shampooing solide Capi'vert capivert

Au départ donc, vous achetez pour 9€ un petit galet rond comme ci-dessus, qui n’a rien à voir avec l’espèce de machin aplati que je vous montre en photo. Si mon Capi’Vert a cette dégaine-là aujourd’hui, c’est que nous sommes presque arrivés au terme de son utilisation. Il faut dire que Musclor en est tombé raide dingue et que sans en être tombée folle amoureuse, je prends également plaisir à l’utiliser.

Pourtant au départ j’avais plusieurs appréhensions, entre autres qu’il ne mousse pas beaucoup , que je doive frotter ce galet à même ma choucroute,  que ce côté très “sec” transforme mes cheveux en botte de paille, puis surtout qu’il emmêle mes tifs comme si j’avais passé ma journée dans une soufflerie. Bref, c’était pas gagné pour lui…

Mais je suis une testeuse de l’extrême, j’aime les nouvelles expériences et j’étais prête à sacrifier mon pelage pour la cosméto-science ( bon en vrai, mon énorme bouteille de shampooing ne rentrait plus dans la valise, donc j’étais obligée ).

Lush shampooing solide Capi'vert capivert

 

Justement on va parler d’abord des avantages que j’ai trouvés à ce Capi’Vert et son gros point fort selon moi, c’est que cette forme solide permet non seulement un transport facile car il prend très peu de place mais il présente également un intérêt écologique méga-coule : il n’y a aucun emballage.  Pas de déchets avec un shampooing solide !

Ensuite ce petit galet tout mignon malgré sa taille ridicule, permet d’effectuer 60 à 80 shampooings soit selon Lush, l’équivalent de 3 bouteilles de shampooing classiques. Je ne suis pas allée jusqu’à vérifier cette information, arguant que tout dépend de la quantité de shampooing liquide qu’on utilise à chaque application et du volume de la bouteille de shampooing en question. Ce qui est certain par contre, c’est que Musclor et moi utilisons notre Capi’vert depuis 2 mois quotidiennement et qu’il n’est toujours pas terminé ! Il met donc un certain temps à “fondre” ce qui en fait un produit très économique malgré son prix qu’on pourrait croire au premier abord trop gonflé.

Pour l’utilisation c’est assez simple : il suffit de frotter le galet sur son cuir chevelu bien mouillé puis de masser et laver comme avec un shampooing classique.

Dans les faits, je ne m’y prends pas comme une sauvage et frotte doucement pour éviter d’agresser mon scalp. Le produit mousse beaucoup, ma première appréhension s’est envolée, comme celle de Papounet qui a d’abord cru à une blague quand je lui ai dit de frotter ça sur sa caboche pour se shampooiner.

Lush shampooing solide Capi'vert capivert

Je masse ensuite doucement mon cuir chevelu et laisse poser quelques minutes au sommet de mon crâne, le temps de me débarbouiller et de laver mon corps de déesse. Sur les pointes, je m’y prends très précautionneusement pour éviter d’emmêler ma touffe.

L’odeur de Capi’vert est très agréable : ça sent le “vert” justement mais pas un truc hyper agressif qui te retourne le bide, plutôt une douce odeur d’herbes fraîches qui te donne l’impressin de batifoler dans un joli pré à la campagne. Personnellement, j’adore !

Le rinçage s’effectue de la manière la plus simple et rapide qui soit . Les cheveux “crissent” alors, signe qu’ils sont bien propres et que le produit ne contient pas de silicones (  qui je le rappelle, ont tendance à gainer la fibre capillaire et à donner l’impression qu’on a mal rincé son shampooing ).

Au niveau des résultats, je dois dire que je suis enchantée : mes cheveux sont bien propres, je trouve qu’ils brillent plus et son plus légers que d’habitude, et je peux me permettre d’espacer mes shampooings de 48 heures ( un exploit pour moi qui suis obnubilée par l’aspect graisseux des cheveux ).

Par contre, je regrette énormément la quantité de merdouilles présentes dans le galet : non seulement ça te gratte la couenne au moment de l’application et rend le shampooing plus agressif pour le cuir chevelu mais surtout tu en retrouves PAR-TOUT : sur tes parois de douche, dans le bac de douche, dans tes cheveux mouillés et même dans tes cheveux secs après les avoir coiffés.

Lush shampooing solide Capi'vert capivert
Et forcément, tu te coinces des cheveux dans les merdouilles.

 

Du coup, pour utiliser Capi’vert, deux ou trois recommandations s’imposent :

  • Ne surtout pas frotter le galet comme une sauvage sur son crâne : OUI ça agresse le cuir chevelu, OUI ça emmêle les tifs et OUI tu peux même t’en arracher, des tifs, à cause des trop nombreuses merdouilles.
  • Si vous êtes sujettes aux pointes fourchues, ne pas trop insister sur celles-ci : se contenter de passer le galet dans “le sens du poil” une ou deux fois pour les laver, c’est tout. Compléter ensuite avec un soin hydratant ou réparateur.

Enfin, je tenais à mentionner la composition de ce galet en indiquant en gras les composés synthétiques :

Laurylsulfate de sodium (Sodium Lauryl Sulfate)Parfum (parfum)Romarin (Rosmarinus officinalis)Ortie (Urtica dioica)Eau (Aqua)Poudre d’arbre à thé (Melaleuca alternifolia)Feuilles de menthe poivrée (Mentha piperita)Absolu de rose (Rosa damascena)Huile essentielle de camomille bleue (Matricaria chamomilla)Absolu de vanille issu du commerce équitable (Vanilla planifolia)Coumarine* (coumarin)Géraniol* (geraniol)Benzoate de benzyle* (benzyl benzoate),Limonène* (limonene)Linalol* (linalool)Hydroxycitronellal (Hydroxycitronellal)Chlorophylle (CI 75810) 

J’applaudis que mon Capi’Vert soit composé en très large majorité d’ingrédients naturels mais je déplore néanmoins deux choses : la position du SLS et du parfum dans cette liste qui indiquent qu’ils sont tous deux en forte concentration, et surtout la présence-même du SLS ( sodium lauryl sulfate ) qui est l’agent moussant du shampooing mais dont le pouvoir irritant est largement reconnu.

 

Pour conclure, je suis plutôt emballée par les shampooings solides en général mais ce Capi’Vert en particulier a quelques défauts… Les galets sont  très économiques et ont une longue durée de vie, tandis qu’ils permettent d’éviter la production de déchets plastiques comme les bouteilles de shampooings classiques. De plus, l’odeur “verte” de Capi’Vert est très agréable. Cependant, il faudra prendre garde à ne pas s’y prendre comme un sauvage lors du frottage sur le crâne pour ne pas agresser le cuir chevelu/perdre des tifs/assécher les pointes, à cause d’un trop grand nombre de merdouilles et d’une composition présentant le SLS en tête.

Musclor est conquis, Papounet aussi.

Personnellement, je suis charmée par le concept du galet mais lors de ma dernière visite en boutique, j’ai jeté mon dévolu sur un autre shampooing solide présentant moins de merdouilles au-dedans.

Satisfaction : 7 / 10

Et vous, connaissiez-vous les shampooings solides ? Etes-vous tentées d’essayer ?

 

Dis, on partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

15 Commentaires

  • Avatar
    Claire7799
    29 novembre 2014 15 h 54 min

    Moi, je ne me sens pas encore cap, surtout avec les merdouilles, ça ne me fait pas trop envie!! ^^ C’est vrai que le sans emballage, c’est un point positif mais j’avoue que j’aime bien changer de shampoing!!
    Bon, si un jour j’en reçois un, je testerai quand même suite à ton article!!

    • Avatar
      lalutotale
      30 novembre 2014 15 h 06 min

      celui-ci est vraiment blindé de merdouilles…Il y a d’autres shampoos solides chez Lush qui en ont beaucoup moins 🙂

  • Avatar
    lisalekoala
    29 novembre 2014 20 h 25 min

    Drôle d’aspect ce shampooing ^^ Je connaissais les shampooings solides mais je préfère m’en tenir aux shampooings liquides classiques car me frotter la tête avec un galet, ça ne m’inspire pas tellement ^^

    • Avatar
      lalutotale
      30 novembre 2014 15 h 07 min

      tu verras, dès que tu auras essayé, tu seras conquise 😉

  • Avatar
    natieak
    29 novembre 2014 21 h 55 min

    Bonjour
    Ben alors , l’aspect , c’est pas ce qu’on a vu de mieux ^_^ mais passé ce stade, pourquoi pas!!

    • Avatar
      lalutotale
      30 novembre 2014 15 h 07 min

      LOL ! Il faut dire que sur mes photos, mon galet est déjà bien entamé hein ^^

  • Avatar
    ophea44
    29 novembre 2014 23 h 30 min

    J’ai jamais essayé à cause du sls justement, pas étonnant que cela mousse , bref si je le laisse tenter jen choisirai un a la texture sans morceau tu m’as convaincu de pas essayer lol

  • Avatar
    adeline L
    30 novembre 2014 12 h 09 min

    il a l’air pas mal mais je n’aime pas trop le principe des galets de shampoings, j’ai eu le trichomaniaque ou qq chose comme ça de bush et je n’aimais pas du tout

    • Avatar
      lalutotale
      30 novembre 2014 15 h 08 min

      Tu parles sans doute de Trichomania et je crois qu’il s’agit d’un après-shampooing ^^

  • Avatar
    prissou333
    1 décembre 2014 11 h 43 min

    Aprés avoir utilisé le bleu clair , je suis passée au violet mauve, mais j’ai l’impression qu’il me donne des péllicules…
    J’ai reçu en échantillon le shampoo BIG de Lush la semaine dernière (au gros sel) et j’ai ADORE, je suis allée m’acheter le gros pot à 21€ samedi! cheveux tout doux et qui sentent bons, le pied!! 🙂 c’est tellement génial LUSH…mon banquier me déteste aprés chaque visite^^

    • Avatar
      lalutotale
      1 décembre 2014 21 h 34 min

      je ne connais pas (encore) Big ! 🙂

  • Avatar
    kakounette
    1 janvier 2015 18 h 29 min

    Perso j’adore les shampooings solides et je les fais comme ça je sais ce qu’il y a dedans !!
    Bises

    • Avatar
      lalutotale
      2 janvier 2015 20 h 33 min

      Musclor est vraiment devenu adepte et je dois avouer que je commence à vraiment beaucoup beaucoup les aimer !

  • Avatar
    Anne
    30 novembre 2018 20 h 54 min

    Je fouillais le web pour me trouver une recette de shampoing solide. Le SLS est un tensioactif que l’on trouve en vente libre (et que j’ai dans mon placard) et qui est végétal. Le mien provient de Aroma Zone … Le SLS est formulé à partir de l’huile de coco. Rien à voir avec un produit pétrochimique comme vous le mentionnez dans votre article.

    • Lalutotale
      Lalutotale
      2 décembre 2018 3 h 00 min

      Ah oui ?
      Le SLS dont vous parlez est bien le Sodium Lauryl Sulfate ?
      Alors voilà : “Le Sodium Lauryl Sulfate (SLS) est un tensio-actif sulfaté avec une puissante action détergente. Si puissante que le SLS est couramment utilisé pour le nettoyage industriel des sols et des moteurs. Oui, vous avez bien lu ! Cela n’empêche ce même ingrédient d’être la base de nombreux produits de notre quotidien (gels douches, shampooings, gels nettoyants…).

      Le SLS et les autres tensio-actifs sulfatés sont en effet des ingrédients de choix pour les industriels car ils sont très peu chers, moussent bien et sont propices à la bonne conservation et stabilité des formules. On les trouve donc dans la très grande majorité des cosmétiques sur le marché alors même que le SLS est de plus en plus décrié pour ses effets irritants pour la peau.

      Effets irritants tant et si bien connus, que le Sodium Lauryl Sulfate est utilisé comme irritant cutané de référence par les chercheurs menant des études dermatologiques. D’ailleurs, cela fait plus de 30 ans que la première étude a avoir démontré les effets irritants du SLS a été menée aux Etats-Unis.

      Irritant cutané dès 0,5% de concentration, le Sodium Lauryl Sulfate s’avère extrêmement irritant dès 10 à 30% de concentration. A savoir que certains savons contiennent 30% de SLS…

      Comme tout tensio-actif sulfaté, le SLS provoque également des picotements très prononcés s’il entre en contact avec les yeux. Picotements que les industriels essaient de réduire en ajoutant d’autres molécules dites moins irritantes. Plutôt que de supprimer la source du problème, mieux vaut l’occulter.
      La corrosivité des tensio-actifs sulfatés s’explique notamment par le fait qu’ils altèrent les protéines des membranes des cellules cutanées et oculaires2. Cela entraine des réactions immunitaires et inflammatoires : rougeurs, gonflements et picotements sont les signes les plus courants de ce type d’irritation. Ces molécules détruisent aussi les lipides cutanés, empêchant le film hydrolipidique de lutter contre la déshydratation cutanée. Ce faisant les détergents sulfatés déshydratent fortement la peau et expliquent bon nombre des tiraillements que l’on ressent après la toilette.

      Alors que les études scientifiques démontrant leurs effets néfastes se multiplient, les défenseurs des tensio-actifs sulfatés expliquent que ces études révèlent des irritations à des doses largement supérieures à celles utilisées en cosmétique. Cependant, une étude a montré que ce contre-argument n’était pas solide, dans la mesure où c’est surtout l’exposition quotidienne et répétée à ces molécules qui entraine des irritations.

      Enfin, le Sodium Lauryl Sulfate se montre particulièrement nocif pour les enfants. Rapidement absorbé par l’œil, il peut y rester présent pendant 5 jours. Avec un taux d’absorption particulièrement élevé chez les jeunes6 et des effets néfastes sur les protéines, leur accumulation peut poser de sérieux problèmes de développement de l’œil chez un enfant.”

      Je te passe le reste mais grosso modo, je trouve dommage de fabriquer ses cosmétiques soi-même pour s’affranchir de composés dangereux…pour finalement y glisser du SLS.

Laisser un commentaire

Prouve-moi que tu n'es pas un robot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.