( En fait, rien d’étonnant à ce que des requêtes chelou atterrissent sur mon blog…)

Il existe un produit parmi une foultitude d’autres dont j’ai affreusement honte et que je m’empresse de planquer dès qu’un visiteur pénètre ma salle de bains.

Douloureux souvenir d’une déconvenue survenue il y a quelques semaines. Un truc qui la fout mal, un truc qu’heureusement je ne connais pas tous les jours.
Un truc qui m’a quand même collé une sacrée honte.
Je m’en vais vous la conter sans tarder.

En effet, la pouffe en société affiche une classe hors du commun : maquillage sophistiqué, coiffure épinglée, attitude hautaine mais décontractée, gestes mesurés et élégants.
Toutefois, certains éléments perturbateurs menacent sans cesse de ridiculiser cette icône du glamour. Pour ne pas les citer, choisissons dans le désordre le string coincé dans la jupe après un passage discret aux toilettes, le frottage oculaire se soldant par un charmant liseret de mascara noir jusque sur les joues, les crottes d’oeil, le rouleau de PQ absent après un déjeuner copieux mais bien malicieusement coincé sous le talon de ses Jimmy Shoo , etc...

Et un jour survint le paroxysme du vulgaire, le genre de gestes choquant et irrévérencieux : vêtue de mon plus beau tailleur et maquillée à la perfection, je me suis grattée frénétiquement l’entrejambes façon cowboy en rut.

Si les dents se doivent d’être lavées après chaque repas et même si les pieds sont tenus de ne jamais sentir le camembert périmé, je mets également un point d’honneur à savonner scrupuleusement cette partie du corps susceptible de recevoir de la visite : Minette doit toujours être fraîche en bonne hôtesse qu’elle est. Ces démangeaisons se devaient de disparaître vite vite.

Gyn Hydralin savon toilette intime hygiène

Le placard qui renferme les produits honteux 

En effet, je sus après un bref passage chez le médecin que le traitement antibiotique ayant éradiqué ma vilaine rhinosinusite avait fait de ma région pubienne un élevage de bébêtes.

A la question «  ça vous gratte ? » , j’eus envie de répondre par un jeté de sac à mains en travers de la goule mais il n’en fut rien : poliment je me suis levée jusqu’à la table d’auscultation, laissant apercevoir à M. Toubib la démarche tantôt empruntée à un pingouin ( les jambes écartées évitent les frottements ), tantôt cul-serré ( quand ça gratteles frottements ça soulaaage ).

Malgré ma gêne évidente, je fus néanmoins rassurée d’entendre de la bouche d’un spécialiste de la santé qu’une mycose, puisque c’est bien ce dont il s’agit, n’était pas forcément synonyme d’hygiène douteuse mais que la loi dite de l’emmerdement maximum était aussi applicable à la prise d’antibiotiques.
Maintenant que je vous ai un tantinet rassurés sur mon état de propreté, je suis sûre que comme moi, vous mourrez d’envie de savoir ce qu’est réellement une mycose.

Gyn Hydralin savon toilette intime hygiène

la moins pire photo que j’ai trouvé sur le net…

 

Tout d’abord, il faut savoir qu’une mycose est une infection dûe à une prolifération de champignons ou levures, dans ce cas loin d’être comestibles et qu’on en distingue deux types :

  • les Candidoses dûes à des champignons qui affectent la peau et les muqueuses. Très sympas si comme moi, vous trouvez carrément moyen les gros slips et que vous préférez les strings qui vous cisaillent la raie : oui, ça démange grave. Saloperies de candidoses.
  • Les Dermatophytoses qui affectent la peau, les ongles ou les cheveux. Dediou, ça rigole pas les mycoses.

Sans parler de celles qui peuvent atteindre les organes internes comme les poumons ( engendrant des tuberculoses pulmonaires ) ou qui peuvent survenir chez les patients traités par des hormones type cortisol.

J’ai toujours, à tort, pensé que les mycoses sont bénignes : mes dix doigts ne suffiraient pas à compter le nombre de copines en ayant déjà souffert. Et elles ont toutes survécu. Mais je peux affirmer qu’après avoir vu les photos ci-après  ( ne me remerciez pas ), j’ai failli en avaler ma langue :

Gyn Hydralin savon toilette intime hygiène

ceci est une main mycosée…yeurk

 

Attention, voilà la pire :

Gyn Hydralin savon toilette intime hygiène

je crois que j’vais faire des cauchemars…

Après m’avoir conseillé d’arrêter le port de strings pour éviter la prolifération des bébêtes au sein-même de mes pantalons et m’avoir demandé si j’utilisais un savon spécifique à l’hygiène intime ( hiiiii, Saforelle power ), il m’ordonna de ne pas avoir de rapports sexuels pendant quelques jours. Grmblblbl.

Ma prescription médicale fut simple et concise. Toute femme utilisant des tampons avec applicateur quand vient la période des coquelicots devra ravaler son dégoût : oui, on te file un ovule et oui, tu devras te l’enfiler avec les doigts pour bien le caler au fond de Minette. Ca c’était la phrase gore de l’avis. Estimez-vous heureux : je ne parlerais pas de la substance dégueu qui coule dans la culotte pendant les trois jours qui suivent. Mais les habitués des suppositoires verront facilement de quoi je parle.

L’ovule servira donc à dégager mes champignons mais pour traiter les démangeaisons symptomatiques, mon toubib me prescrit également un savon au pH spécifique : si les Saforelle et autre Roger Cavaillès se targuent de proposer un pH neutre respectueux de la flore vaginale, celui qui m’ait imposé cible particulièrement les infections génitales. Ces deux derniers mots me fichent la chair de poule.

Gyn Hydralin savon toilette intime hygiène

La flore vaginale est à un pH neutre, c’est-à-dire de 7.
Les bestioles qui pullulent et gratouillent font devenir cet environnement très acide, autour de 4 ou 5 unités de pH.
Donc pour compenser ce changement de pH et pour respecter la neutralité de la zone intime, il convient d’appliquer un produit dont le pH est basique, c’est-à-dire à plus de 7 unités.

Dans le cas de Gyn Hydralin, le pH de la solution est de 8.5, parfait pour faire revenir Minette dans le droit chemin.

Si j’apporte un soin tout particulier à aligner méthodiquement mes flacons et savons Lush, il faut bien avouer que la bouteille de Gyn Hydralin fait tâche : elle est moche moche moche. Une raison de plus de la planquer au fond d’un placard après chaque utilisation.

Et même si la prise en main se révèle très facile grâce à sa forme « en huit », les couleurs nous rappellent très vite qu’on a bien affaire à un produit pharmaceutique, sans frioritures. Le flacon de 200 mL est entièrement vêtu de blanc, surmonté d’un bouchon bleu foncé à clapet. Les écritures sont elles aussi bleu marine et quelques touches de jaune ( pour la gaieté du truc? Genre « youhou ! Je me savonne la foufoune pour traiter ma mycose, youpi » ) viennent enjoliver un milipoil le tout.

Je ne peux toutefois m’empêcher en tant que pouffe de remercier les designers de cet affront esthétique qui ont eu l’idée lumineuse d’écrire en caractères vraiment minuscules «  traitement symptomatique des démangeaisons génitales d’origine infectieuse ». La mention «  dont les mycoses » ne sera d’ailleurs visible qu’à la loupe.
Parfait donc si vous oubliez de planquer la bouteille.

Enfin sur la façade, j’apprends qu’il s’agit d’un traitement gynécologique ( sans déconner?) commercialisé par les laboratoires Bayer. Au dos apparaissent la composition, la forme pharmaceutique, les indications thérapeutiques et les mode et voie d’administration. Non vous ne rêvez pas : c’est tout pareil qu’une notice de médoc.
Là où je me suis bien marrée, c’est que le composant principal ( le seul indiqué dans la composition en réalité ) est la glycocolle, autrement appellée glycine. Et que cette même glycine a un goût sucré qui entre souvent dans la composition des édulcorants. J’ai pas goûté évidemment, c’est seulement que j’adore étaler ma science.

Gyn Hydralin savon toilette intime hygiène

Tsoin-tsoin, partenaire officiel de l’éradication des champipis

Les laboratoires Bayer commercialisent toute une gamme Gyn Hydralin pour nos foufounes irritées ou non. Tous les flacons de la gamme sont vendus sans ordonnance, pour un prix avoisinant les 7 euros.
Dans la gamme, vous trouverez le Gyn Classic mais aussi le plus connu : le Gyn Apaisa . Selon le nom de la solution, deux formats sont proposés, et c’est évidemment la plus grosse contenance qui devient la plus intéressante financièrement. ( 200 ou 400 mL ).

Même si j’adore illustrer mes avis Lush de dizaines de photos de mes utilisations, je tiens tout de suite à mettre les pendules à l’heure : malgré de nombreuses hésitations, j’ai décidé de viser un public large incluant les mineurs, il n’y aura donc aucun cliché de mes ablutions intimes jointes à l’avis. Oui je sais, vous êtes déçus.
Mais pour me rattrapper, je compte bien vous narrer en détails l’expérience sous la douche.

Le flacon gagne son premier point grâce à sa forme puisqu’il est très facile de l’attraper et tout aussi aisé d’ouvrir le clapet-capuchon qui laisse apercevoir un trou de taille normale (…). Toutefois, l’opacité de l’ensemble fera toujours rager la pouffe : «  punaise, il m’en reste ou pas?? ».

Côté olfactif, c’est clair comme l’eau de roche : ça sent le chimique et la mamie à la fois. Une odeur douce quand on étale mais puissante si les narines s’aventurent au-dessus du trou.
La texture s’apparente à du savon liquide : moins solide qu’une crème de douche mais plus liquide qu’un shampooing classique, la question de la dose à employer ne se pose pas. Une petite giclée dans la paume de la main suffira amplement à désaltérer Minette. La solution est parfaitement transparente, très limpide malgré ce que le visionnage dans le trou du flacon laissait à penser : concentrée, la solution adopte une couleur rose très très pâle.

Là où le bonheur est assuré, c’est que la solution est très économique : la petite giclée prévue pour le savonnage entier de Minette réussit sa tâche à merveille. D’ailleurs ça mousse, et la pouffe adore quand ça mousse. Les bulles sont légères et aériennes et l’odeur devient discrète comme une caresse.

D’ailleurs, mes lecteurs assidus savent que j’ai subit une opération fessière il y a quelques années et que ma raie ayant décidé de me faire chier des misères régulièrement, elle s’infecte de temps en temps et pique et gratte. Dans ce cas de figure, je prends un soin tout particulier à répartir les tâches manuelles : une main pour Minette, l’autre pour mister SIF ( Sillon Inter-Fessier ) puisque chaque femme ayant déjà crotté ( OMG ) sait que quand on s’essuie l’arrière train, il faut toujours diriger la main vers l’arrière pour ne pas ramener de bébêtes chez Minette.( je suis claire là?)

Quelques allers-retours de poignets plus tard, il faut penser à bien rincer le tout. Vous voyez le résultat quand vous ne rincez pas correctement vos mains après les avoir savonnées? Bon.
Ben là c’est pareil pour l’hydratation : si vous laissez des bulles sur Minette, elle va avoir soif et à mon sens, les crèmes hydratantes pour foufounes n’existent pas encore.
Nul besoin d’adopter des positions acrobatiques dignes du Kamasutra pour le rinçage puisque la mousse part facilement. Toutefois, en tant une psychomaniaque de la propreté et une grosse trouillarde, je pose toujours une jambe sur le bord pour passer la poire de douche dans les recoins. Classe… Mais efficace!

Juste après m’être séchée et avoir glissé quelques coins de serviette dans les endroits les plus difficiles d’accès ( oh oui ), un picotement se fait systématiquement ressentir. Ce n’est pas agréable certes mais ça reste très supportable et psychologiquement, ça me laisse à penser que la solution est en train de tordre le cou aux bêtes. Pour rappel, je me dois de préciser que je parle toujours de ma mycose et pas de morpions. Pouark.

Après 5 minutes au bout desquelles vous vous jurez de ne jamais tenter l’acupuncture dans des endroits interdits, la sensation de picotements s’efface sans qu’on y pense et l’on peut vaquer à nos occupations normales sans soucis. Toutefois, je ne me suis jamais risquée à enfourcher un vélo juste après.

Et après chaque utilisation, je pense sérieusement à ériger un autel en hommage à Gyn Hydralin : non seulement il lave, mais il soulaaage ! La gratouille ne se fait plus ressentir, en tout cas pas immédiatement et Minette est ravie de ne se frotter dans tous les coins pour calmer les gratouillements.

Le traitement devait durer une bonne semaine, à base de deux savonnages par jour. Et après quelques culotticides suite à la descente vertigineuse de l’ovule, il faut constater que la mycose est totalement partie. Disparue. A bas les champignons !
La disparition des bestioles est-elle totalement liée à l’utilisation de Gyn Hydralin ? Certainement non puisque l’ovule reste vraiment le traitement efficace contre les mycoses vaginales et qu’un tel produit ne suffit pas à les éradiquer. Mais je dois avouer que la mycose diagnostiquée par Toubib sur ma cicatrice fessière a totalement rendu les armes face à cette solution. Et uniquement à elle.

Alors malgré sa prescription d’un autre savon liquide pour mon divin fessier, j’ai décidé de ne pas acheter de nouvelle solution tant que Gyn ne serait pas terminé. Après tout, il vient à bout de tous mes problèmes dégueus alors pourquoi en utiliser un autre?

Gyn Hydralin savon toilette intime hygiène

le flacon à planquer

En effet, malgré son action bienfaitrice, il faudra veiller à ne pas utiliser Gyn Hydralin avant le passage d’examens gynécologiques tels des frottis. Les analyses seraient faussés par un pH trop élevé.
Et enfin, sachez que tous les produits d’hygiène intime ne doivent pas être utilisés dans les deux heures suivant une partie de galipettes si vous utilisez un gel spermicide. En effet, il subsiste un gros risque d’inactivation totale de la contraception.
Très utile à savoir pour ne jamais dire «  Je suis tombée enceinte à cause de mon savon à foufoune. » De toute façon, dans le cas d’une mycose, les galipettes sont totalement proscrites sauf si vous voulez faire souffrir votre partenaire. Gniark.

Grâce à l’action combinée d’un ovule et de cette solution moussante, Minette peut à nouveau respirer et continuer à perpétrer sa réputation de bonne hôtesse, toujours disponible et impeccable sur elle. Ma démarche de pingouin et les regards inquisiteurs d’inconnus me surprenant en train de me gratter l’entrecuisses comme une tarée, c’est fini. Je peux désormais réafficher en toute tranquillité ma classe habituelle en roulant du popotin à tout-va.

Minette fait la fête

  • La solution est douce puisqu’ il ne s’agit pas d’un savon.
  • Son pH basique a neutralisé les bébêtes acides.
  • Sa mousse abondante sent bon, un mélange de Mamie et de médoc combinés.
  • La facilité de rinçage : aucune position tordue à adopter.
  • Son action efficace contre les démangeaisons : les pouffes usent et abusent du Gyn
  • Sa capacité à avoir totalement détruit sans le moindre traitement conjoint la mycose qui envahissait ma cicatrice fessière.
  • Son clapet facile à ouvrir et sa forme anatomique pour une bonne prise en main.
  • Son prix très intéressant en regard du nombre d’utilisations envisageable.

Minette peut faire la goule

  • Le flacon est très moche : pas de doute, on est devant un machin de parapharmacie qu’il va falloir planquer.
  • Les picotements dans les 5 minutes qui suivent l’application: c’est supportable mais la sensation reste étrange.
  • L’impossibilité de voir l’état du flacon puisqu’il est totalement opaque.
  • Durant le temps de traitement, Minette ne peut recevoir de visiteurs. La faute à ces salauds de champignons.

Ce traitement gynécologique, même s’il reste toujours planqué avec mes crèmes pour les pieds, est devenu un véritable indispensable au même titre que mon dentifrice : il fait travailler mes poignets en douceur, me procure une haleine fraîche en toutes circonstances et lutte efficacement contre les corps étrangers. Oh oui.

Satisfaction : 9 / 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleSous la doucheavis,champignons,critique,gel,gin,gyn,Gyn hydralin,gynécologique,hydralin,intime,minette,mycose,nettoyage,ovule,review,revue,savon,traitement,vagin,vaginale
( En fait, rien d'étonnant à ce que des requêtes chelou atterrissent sur mon blog...) Il existe un produit parmi une foultitude d'autres dont j'ai affreusement honte et que je m'empresse de planquer dès qu'un visiteur pénètre ma salle de bains. Douloureux souvenir d'une déconvenue survenue il y a quelques semaines....
Dis, on partage ?
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
    1
    Share
  •  
    1
    Share
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •