nicotine3

Ca devait arriver un jour.
Parce que mon ex ne le supportait pas, j’ai dû faire un énorme sacrifice. Ca faisait déjà près de trois ans qu’elle me comblait de ses substances angéliques nébuleuses. La seule que j’arrivais à allumer matin midi et soir. La seule qui savait s’écraser facilement, d’un simple « tac » de l’index.
Mais l’Ex, il a dit que c’était pas bon pour ma santé et accessoirement pour la sienne. Et que si ca continuait, il me menaçait d’arrêter de clopuler, le vilain . Je me devais donc passer de fumeuse à suceuse.

J’ai eu beau lui dire qu’avoir l’air stupide à tirer de grandes lattes sur un inhalateur en plastoc en plein restaurant me défrisait. Lui avouer que les NTB ( cigarettes sans tabac) me rappelait les meules de foin de ma chère Normandie et que je les fumais dans l’espoir secret d’être archi-stone – mais que ça marchait jamais- . Lui hululer que dépenser plus de 100 €uros dans une boîte de patchs à diffusion progressive de tabac donnait la nausée à mon portefeuille, et me faisait repousser ma première séance d’épilation définitive. Question de priorités ;
L’ Ex avait une réponse à toutes mes excuses :
– les inhalateurs, t’as l’air con mais t’as l’impression de fumer.
– Les NTB, tu pues du bec et tu embaumes toute une maisonnée mais t’as l’impression de fumer, bis.
– La boîte de patchs revient bien moins cher que la consommation d’un paquet de 20 clopes par jour. Et il préfère de loin embrasser une goule fraîche que caresser un yéti. Je sais, il est bizarre. J’aurais peut-être dû le prendre au mot, en fait.

════════════════════════════════════════

► Etude de terrain toxique

La cigarette, c’est environ 4000 substances qui deviennent extrêmement nocives par combustion, quand on l’allume quoi. Parmi celles-ci, on en dénombre 40 cancérigènes…pour le moment ! En plus des tristement célèbres goudrons et nicotine, des gaz toxiques (monoxyde de carbone, oxyde d’azote, acide cyanhydrique, ammoniac) et des métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, chrome, mercure) sont aussi présents dans la fumée de tabac. Et autant dire que les particules sont tellement ultra rikikis ( de l’ordre du micron) que les poumons s’en collent plein les alvéoles.

miam

miam

Une fois encore, la parité n’est pas de mise : on compte environ 57000 décès d’hommes et 3000 de femmes chaque année. La proportion nationale de fumeurs a diminué de 6% depuis la loi Evin de 1991 interdisant de fumer dans les lieux publics.
Si cancers du poumon, du larynx, de la langue , de l’œsophage et du rhinopharynx ne suffisent pas, on y ajoute pour couronner le tout les maladies respiratoires générales (bronchite chronique, emphysème, insuffisance respiratoire chronique), des troubles de la coagulation sanguine, une accélération du rythme cardiaque, etc etc..et la liste est longue.

La cerise sur le gâteau, c’est tout de même la pilule contraceptive : j’ai 10 fois plus de probabilité qu’une non-fumeuse de claquer d’un infarctus du myocarde si j’utilise ce moyen de contraception. Sans parler des conséquences irréversibles pour mon fœtus si un jour, je tombe enceinte.

Alors mirde, pourquoi que je m’arrête pas ??

════════════════════════════════════════

► Nicotine, ma meilleure ennemie

Introduite en France en par Jean Nigaud Nicot au XVIeme, c’est elle la responsable de mon accrotitude.

La Nicotania Tabacum pourrait vous faire penser au nom d’une patineuse Russe, mais il s’agit en fait de la plante dont est naturellement extraite notre amie la nicotine. Pis on la trouve pas QUE dans la cigarette, la saleté, mais dans des produits tout aussi bienfaiteurs pour les écosystèmes comme des insecticides.

nicotiana tabacum

A savoir : la nicotine clopulaire n’est pas DANS le magma cylindrique, mais dans la feuille !  Vous avez pas fini d’en apprendre en me lisant, hein ?!

Pour simplifier au maximum et ne pas paumer la moitié de mes lecteurs en route, la nicotine facilite la transmission de l’influx nerveux entre les synapses. Si elle a une action stimulante à dose faible, elle en a une paralysante à dose élevée. Traduction : En gros, faut y aller avec le dos de la cuiller.
Du fait que l’humeur s’en trouve changée, l’accoutumance arrive, frappe fort, et a vraiment un mal de chien à se barrer.

Et là, la question que vous vous posez tous, fumeurs de tous poêles : « comment cétonkon mesure notre dépendance ? ». Fastoche, suffit de faire le test approuvé scientifiquement de Fagerstrom.

Mon diagnostic : dépendance moyenne à la nicotine ( niveau 5).
Je m’en tamponne un peu à vrai dire : le savoir ne va pas m’aider à arrêter.
Mais sur le site Tabac Info Service, j’apprends qu’au vu de ma dépendance, je ne dois pas me surestimer en arrêtant complètement du jour au lendemain. Il faut que j’y aille progressivement.

════════════════════════════════════════

► Le déclic

En réalité, y’en a eu plusieurs : l’ultimatum sexuel de l’ Ex, le nombre incalculable de trous de clopes dans les sièges de ma pov’Titine, le doigt passé furtivement sur l’écran d’ordinateur, l’haleine de chacal au sortir du lit. Et surtout le ridicule quand il pleut des cordes et que tu es le seul couillon à te les geler sèvère sur le paillasson du boulot.

Et un jour ordinaire, dans une rue ordinaire, je tombe nez-à-nez avec une pharmacie ordinaire ( ouais bon…j’avais de l’eczéma pas ordinaire un peu partout, fallait qu’j’me soigne  ) et là une grande pancarte blanche et bleu vif me tape dans l’œil : « Nicopass ».
Après un coup d’œil à droite, un coup d’œil à gauche, je susurre au pharmacien :
« Dîtes, ça marche ces machins-là ?
– Pourquoi ? V’voulez arrêter d’fumer ?
– Nan,nan, je veux écoeurer ma tite cousine des sucreries
– …
– Pour être honnête, j’aimerais bien commencer par diminuer ma consommation…
– Alors, c’est fait pour vous. Mais faîtes gaffe hein, ça reste un médicament de substitution nicotinique, n’en refilez pas au premier gosse venu .
– Bon, et je suce combien de fois par jour ?
– Ca, ça vous regarde ma p’tite dame. »

Je vais tout de même pas chipoter pour 20 malheureux €uros alors pleine de bonne volonté, j’en demande une boîte de 96 sans sucre menthe/réglisse.
Le ‘sans sucre’, c’est parce qu’on m’a toujours dit que quand on arrêtait de fumer, on grossissait à vue d’œil. Et j’ai franchement pas envie de tester la-dite rumeur.

nicopass
Rien que la classe du médoc est à faire douter de sa propre santé mentale : « neurologie-psychiatrie » ….gasp, Mamaan !
Les Nicopass sont commercialisés par les laboratoires Pierre Fabre, ceux qui nous ont lâché toute une série de Drill ( avec des pubs à coucher dehors ) mais également les Nicopatchs.

Alors forcément, c’est un médicament certes en vente libre, mais pas destiné à n’importe qui. Il est délivré par le pharmacien dans le cas d’un sevrage tabagique chez un gros fumeur désirant arrêter ou tout bonnement restreindre un peu sa consommation de nicotine. Evidemment, n’allez pas en refiler un ou deux à vos bambins, chiants ou non, car la dose pourrait être mortelle. Et si vous êtes un fumeur occasionnel, comme ma collègue de boulot qui en fume 1 par semaine, lâchez l’affaire.

Evidemment certains symptômes inhérents à la nicotine en elle-même peuvent se ressentir : nausées, maux de tête, troubles du sommeil etc… Mais il n’a pas encore été établi d’où ces désagréments surviennent : des Nicopass ou du sevrage ?
Chaque pastille contient 1.5mg de nicotine, ce qui correspond au taux de 2 cigarettes.
La notice nous conseille d’en sucer une à chaque fois que le besoin de fumer se fait cruellement ressentir ( en moyenne huit à douze par jour ).
Mais, faut pas pousser le vice à s’en taper 30 quotidiennement ! Trente pastilles, ca fait 60 cigarettes grillées comême !

«  La nicotine de ce médicament présenté sous forme de pastille est liée à une résine échangeuse d’ions.
La nicotine est absorbée au niveau de la muqueuse buccale.
Une concentration maximale d’environ 4,20 ng/ml est atteinte après une seule prise en 50 minutes environ »..

Mon challenge, c’était premièrement d’arrêter de cloper au volant. Trop fastoche de s’en griller une dans les embouteillages, trop tentant aussi quand la vitre est ouverte en plein été, trop essentiel après une bonne grosse journée de boulot.
En réalité, c’est quand j’ai vu la tronche que tirait l’aile de Titine qui m’a faite réagir : le blanc lui va bien mais pas quand les tâches disparates ressemblent à des cacas de pigeon. Et je vous décris même pas la couleur du chiffon quand l’idée saugrenue de nettoyer mon pare-brise de l’intérieur me titille.

J’ouvre donc ma première boîte : 96 pastilles, ca fait 198 cigarettes. En gros je fais une économie de 30 €uros avec ces bidules ! ( 5€uros x 10paquets de 20 clopes…).

Le truc qui frappe, c’est la ‘morphologie’ du pavé : un énorme carré plat marronnasse qui donne pas vraiment l’appétit.
Et y a plutôt intérêt à pas me l’ouvrir, l’appétit. Parce que la cochonceté a beau être ‘sans sucre’, elle contient comême de l’aspartam. Et moi, faut pas que je prenne les 300 calories que je brûlais quotidiennement en fumant comme un sapeur.
Un feu rouge.
Mandieu, j’ai envie d’en griller une petite….

Hop : Je glisse une pastille dans ma bouche.
Heureusement qu’on m’avait précisé de ne pas croquer, ni d’avaler et encore moins de boire ou manger….Parce que c’est ce dont on a irrémédiablement envie.
C’est frais, trop frais. Tellement frais que ca picotte les papilles et assèche la gorge. J’ai bien essayé de chanter du Mariah Carey mais rien à faire, aucun son un minimum aigü ne sortait. J’ai vérifié la composition : pas de trace d’orties.

Mais j’ai pris mon mal en patience. Et j’ai laissé ma langue tournicoter autour m’offrant pour la toutoute première fois une sucette par ordinaire.
J’aimerais que mes Chupa Chups durent aussi longtemps : en effet, la pastille a mis environ 30 minutes à disparaître totalement, malgré mes coups linguaux effrenés et mes hoquets retenus. D’ailleurs, j’insiste sur ce point parce que ça fiche la frousse : moi quand je mâchouille un chewing-gum ou un schtroumph, je n’ai jamais de relents. Mais là si. Ce ne sont pas des rots ( faut pas trop déconner ) mais je fais ‘hips’ comme si je venais de me descendre un litron de vodka.
Tant que je suis seule dans la voiture, passe encore.
Mais quand le charmant jeune homme dans la bagnole d’à-côté vous adresse un sourire charmeur, par lequel vous répondez poliment par un grand rictus plein de dents, ca choque. On a beau essayer de contenir le petit sursaut et la bouche fermée promptement, le monsieur croit qu’on s’en est enfilé une derrière la cravate à 8 heures du mat’.

nicotine1

Mais la grande question demeure : ai-je eu envie de m’en allumer une ?
Tintintin..
Nan !

Comment l’expliquer ? Peut-être par le fait qu’on a la goule tellement désséchée que la dernière envie qu’on a, c’est d’empirer la chose en ingurgitant de la fumée.
Peut-être parce que les hoquets étaient dûs à l’entrée de la nicotine à travers les parois de mes joues qui montait directement au cerveau ( Rigolez pas, je suis une quiche en anatomie ).
Peut-être car la pastille a mis 30 minutes à se dissoudre et que par la force des choses et du Temps, on n’a pu envie.
Mais force est de constater que c’est passé. J’ai vaincu ma première clope. Chouette !

════════════════════════════════════════

► La guerre des blondes

Je n’allais pas m’arrêter en si bon chemin.
La clope fut définitivement bannie de mon intérieur bagnolique, passagers ou non. Ce qui, quotidiennement, équivalait à 4-5 clopes oubliées…

Et j’y pris goût à ces pastilles marron : une fraîcheur mentholée immédiate, radoucie par la réglisse chimique.
Mais la fraîcheur à long terme, je la cherche encore : en effet après une heure environ, on a vraiment une haleine de phoque. Ce qui constitue vraiment le gros point noir des Nicopass. Vaut-il mieux en avoir une fétide qu’un cendrier ambulant ? …

Mine de rien, je suis passée de 30 clopes en moyenne par jour à….cinq en un temps record : trois semaines.
Pas de sensation de manque, sauf peut-être celui du geste. Et comment combler le néant qui se présente sous les phalanges ? En bouffant.
Ouais, j’ai pris 10 kilos en quelques mois, à ce rythme.

Depuis, je ne suis plus avec l’Ex et la clope a repris le chemin de Titine. Mais désormais tout a changé car je sais que je suis CAPABLE d’arrêter progressivement. Si l’envie me prend un jour de la plaquer, la clope, je pourrais le faire. Sans patchs, sans inhalateurs et sans gommes à mâcher. Simplement avec ma grosse boîte de Nicopass. Et ça, c’est une grosse satisfaction personnelle, à défaut d’avoir totalement pu m’arrêter en si bon chemin ( et blablabla ).
Si j’avais continué, je me serais contrainte à diminuer ensuite ma consommation de pastilles jusqu’à ne plus sucer du tout.

nicotine2
Ma boîte a rendu l’âme en un mois de suçage intensif et une consommation tabagique réduite de 80% en trois semaines. Sachant que je n’ai pas arrêté ‘pour moi’et ma santé ( ce que je devrais bien entendu faire ) , je trouve que le progrès fut plutôt significatif.
Aucune envie de bouffées toxiques. Par contre, j’ai dû me venger sur les tic-tac car boudiou, j’aurais pu retirer des lés de papier-peint rien qu’avec mon haleine d’après suçotage.
Le goût est un peu âcre mais malgré tout rafraîchissant et asséchant. Ma bouteille d’eau ne m’a plus quittée pendant ma période de sevrage, c’est dire.
Enormément de personnes m’ont demandé si les gommes à mâcher que je prenais régulièrement fonctionnaient ; et moi de leur expliquer que ce ne sont pas des gommes ignobles de chez Nicorette ( déjà testées..beurk ) mais de vrais petits diffuseurs de nicotine en carrés.

Avant de recourir à des techniques extrêmes comme des patchs nicotiniques mal dosés , des gommes dégueulasses et des séances d’hypnôse ruineuses, repensez donc à ce billet sur lequel vous serez tombé au hasard, un jour pluvieux de mai !

Satisfaction : 6,5 / 10

( Billet écrit en 2006 )
Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleInclassable !arrêt du tabac,bonbon,menthe,nicopass,nicotine,pastilles,réglisse,sevrage,sucer,tabac,tabagique
Ca devait arriver un jour. Parce que mon ex ne le supportait pas, j'ai dû faire un énorme sacrifice. Ca faisait déjà près de trois ans qu'elle me comblait de ses substances angéliques nébuleuses. La seule que j'arrivais à allumer matin midi et soir. La seule qui savait s'écraser facilement,...
Dis, on partage ?
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Share
  •  
    1
    Share
  • 1
  •  
  •  
  •