beauté maquillage make-up highlighter teint lèvres évolution

Dîtes, vous regardez parfois d’anciennes photos de vous ? En mode plus jeune, bronzée et lisse de partout ? Moi il m’arrive de tomber dessus, particulièrement quand LaLutine me réclame à corps et à cris de regarder de vieux clichés dans mes albums. Et quand je me regarde, finalement je ne me trouve pas si mal. C’est dingue comme l’image qu’on a de soi peut se transformer avec les années.

Mais il y a une chose en rapport direct avec la beauté qui me frappe à chaque fois :

En quelques années, mon rapport au maquillage a changé.

Si je n’hésitais pas à patouiller de multiples fards multicolores sur mes paupières, même pour aller travailler, aujourd’hui mon make-up s’est considérablement neutralisé…enfin presque ! Il suffit de farfouiller un peu sur le blog pour s’apercevoir que les smokeys et les dégradés de violets, bleus et marrons cuivrés battaient le haut du pavé. Alors qu’aujourd’hui il est rare que j’attrape un pinceau pour me farder les plis palpébraux. Ca arrive encore hein, mais c’est vraiment rarissime.

Car ce que je ne fais plus sur les yeux ( mes paupières tombent de toute façon #LaVieillerie ), je l’ose désormais sur mes lèvres. Des rouges bien vifs comme celui-ci ou comme le rouge à lèvres bourgeois. Qu’ils soient mats ou semi-mats, satinés voire pailletés, désormais j’ose tout. Sauf le corail parce qu’il faut pas déconner et que ça me fait un teint d’endive.

Et je prends désormais un soin tout particulier à peaufiner mon teint. Mais là aussi mes habitudes ont évolué. En effet un highlighter est une partie du maquillage à ne pas négliger or ce produit n’existait tout simplement pas y’a 15 ans ( ou alors sous une autre appellation, hahaha.) Je n’hésite pas non plus à utiliser blush pour réhausser l’os des pommettes et poudre bronzante pour creuser les ailes du nez. Le fond de teint, je n’ai jamais fait l’impasse, jamais.#TeamPeauPourrie.

beauté maquillage make-up highlighter teint lèvres évolution

Mais comment choisir ?

C’est vrai quoi. En me lisant, vous pourriez croire qu’au final, je me maquille comme une voiture volée. Et tunée la voiture. Beh non. ( Enfin je crois pas. ) Le plus important est d’y aller avec parcimonie et surtout de savoir choisir ses teintes, ses effets, ses textures.

Par exemple pour les lèvres, je sais que toutes les teintes rouge, vieux rose, prune et bordeaux me vont comme un gant ( façon de parler hein ). En revanche le rose clair, le violet, le vert, le bleu et le corail, ce n’est pas pour moi. Il n’est même pas question de goût ici, c’est juste que ça ne s’accorde pas avec le combo teint medium + yeux verts + cheveux châtain. Et heureusement la palette de teintes existantes est telle que je ne me sens absolument pas frustrée des babines. Et je pense qu’à l’heure actuelle, tout le monde peut trouver chaussure à son pied etràl à ses lèvres !

Du côté du teint, ayant la peau mixte, j’évite les textures crème au profit des poudres. Ô parfois, je ne peux pas résister à un highlighter à la tenue exceptionnelle si sa texture est crémeuse, mais dans l’ensemble je sais que les poudres me conviennent mieux. Le highlighter, parlons-en d’ailleurs. S’ils sont le plus souvent irisés ( car c’est bien tout l’intérêt d’un tel produit : illuminer la musette ), on a ensuite le choix entre trois tons principaux : argentés ( qui tirent sur le blanc froid ), dorés ( qui vont donc vers l’or ) et rosés ( qu’on peut aussi trouver en version « rosé champagne » ). Pour ma part, ayant le teint chaud, ce sont les deux derniers qui me conviennent. Mais les teints d’albâtre se dirigeront davantage vers les irisés argentés. Rien de tel qu’un soupçon d’highlighter sur des endroits stratégiques du visage pour illuminer instantanément !

beauté maquillage make-up highlighter teint lèvres évolution

Et les yeux revolver dans tout ça ?

 

Car vous me direz ( et vous aurez bien raison ) : attends LaLu, t’as les yeux verts et tu ne joues plus avec ?

Bon déjà sachez que je ne joue jamais avec mes yeux. Jamais.  JA-MAIS. Je suis un peu comme Rachel dans Friends en ce qui concerne les globes oculaires : on touche pas. Ca me rend malade. D’ailleurs j’ai dû aller 3 fois chez l’ophtalmo dans ma vie, et à chaque fois j’en ai eu des sueurs froides toute la nuit.

Bref. Si j’ai raréfié mes patouillages de fards colorés, je n’en délaisse pas mes yeux pour autant. Il est impensable pour moi de ne pas ourler mes cils de noir. Je porte donc 6 jours sur 7 du mascara. Et les jours où je n’ai pas peur d’en faire trop, je souligne la couleur de mes iris avec un trait d’eyeliner noir profond. Rien de plus, rien de moins. Sur des yeux clairs, ces deux petits gestes supplémentaires ajoutent une profondeur dingue au regard.

 

CONCLUSION : Le temps qui passe, tout ça…

 

Evidemment, je me doute bien qu’on observe presque toutes une évolution du côté de nos pinceaux et nos ràls avec le temps. Avec la vieillesse les années, on ne cherche plus à planquer les boutons mais les rides et ridules, ô joie. Mais nous sommes toutes différentes : certaines ne se maquillent et ne se maquilleront jamais. D’autres ne changeront pas leurs habitudes et garderons leurs paupières colorées jusqu’à 80 ans ( ou plus ). Quoi qu’il en soit, l’important est de se sentir bien, se sentir soi, et se plaire lorsqu’on se regarde dans un miroir !

 

Et vous, avez-vous remarqué une évolution de vos habitudes make-up avec les années ? Des changements discrets ou spectaculaires ?

 

 




LalutotaleCôté maquillagebeauté,conseils,évolution,highlighter,lèvres,make-up,maquillage,teint,visage
Dîtes, vous regardez parfois d'anciennes photos de vous ? En mode plus jeune, bronzée et lisse de partout ? Moi il m'arrive de tomber dessus, particulièrement quand LaLutine me réclame à corps et à cris de regarder de vieux clichés dans mes albums. Et quand je me regarde, finalement...
Dis, on partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •