Le tag Parentillages

En début d’année, ma blogueuse rousse préférée aka Vio La Vilaine m’avait citée pour répondre au tag de Parentillages. Très excitée ( il me faut pas grand-chose ), j’avais commencé l’exercice, puis trop absorbée par ma vie de maman et par l’évolution fulgurante de ma fille ( =elle essaye de pécho mon ordi ) , j’ai laissé cet article dans un endroit avec des tas de poussières, d’araignées poilues et de tubes de fond de teint moisis : les brouillons du blog. Cinq mois plus tard, en me relisant, la moitié de mes réponses n’était plus d’actualité. Alors j’ai tout effacé ( ma touche supp est presque restée enfoncée ) et j’ai usé les autres touches de mon clavier pour vous raconter un peu ma vie de derrière l’écran. Celle des couches au contenu bigarré, des jerricans de bave et surtout des tonnes de câlins baveux dedans.

1. Combien as-tu d’enfants ?  Et parle-nous un petit peu d’eux, leurs prénoms, leurs âges, si tu le souhaites…

Si vous découvrez mon blog, je suis la maman de LaLutine, un paupiette de 10 mois qui s’appelle en réalité Nola, Nolapin, Nolasticot ou Nolamour pour les intimes. C’est notre tout premier enfant à Musclor et moi, et si la Nature le veut bien, nous aimerions qu’elle ne soit pas enfant unique. Mais pas tout de suite. Laissons le temps à mon périnée et mes vergetures de se remettre avant la prochaine couvaison.

2. Qui d’autre fait partie du foyer ?

Musclor évidemment, mais aussi Ioda et Diabolo, deux petites créatures à poils ras qui sautent pour se déplacer. Non, nous ne sommes pas les géniteurs de puces domestiquées mais de lapins nains. Un mâle ( Ioda ) et une femelle ( Diabolo )( pas vraiment féminin comme prénom mais cette erreur est dûe à la découverte tardive d’organes génitaux féminins )( voilà pourquoi j’ai demandé environ 72 fois Mais vous êtes SÛRE ? lorsqu’on m’a annoncé le sexe de LaLutine lors des différentes échographies )

Nos poilus à grandes oreilles ont donné naissance à une portée de deux lapereaux …nés sans oreilles. Avec cette touche d’écureuil ( sans la grande queue plate ) originale mais mignonne, ils ont immédiatement trouvé une famille d’accueil.

3. Qu’est-ce qui te manque le plus de ton ancienne vie sans enfants ?

Pas grand-chose je dois dire. Jetez-moi des cailloux et des biberons en verre : je me sens heureuse et épanouie depuis qu’elle est là. Avec des journées bien remplies mais toujours intéressantes. Aucun temps mort avec un enfant à la maison, mais c’est justement ce qui est bon #maso. La corollaire, c’est que le Temps qui paraissait infini avant l’arrivée de LaLutine passe à la vitesse de la Lumière depuis : elle a bientôt 1 an.

Limite je pourrais vous dire que ce qui me manque le plus de ma vie antérieure de nullipare, c’est mon bide dépourvu de ces salopes de vergetures, mais aussi mes 65 petits kilos que je haïssais autrefois.

Mais si vraiment je devais trouver un truc, ce serait peut-être simplement de me taper une toile avec Musclor. Avant l’arrivée de LaLutine, nous étions de farouches cinévores. Aujourd’hui on a remplacé nos places de cinoche contre des épisodes de séries, au chaud sous un plaid, après avoir dîné et couché LaLutine. Et c’est plutôt chouette aussi, considérant que je dors comme un parpaing dès 23h.

4. Qu’est-ce qui, dans le quotidien, a été pour toi le plus gros changement lorsque tu as eu ton premier enfant ?

Le manque de sommeil, clairement.

Pourtant j’ai été habituée dès mon troisième trimestre de grossesse à dormir debout puisque sans cesse assoiffée, je buvais 5L d’eau par jour et passais donc mon temps et mes nuits à uriner. Tous les 3/4 d’heure donc, j’allais vider ma vessie. La journée, je ne pouvais pas dormir en raison d’importants travaux dans mon immeuble. Même mes boules Quiès ne pouvaient pas lutter. J’ai donc passé 3 mois dans un état de semi-coma permanent.

LaLutine a fait des tours de cadran dès qu’elle a fêté ses 6 semaines. C’est une grosse dormeuse, comme sa mère (autrefois).

Je pourrais donc passer de très longues nuits depuis 10 mois. Mais Musclor et moi aimons nous retrouver et profiter un peu le soir quand elle est couchée dans le lit de cododo. Mes nuits comptent donc 7 heures maximum, entrecoupées de petits réveils impromptus ( on n’utilise pas assez ce mot je trouve )  lorsque LaLutine s’agite dans son sommeil. Elle a dormi 7 mois dans son lit de cododo ( un truc dont il faut que je vous parle bientôt ), j’étais donc en mode louve : je dressais l’oreille au moindre mouvement, au moindre pet, au moindre gargouillis. Depuis, elle a intégré sa propre chambre ( et pas sa chambre propre , nuance ) mais j’ai le récepteur de babyphone avec le son Haute Définition placé à 50cm de ma tête. Au cas où. Juste au cas où. ( pour l’instant à part des pets et des gazouillis, rien à signaler ).

5. D’ailleurs, au quotidien, on a plein de petits rituels avec nos enfants. Et si tu nous en racontais un ?
Le premier qui me vient est le rituel du coucher. Je sais, je peux être très originale comme nana.
Depuis sa naissance, nous ne racontons pas d’histoires à LaLutine, nous ne chantons pas, nous ne dansons pas.
Vous pourriez croire à des parents indignes qui jettent leur progéniture dans son plumard de la même façon que la-dite progéniture balance ses jouets depuis sa chaise haute.
Et pourtant nous avons un rituel bien à nous : Musclor s’assoit, allonge LaLutine dans ses bras en la tenant tout contre son buste et lui tapote le séant pendant que je la bizouille sur le front et les tempes, en lui chuchotant des mots doux à base de Dors bien mon petit ange, fais de beaux rêves mon coeur« , maman t’aime très fort ma grenouille, et ceci en lui caressant doucement du bout des doigts les fils de soie qui lui servent de cheveux.
En général, en trois minutes chrono, LaLutine roupille et part pour son tour de cadran.
Je sais : on a du bol. J’accepte les cris de jalousie en commentaires.
6. Mère louve, papa poule, maman tigresse, quel animal la parentalité fait-elle ressortir de toi ?
La puce. Pas LaLutine : moi.
Je saute du boulot à la maison, de la pharmacie à la boulangerie, de la tututte balancée au sol à la préparation du biberon en deux-deux, du nettoyage de mains barbouillées de purées multicolores avant la peinture-purée sur parquet au ramassage rapide comme l’éclair du rondin de litière que les lapins auront balancé de leur cage ( tu sais, ces cochonneries qui gonflent pour absorber la pisse de tes bestioles ? Elles gonflent aussi au contact de la salive de ton gnome, et donc peuvent l’étouffer. Je l’ignorais avant que LaLutine décide de tester. Pour rigoler.)( On n’a pas rigolé. )
Bref je sautille d’un endroit à un autre, affairée comme pas deux. Rien ne m’arrête, sauf peut-être Morphée qui vient me cogner un coup de massue sur la tronche aux alentours de 23 heures.
7. Sur quel sujet admets-tu être un tantinet excessive avec tes enfants ?
Pour l’instant vu son jeune âge, je pense être surtout excessivement cool. Mais je lui apprends déjà les rudiments de la politesse : tu donnes le jouet à Maman s’il te plaît ma chérie ? Merciiii ma chériiie ! Phrases auxquelles elle répond par taaaa puis daadaa . Je sens qu’on est sur la bonne voie. Ma fille est un génie. La preuve :
Le tag Parentillages
8. Choisis cinq adjectifs pour décrire chacun de tes enfants.
Drôle comme un coussin péteur ( cette métaphore n’est pas un hasard ), curieuse comme un chaton, dynamique comme une sauterelle sous acide mais aussi sage comme une image , bavarde comme une pie et belle comme un coeur ( oui ça fait six ).
9. Sur quel trait physique ou moral tes enfants te ressemblent-ils le plus ?
Elle se marre tout le temps, je crois qu’elle se bidonne 74 fois par jour. Elle est aussi un peu ( euphémisme ) nerveuse sous son image de petite paupiette sage.
Physiquement, je pense qu’elle a hérité de ma « bonne santé générale » ( je rappelle que le rôti pesait 4,240kg à la sortie ) et évidemment, impossible d’ignorer ses yeux clairs :
Le tag Parentillages
10. A propos de quoi râles-tu le plus souvent après chacun de tes enfants ?
 
Je peux pas m’empêcher de râler quand la paupiette nous gratifie d’un magnifique vomi et s’empresse de faire l’essuie-glace avec sa main et sa flaque de gerbe sur le parquet. Mais je râle pas après elle. Peuchère, elle ne voit que là qu’un moyen comme un autre de s’exprimer artistiquement ( sur mon parquet à 50 boules le mètre carré ).
11. Quelle est la dernière petite ou grosse bêtise de chacun ?
Sincèrement, à cet âge, je ne pense pas qu’on puisse parler de bêtise.  Même si elle boulotte tout ce qui est à sa portée. Et je dis bien TOUT : les oreilles du chien, un mouton de poussière, la queue du lapin, la télécommande de la chaîne hifi ( c’est étanche ces trucs-là ? )…Planquez-vous : rien ni personne n’est à l’abri quand LaLutine est dans la pièce.
12. Et quelle est ta dernière bêtise les concernant ?
Être trop occupée à photographier LaLutine dévorant des yeux une pâquerette et ne pas voir qu’elle était en train de…la dévorer tout court.
13. Quelle est la dernière fois où tu t’es sentie fière de chacun de tes enfants ?
Encore tout à l’heure, lorsque ma fille s’est juchée sur ses deux jambonneaux et s’est appuyée sur son bac à jouet d’une main, pendant qu’elle me faisait coucou de l’autre. Simplement parce que je rentrais du travail. J’étais juste fière que mon bébé soit d’un naturel joyeux tous les jours, qu’elle fasse coucou à la vieille rombière du bout de la rue parvenant même ( ô miracle ) à lui arracher un rictus sourire, qu’elle fasse coucou aux voitures qui passent, qu’elle fasse coucou aux voitures vides en stationnement, qu’elle fasse coucou aux vaches et aux canards.
14. Et la dernière fois où tu as eu les nerfs ?
 
Lorsque nous sommes rentrés de vacances. Déjà pendant le trajet aller, LaLutine avait dormi pendant les trois heures où Musclor conduisait. Dès que j’ai pris le volant, j’ai eu droit à une représentation de la Castafiore qui aurait un peu picolé. Pendant son échauffement. Dans la gamme des aigüs. Ca a duré trois heures. Mais j’ai pris sur moi.
Le trajet retour fut l’Apothéose avec un grand tas. Pendant que Musclor conduisait, une odeur pestilentielle est venue nous chatouiller les naseaux : LaLutine, dormant à poings fermés, venait de se lâcher. Mais genre bien BIEN lâchée. Comme elle pionçait, nous avons pris le parti de la laisser la crotte au cul tant qu’elle ne se réveillait pas.
Après deux heures, elle s’est réveillée, le fondement crotté. Nous nous sommes arrêtés pour la changer, et j’ai naturellement pris le tour de route.
Quinze minutes après : le retour de l’habitacle-qui-pue ( à dire 20 fois très vite ).
Arrêt bouse.
Quinze minutes après : on s’est dit que l’odeur était tenace….mais non : troisième arrêt bousin.
Trente minutes après son énième tour de chant, nous arrivons enfin à la maison. Je porte LaLutine dans mes bras et manque m’évanouir : quatrième largage. La der des ders les gars. La pire de toutes.
Bref : un trajet de merdes.
15. Qui tagues-tu à ton tour ?
Je rêve de lire les drôlissimes NormaleWoman et Samerlipopette s’essayer à cet exercice. Parce que les deux me font hurler de rire et qu’elles ont vachement plus de marmaille que moi ( #respect ).
Mais que les autres ne s’empêchent pas pour autant de répondre sur leurs blogs, ou même là, juste en-dessous, en commentaire. Mes vergetures et moi, ça nous ferait rudement plaisir que vous partagiez vos expériences de la parentalité !
LalutotaleMa vie de mamanbébé,enfant,famille,LaLutine,maman,parent,parentalité,parentillages,questionnaire,tag
En début d'année, ma blogueuse rousse préférée aka Vio La Vilaine m'avait citée pour répondre au tag de Parentillages. Très excitée ( il me faut pas grand-chose ), j'avais commencé l'exercice, puis trop absorbée par ma vie de maman et par l'évolution fulgurante de ma fille ( =elle essaye...
Tu aimes ? Fais-en profiter les copains !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone