Shame Le mieux quand on se tape la honte, c’est encore de l’assumer et de raconter ses anecdotes personnelles sans problème, voire même de les écrire. Alors histoire d’éclairer ces mornes journées de printemps, je vous livre ici un condensé et panaché des plus jolies situations inavouables qui me sont arrivées.

Beaucoup de pipi-caca vous attend, mais naturellement je suis une Pouffe chic et glamour donc j’essaye je sais toujours employer un vocabulaire décent et posé. Alors sans plus de préambule, rentrons dans le vif du sujet :

Je devais avoir 13 ou 14 ans et un jour, je me baladais avec une copine et un ami garçon dehors, en plein hiver. Il faisait un froid de canard. Tout à coup, j’ai eu une envie pressante alors nous nous sommes résignées à aller aux toilettes du gymnase d’à côté, car nous étions trop loin de chez nous. Le gardien nous prévient : « faites gaffe, y a pas de lumière dans les toilettes ! » Mandieu. Va bien falloir y aller pourtant. J’ai toujours eu pour habitude de ne JAMAIS poser mon derrière sur la cuvette de toilettes inconnues… Donc je n’ai pas dérogé à la règle… A la fin, c’était bizarre , j’avais l’impression que mon futale était chaud… La lumière s’est rétablie : je venais de pisser partout parce que la lunette était rabattue. J’ai expliqué la situation à ma copine mais pas au mec. Je suis sortie dehors avec ma veste polaire acrochée à la taille ; j’étais en tee-shirt dehors par –5 °C et tout le monde me regardait dans la rue plutôt bizarrement.

J’étais en classe découverte à la montage avec l’école. En quatrième. Un jour, on jouait aux cartes avec des mecs dans notre chambre quand ceux-ci nous proposent tout à coup de jouer au strip-poker. Nous refusâmes. Puis dans la journée, j’ai convaincu mes copines d’y jouer tout de même. Le soir, je vais dans la chambre des mecs pour leur annoncer. Personne. Alors je leur laisse un mot sur leur lit … Au dîner, en plus d’être arrivées une heure en retard mes copines et moi, nous piquiâmes toutes 3 un fard quand la prof s’est mise à gueuler : « ca se permet d’arriver en retard ? ? En plus, j’ai pris connaissance de quelque chose de très compromettant, mesdemoiselles… [ elle sort le papier ] « D’accord pour le strip-poker ce soir dans notre chambre. TOUS A POIL et sortez les quéquettes !». Devant une centaine de personnes.
Julien, si tu m’écoutes, j’t’aurais. J’aurais ma vengeance, j’te le jure.

En CE2, je me suis mise à lâcher un gaz en cours ( très discret , je vous assure ) qui s’est soldé par quelque chose dans ma culotte. Je demande à l’institutrice de sortir. Après 15 minutes, celle-ci me retrouve aux wawas. La directrice en est avisée et appelle mon père qui vient à la rescousse avec 1 culotte de rechange. Une heure plus tard, re-prout. Papa est cette fois-ci revenu avec 10 p’tites culottes. Et je me suis trimbalée avec cela pendant 1 semaine dans l’école. Merci Papa.

Dans la suite logique de la tehon précédente, le premier jour où j’eus mes règles est encore un souvenir…. Douloureusement honteux… Un matin, je me réveille avec un truc pas très catholique entre les jambes : j’ai tout de suite pensé à mes petits problèmes de CE2. Ma mère m’apprit que c’était en réalité les ROUDOUDOUS. Un matin, mon frère se baigne dans la piscine du camping. Moi j’étais toute seule à les regarder au bord du bassin , maudissant ces satanés saignements menstruels. Quand tout à coup, mon frère crie dans ma direction devant une piscine pleine de monde : « Lucie , tu viens te baigner ? ».

« NON ! ».

« POURQUOI ? ? ? T’AS ENCORE TES ROUDOUDOUS ? ? ? ? ! ! » . .

Suis plus jamais retournée à la piscine du camping.

Quand j’étais petite, je chantais à tue-tête dans toutes les soirées « pourvu qu’elles soient douces » de ma chère Mylène Farmer sans savoir ce que « elles » signifiaient ( -> les fesses) et de quelle pratique sexuelle Mylène faisait l’apologie ( je vous laisse deviner ).

inavouable0

Je pensais qu’on faisait des bébés en s’embrassant avec la langue.

Dans un magasin par un bel été, une amie  se pointe derrière moi alors que je disais “ Ca pue ! “ à une autre copine. Le vendeur juste derrière, elle déboule en disant : “ elle a encore pété, elle ???”. Je n’ai qu’un mot à te dire : prout Léonore.

Une fois, j’ai cru que j’allais mourir dans les wawas du cinéma et que personne ne me retrouverait jamais ( j’étais enfermée ) et que je me noyerais dans la cuvette pour abréger mes souffrances ( sur le moment, j’en avais rien à péter du film que j’étais en train de rater ).

A la piscine municipale, je ressortais des toilettes quand un mec m’a regardé bizarrement. Un deuxième type me lorgne étrangement. J’ai traversé toute la piscine sans savoir ce qui se passait : tout le monde me regardait. J’ai baissé la tête : j’avais un nichon dehors ( saleté de maillot 1 pièce trop dur à enlever pour aller faire pipi ! )

inavouable1

Idem dans une piscine à Saint-Raphaël sauf que là, le maillot avait carrément pris la fuite. Maudits maillots. Là, c’était pourtant un 2 pièces.

Petite, je ne buvais jamais l’eau du robinet car je croyais que des serpents en sortiraient ( traumatisée par Indiana Jones ). Pareil pour les toilettes, sauf que ce sont des crocodiles imaginaires qui en sortaient.

“ Hein Tatie que tu as fait caca sur la table pendant ton accouchement ??” en pleine rue blindée de monde, à Caen.

Je hurlais quand j’étais dans mon parc et que mon cousin du même âge tournait autour en criant. Sacré Maxime. J’ignore toujours pourquoi je braillais.

Sans le faire exprès ( je le jure ), j’ai laissé une porte ouverte alors mon cousin marchait dans son parc à roulettes. Il a dévalé l’escalier en roulant, la tête la première. J’ai jamais avoué que c’était de ma faute. Oui Thomas, la bosse, c’était bien moi.

inavouable

Pendant 2 ans au collège, on m’a surnommée “la grosse cochonne”et on scandait à mon approche : “ Lucie aime les sucettes euh, la sucette d’Alexiiiiiiiis “. Encore aujourd’hui, je ne comprends toujours pas pourquoi o_O

Avec une copine, on a piqué un porte-clés un jour dans un grand magasin à Paris. Je lui ai téléphoné le soir en me faisant passer pour la police. Elle n’a plus jamais rien chouravé.

Au guichet de la gare SNCF , je cherchais mes sous quand j’ai vidé mon porte-monnaie sur le comptoir pour gagner du temps : une capote en est sortie. Le vendeur, hilare m’a expliqué que désolé, Mam’zelle, on paye pas en nature ici.

Idem sauf que c’est une copine à la boulangerie qui en sortant son porte-feuille, a fait valser à travers toute la boulangerie bourrée de monde une serviette hygiénique. Elle a même dû demander pardon aux gens morts de rire, à quatre pattes, pour retrouver sa possession intime.

Ma première cuite : à une fête de famille. Bourrée, chemise ouverte dehors à 5 heures du mat’, alors qu’il gelait, je chantais comme une casserole , mes parents les yeux écarquillés.

La cuite suivie du blackout où j’ai apparemment vomi dans un seau puis ai réclamé une cigarette. Ma clope est tombée dans le-dit seau. J’ai voulu récupérer ma clope pour baaaaah la fumer tieeeens. Je suis contente d’avoir été entourée à ce moment-là.

J’ai longtemps fait des crises de somnanbulisme… et oui, on choisit pas ! Un matin, mon frère va aux toilettes et braille :  » Dis Mamaaaaan ! Ya un truc bizarre dans les toilettes !!! « . Ma mère zieute, va voir dans ma chambre, me retire ma couette : j’étais toute nue. Que s’est-il passé ? Je vous le donne en mille : la nuit, en proie au somnanbulisme, je me suis levée, j’ai fait la grosse commission dans les toilettes, et je…. [ oulà ,j’ai hooooonte].. j’ai retiré ma chemise de nuit pour me torcher avec, puis je l’ai jetée dans les toilettes.
Voilà.
C’est dit.

Quand je suis allée chez ma gynéco la première fois et qu’elle m’a faite monter sur la balance, elle a dit « on va éviter de vous donner une pilule qui fait grossir ».

Au bureau, j’avais mal aux boyaux et j’avais besoin de prendre l’air pour….ben pour éviter d’intoxiquer les gens. Sauf que la secrétaire m’a coincée et baratinée pendant une plombe. Au moment où j’ai enfin réussi à m’en débarrasser, au premier pas, le prout bien sonore est sorti. Evidemment, je travaillais en open space avec 4 autres  collègues, sinon c’est pas drôle.

En vacances en Tunisie, Damien et moi avions trouvé un endroit génial pour nous faire masser. Alors que nous étions tous deux installés dans la même pièce, une estrade surélevée séparée de l’accueil par un épais rideau rouge ( c’est important pour la suite )  et que nous ne tenions absolument pas à nous voir à oualpé, j’entrepris de grimper sur la haute table de massage. J’ai levé péniblement une patte. Soudain, un masseur a surgi en ouvrant le rideau de l’estrade, collé à ma table de message. Et ben euh comment dire….il s’est retrouvé le nez dedans. Tu sais ce que c’est 2 trous dans un trou ? Ben voilà.

Une fois j’ai rigolé fort. Trop fort. Beaucoup trop fort. Sploup !  Mon Tampax est ressorti   O_o

inavouable4

non ce billet n’est pas sponsorisé

J’espère vous avoir un peu fait rire. Evidemment, on a le droit de se bidonner mais pas de se moquer ! Quand je pense n’avoir vécu que 28 ans, je me dis qu’il y aura bien d’autres épreuves et anecdotes à raconter au fil du temps… et je mettrai ce billet à jour en fonction 🙂

Si vous voulez me raconter vos pires hontes, mes commentaires vous sont grand ouverts. ( Par pitié, écrivez m’en histoire que je me sente moins seule )

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleInclassable !hontes,humour,inavouables,rire,VDM,vécu,vie de merde
 Le mieux quand on se tape la honte, c'est encore de l'assumer et de raconter ses anecdotes personnelles sans problème, voire même de les écrire. Alors histoire d'éclairer ces mornes journées de printemps, je vous livre ici un condensé et panaché des plus jolies situations inavouables qui me sont...
Dis, on partage ?
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Shares
  •  
    4
    Shares
  • 4
  •  
  •  
  •