( S. KINSELLA ) Ce billet ne doit pas rester secret !

P1060410Des perlesje ne fais pas qu’en lâcherj’en découvre aussi.

C’est ainsi que grâce à la monstrueuse offre aux éditions Pocket ( 2 livres achetés = 1 offert ), la bibliophile que je suis à tenu à découvrir la désormais célèbre Sophie Kinsella en se procurant pas 1, pas 2, mais bien 3bouquins de l’auteure britannique dont un écrit sous son nom d’emprunt ( Madeleine Wickham )
Ces PETITS SECRETS D’EMMA, je pouvais difficilement les louper dans les rayons. Une couverture rouge vif, c’est assez rare dans le monde de la chicklit. Mon bouquin ne m’a pas coûté un rond puisqu’il était offert ( vous le trouverez pour moins de 6,50€ chez vos fournisseurs de livres habituels ).

J’ai longtemps cru que la gonzesse sur la couverture bizouillait le mec assis sur son siège, mais j’ai compris dès les premières pages avalées qu’à défaut de le violer, elle avait plutôt les chocottes.
Dans l’ordre des parutions de la romancière britannique, j’ai donc lu en premier CONFESSIONS D’UNE ACCRO DU SHOPPING qui m’a bien plu ( faudrait que je vous en parle un de ces quatre ) du coup j’ai enchaîné sur celui que je vous présente aujourd’hui et enfin, absolument em-ba-llée par ce dernier, j’ai boulotté DRÔLE DE MARIAGE qui s’est avéré bien décevant. Heureusement que je n’avais pas débuté ma saga Kinsella par celui-ci sinon ça m’aurait refroidie d’emblée :-/

P1060413
Emma est une vraie gonzesse, en ce sens qu’elle a plein de secrets tantôt honteux, tantôt franchement risibles. Oui toutes les filles ont leur stock de choses difficilement avouables, je pense entre autres à toutes les pouffettes que je connais atteintes de geldoulophilie aigüe, à celles qui trinquent pendant leurs ébats pour ne pas avouer à leur conquête du soir qu’elles se sont fait un monstrueux lumbago la semaine précédente mais continuent de ohoui-ohoui-ter tout le long du processus… Bref Emma est humaine, et Emma nous fait marrer dès le début du livre.

____________________________________________________________

EXTRAIT 1 : Page 9 , Emma commence un petit inventaire de ses nombreux secrets :

1. Mon sac Kate Spade est faux.
2. J’aime le sherry, même si c’est ringard.
3. J’ignore ce que signifient ces quatre lettres : OTAN. Et je n’ai pas la moindre idée de ce que c’est.
4. Je pèse 59 kg. Pas 49 kg comme le croit Connor, mon petit ami. ( A ma décharge, j’avais l’intention de me mettre au régime quand je lui ai avoué mon poids. Et en plus, il n’y a qu’un chiffre de différence. )
5. J’ai toujours pensé que Connor ressemblait à Ken. Le Ken de Barbie.
6. Parfois, au milieu d’une partie de jambes en l’air, j’ai envie d’éclater de rire.
7. Danny Nussbaum m’a dépucelée dans la chambre d’amis, pendant que Papa et Maman regardaient Ben Hur à la télé.
8. J’ai déjà bu toutes les bouteilles que Papa m’avait conseillé de garder pendant vingt ans.
9. Sammy, le poisson rouge, n’est pas le même que celui que Papa et Maman m’ont demandé de garder quand ils sont partis en Egypte.
10. Quand Artemis, ma collègue, me les casse vraiment, je verse du jus d’orange dans sa plante verte. ( Presque tous les jours. )
11. Une nuit, j’ai rêvé que je faisais l’amour avec Lissy, ma colocataire.
12. Mon string me fait mal.

____________________________________________________________

Avec ce premier extrait, je ne vous dévoile en rien une partie du livre qu’il aurait fallu garder secrète puisque c’est l’essence-même du synopsis fourni par les éditions Pocket. D’ailleurs merci au éditions Poche de ne pas avoir commis la même boulette qu’avec le roman LA CELIBATAIRE de Carrie Adams, où on nous dévoilait absolument tout ! L’horreur.

Emma version des faits

Emma travaille au service marketing d’une grosse boîte et s’avoue être une quiche absolue dans le domaine. A vrai dire elle ignore même le sens du mot logistique ( « de toute façon, si ça vient sur le tapis, je changerai de sujet. Ou je dirai que je suis post-logistique, ou un truc comme ça » ). Un jour une mission lui ai confiée : prendre l’avion et faire signer un contrat à une grosse entreprise. En gros il faut juste qu’elle se pointe, mette sous le nez du client le contrat, récupère la signature et se tire dare-dare. Sauf que ça ne se passe absolument pas comme prévu, et qu’elle repartira bredouille.
Absolument horrifiée et anéantie d’avoir raté une si belle occasion de briller, elle prend l’avion du retour. Déjà elle kiffe pas trop l’avion. Mais quand le commandant de bord commence à prendre le micro pour dire que l’appareil traverse une grosse zone de turbulences, que les passagers se mettent à crier et que l’avion fait des «cabrioles» comme elle les appelle, elle panique complètement.
Et telle une confession qu’un dévot pourrait s’entendre dire auprès d’un curé, Emma déballe tout à son voisin de fauteuil. Absolument tout : ses secrets, ses doutes quant à son petit ami, sa vie déstructurée, sa parfaite incompétence dans son boulot, tout y passe.

Il s’avère que l’avion se pose sans problème à Londres, et que l’américain ténébreux à qui elle a tout balancé ne disparaîtra pas de sitôt puisque sans le savoir, elle a confié ses secrets à un homme qu’elle va côtoyer tous les jours ou presque pendant les semaines suivantes. Qui est cet homme? Va-t-il user des secrets d’Emma à des fins crapuleuses? Comment Emma va-t-elle gérer ses confessions intimes?
Je vous colle un gros suspense hein? Mais j’ai vraiment envie de vous faire découvrir ce petit bijou.
Bien entendu, autour de cette intrigue principale se déroulent des évènements liés de très près à Emma. On découvre ainsi Lissy, sans doute sa meilleure amie et colocataire ; Jemima la deuxième colocataire qui m’a hérissé le poil tout du long, le genre de pimbêche à qui je déballerais ses quatre vérités sans l’ombre d’un remords ^^ ; Les parents d’Emma qui adoptèrent sa cousine Kerry et semblent l’aimer plus que leur propre fille, mais en apparence seulement ; D’ailleurs cette «fameuse» cousine et son mari Nev sont les pires têtes à claques du bouquin ; Puis il y a Connor, le petit ami dont tout le monde rêverait mais qui agace un peu Emma ; Et Artémis, la collègue casse-couettes qui voit sa plante verte mourir à petit feu en se demandant pourquoi ; Et Jack, le patron de la société venu visiter sa filiale de Londres…

Un joyeux tourbillon de personnages en somme ! Il n’y en a pas tant que ça, et la facilité déconcertante avec laquelle Sophie Kinsella parvient à caser tout ce beau monde dans le récit fait qu’on ne s’y perd absolument pas !

____________________________________________________________

EXTRAIT N°2 : Emma et Lissy veulent emprunter l’une des fabuleuses robes de leur colocataire Jemima en son absence , Jemima refusant farouchement de leur prêter quoi que ce soit .

« Nous détachons le papier collant de la porte de Jemima et Lissy fait une marque pour se souvenir de son emplacement.
– Une seconde ! crie-t-elle au moment où j’allais ouvrir, il y en a un autre en bas.
– Tu aurais fait une parfaite espionne.
– Bien, fait-elle l’air concentré, elle a sûrement placé d’autres pièges.
– Il y a du scotch sur la penderie ! Non ! Regarde en l’air !
Un verre d’eau est posé en équilibre au-dessus de la porte, pour nous arroser si nous l’ouvrons.
– Quelle salope, s’exclame Lissy pendant que je l’enlève. Tu sais, j’ai passé l’autre soirée à répondre à sa place à des tas d’appels et elle ne m’a même pas remerciée.
Elle attend que j’ai posé le verre à l’abri et dit :
– Prête ?
– Prête !
Lissy respire à fond puis ouvre la porte de la penderie d’un seul coup. Immédiatement, une sirène hurlante se déclenche. C’est terrifiant.
– Merde !
Lissy tente de claquer la porte.
– Merde ! Qu’est-ce qu’elle a foutu?
– Ca continue ! je hurle, dans tous mes états. Arrête-la ! Arrête-la !
– Mais comment? Il faut sans doute un code !
On se met à fouiller partout, comme deux folles, à la recherche d’un interrupteur.
– Je ne vois pas de bouton…
D’un seul coup, la sirène cesse et nous nous regardons, hors d’haleine.
– En fait, lâche Lissy après un bon moment, je crois que c’était la sirène d’une voiture.»

____________________________________________________________

P1060417

Dans le cas de ce bouquin, on ne se contente pas de lire : on s’abreuve. On se bidonne carrément aussi, Musclor a d’ailleurs dû se poser des questions sur ma santé mentale, même si je l’avais déjà bien habitué avec mes lectures addictives des Spellman ( merci Téquiiiiii ! ). On ne voit pas les pages défiler, et vu que le bouquin est de taille relativement modeste ( ce qui permet de le glisser dans un gros sac à mains de pouffe sans problème ) on ne peut que déplorer les maigres 382 pages qui le composent. Quatre cent pages à peine , ça va très vite surtout quand le style est très simple et très facile à engloutir .
D’autant que la narration s’effectue à la première personne du singulier . On est dans la tête d’Emma du matin au soir et du soir au matin, et c’est certainement le style de récit qui est le plus comique de tous dans le cas de la chicklit !

Je crois ne pas trop me planter en affirmant que le film ROMAINE PAR MOINS TRENTE avec Sandrine Kiberlain comme actrice principale reprenait un peu la même intrigue que celle de notre Emma, à savoir une peur imminente de mourir et la tentation de se confier à un illustre inconnu… Je n’ai pas vu le film, mais je me souviens parfaitement de la bande-annonce donc je ne peux pas trop m’avancer.

P1060418
Des trois romans déjà boulottés de Sophie Kinsella , il s’est avéré que LES PETITS SECRETS D’EMMA était indéniablement le plus jouissif !
Parce que son intrigue est toute simple, que son personnage principale est une douce tarée et que l’humour est omniprésent , j’ai adhéré immédiatement aux pitreries de cette pouffette à se tordre de rire.
Le seul truc qu’on peut regretterc’est que les 400 pages sont tellement digestes et les évènements tellement prenants qu’on le finit vitebien trop viteMais il est un excellent préambule à la lecture de la saga de L’ACCRO DU SHOPPING puisqu’il vous initiera au style d’écriture de Sophie , une romancière qui a gagné son galon de chicklitienne attitrée sur mes étagères !
Un roman à lire sans hésiter quand on a le moral dans les chaussettes, mais aussi un bouquin que je suis sûre de re-dévorer quand je voudrais passer à nouveau un très bon moment de lecture ! Et pourtant c’est rare que je me farcisse le même deux fois, c’est dire.

Satisfaction : 9 / 10

Dis, on partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 Commentaires

  • tequiladrenaline
    2 mai 2013 17 h 40 min

    Moi aussi c’est un de mes préférés de Kinsella ! Avec Lexie a la mémoire qui flanche !

    • lalutotale
      2 mai 2013 22 h 30 min

      Lexie c’est le number two pour moi !

Laisser un commentaire

Prouve-moi que tu n'es pas un robot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.