Fin février, j’étais contente : il ne me restait que 3kg de grossesse sur le cul les hanches. Je reprenais le boulot le 26 février, j’étais bien. J’avais même dans un élan de grande motivation, relégué toutes mes fringues de grossesse dans un gros carton, bien planqué au fond de la chambre. Mais soudain, le 17 Mars, le confinement général est tombé.

Et là c’est le drame.

Assignée à domicile avec les deux nains à garder (ce qui a un petit côté sportif quand même), j’ai alors vécu ce qu’on appelle la sédentarité pure et dure. Avec en bonus confection de gaufres, brioches, cakes, gâteaux au chocolat, j’en passe et des meilleurs (oui car vous avez vu sur mon Stagram que j’ai 25kg de poudre blanche à écouler moi !!).

Mon pèse-personne n’a plus de piles et c’est pas demain la veille que je vais en remettre, croyez-moi.

Je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas. (JE VOUS VOIS vous précipiter sur mon article SO SHAPE j’vous signale 😏.) Mais en plus, j’ai la chance d’avoir les abdos ramomos par 9 mois de couvaison et un périnée qui, jusqu’au mois dernier, tenait plus que d’un chewing gum mâchouillé que d’un muscle.

Alors je me suis dit que j’allais devoir envisager quelques pistes pour retrouver mon ventre d’antan. Enfin d’antan…disons que retrouver celui-ci serait déjà pas mal :

J’avais réussi à passer de la taille 44 à la taille 38-40. (et je rentre même pas le bide.)

C’était en 2018. J’étais jeune, j’étais belle et libre d’aller courir sans une attestation dérogatoire dans la poche. Mais aujourd’hui, c’est plus pareil.

Alors je me suis demandée ce qu’il aurait fallu que je fasse pendant ce confinement forcé pour retrouver un ventre (presque tout) plat.

 

Avoir un ventre plat avec un coach sportif

Ben ouais les gars. On peut pas sortir. Les salles de sport sont fermées (à juste titre hein, je veux pas polémiquer) et moi à part courir lorsque LaLutine va faire a fait une connerie alors que LeLutin boit son bib dans mes bras, c’est à peu près le seul sport que je pratique à la maison. Ah et monter cinquante-douze fois à l’étage par jour aussi.

Du coup, je crois que la solution d’ avoir un ventre plat avec des séances de coaching sportif est tout indiqué lorsqu’on est confiné. Oh pour sûr, si vous avez une Wii ou une Switch à la maison, y’a moyen de bien se marrer en brûlant quelques calories aussi (je le sais : je vois mes voisins devant leur téloche, en famille, avec des accessoires chelous dans les mains tous les matins).

Mais c’est pas pareil. Déjà parce que pour ma part, avoir un VRAI coach en face de moi me motive. Ensuite parce que c’est pas si cher que ça et ça donne droit à 50% de crédit d’impôts et ça c’est cool parce qu’on sait pas combien de temps ça va durer. Et surtout parce que quelqu’un te suit vraiment, t’encourage et cible vraiment ce que tu veux travailler (dans mon cas donc, le bide.). En la matière, je vous conseille OWNSPORT, le numéro 1 du coaching sportif à domicile sur toute la France. Ce ne sont pas moins de 6.000 coachs sportifs certifiés qui dispensent des cours sur-mesure (crossfit, Pilates, yoga, HIIT, abdos-fessiers etc…). Pour obtenir des résultats rapides mais durables, le tout sans risquer de blessure (avouez que ce serait un peu couillon d’aller aux urgences en ce moment parce qu’on s’est blessé en faisant du sport à la maison), le coaching sportif est la solution toute indiquée ! Quand on sait qu’en plus, OWNSPORT propose les tarifs les plus bas du marché, il y a de quoi se laisser tenter.

Je crois que ce genre de prestations « dématérialisées » va avoir le vent en poupe pendant quelques mois tant le risque de choper cette cochonnerie de coronaminus sera encore plus important dans une salle de sport où, je le rappelle, tout le monde transpire et souffle comme un boeuf. Moi en tout cas, c’est pas demain la veille que j’y remettrai les pieds (déjà que j’y allais pas beaucoup…).

 

L’alimentation : le nerf de la… bière.

Là on touche au point sensible. La bouffe (et l’alcool aussi).

Comme je vous le disais en intro, je ne compte plus le nombre de pâtisseries et gâteaux que j’ai mitonnés en 6 semaines (sans doute plus qu’en 10 ans si vous voulez mon avis). Parce que faire la bouffe, ca fédère : Lalutine adoooooore cuisiner et Musclor adooore manger. Moi aussi. Mais moins. Alors c’est pas pareil.

Par contre, qu’est-ce que j’ai picolé hein. Déjà une bouteille de picon y est passée. Et évidemment les bières qui vont avec. #J’aihonte.

Alors évidemment ce n’est pas comme ça que je vais perdre mon bide bloblotant hein. Mais en même temps, que voulez-vous : j’ai fait avec les denrées disponibles en rayons…C’est-à-dire pas grand-chose dans les premiers temps puis des choses à DLC méga-longue dans un second temps. Comme la majorité d’entre-toi je pense.

 

Alors je ne vous apprendrais rien en disant que perdre son bidon = soigner son alimentation. Dégager les bières, dans mon cas c’est le b.a-ba. Et sans aller jusqu’à la cure SO SHAPE et sans gober la moindre « gélule minceur » (je ris encore), y’a moyen de perdre quelques bons centimètres déjà. Sans faire de régime. Moi par exemple, je sais que le pain me fait gonfler mais j’adooore le pain. Alors je fais quoi ? Je l’achète complet. Je ne digère pas le lait de vache ? Qu’à cela ne tienne : je me venge sur le lait d’amande. J’adore le camembert ? J’en mange le midi, mais j’évite le soir. J’ai une petite faim inopinée ? Je me fais couler une tisane plutôt que d’engouffrer une part de cake.

Ca n’a l’air de rien et pourtant ce genre de petits gestes peut tout changer sur la circonférence d’un bide.

Je ris toujours.

Les massages

Je ne voulais pas les passer sous silence ceux-là : outre le fait d’améliorer la circulation sanguine et d’apporter un certain bien-être, j’ai pris l’habitude dès ma première grossesse de me pétrir la brioche. Pour cela je prends une huile nourrissante que je chauffe entre mes mains et après chaque douche, je masse la couenne en tournant dans le sens horaire. Ca chauffe, c’est doux, c’est sympa. (ça fait prendre conscience du tas de gras aussi.)

Ca améliore aussi le confort digestif. Le pied.

Ca ne fait pas littéralement fondre du bide mais c’est un petit geste anodin qui j’en suis persuadée, aide à retrouver un ventre sympa. Et le bonus : quand on utilise une bonne huile, on dit adieu à ses vergetures de grossesse. En ce moment j’utilise cette huile DR PIERRE RICAUD  et même si je n’en attendais strictement rien, elle a fait des miracles sur ma peau de ventre !

Moi j’use et j’abuse des massages ne serait-ce que pour raffermir ma peau, et je vois les résultats au bout de quelques semaines ! Bon évidemment c’est beaucoup plus valable si comme moi, tu viens d’enfanter et que ta peau est toute ramomo. Je ne sais pas si ça fonctionne sur les ventres rendus ronds par la bière et le vin.

 

CONCLUSION : Confinement rime avec bidon bloblotant ?

 

C’est plus ou moins une fatalité, c’est vrai. Y’a qu’à voir mon poitrail du moment. Mais je suis persuadée qu’en tenant ces 3 principes (sport à la maison, alimentation plus « simple », massage), on peut limiter considérablement les dégâts. Bon pour ma part, j’ai eu cette prise de conscience un peu tard puisque je suis officiellement déconfinée depuis une semaine : avec la reprise de mon travail, je sais déjà que je vais fondre. Passer de 4000 pas quotidiens à plus de 12.000, forcément, ça joue aussi sur l’état du ventre. Et des jambes, mais c’est un autre débat.

De toute façon, déconfinée ou pas (à chaque fois que j’entends ce mot, je pense à des fruits confits. HELP)y’a quand même pas mal de trucs que j’ai connus que je suis pas prête de refaire de sitôt. Moi qui voulais reprendre le badminton, finalement je suis plus très sûre.

Le cliché où je suis bonne niveau distanciation sociale.

Pour conclure, je tiens quand même à marteler que si on a pris du bide, si on n’a pas réussi à perdre ses kilos de grossesse dans cette période particulière : C’EST. PAS . GRAVE.

Le maître-mot reste la bienveillance envers soi. Et puis, même après la naissance de LaLutine, ce qu’il m’avait fallu pour retrouver un ventre plat, c’est de la patience, beaucoup de patience, car ça demande du TEMPS.

Et du temps, tant qu’on n’est pas malade du Covidemerde, on en a à la pelle. Alors autant le savourer non ?

Et vous, comment votre bidon a évolué avec le confinement ? Il a augmenté de volume de façon disons… »raisonnable » ou un peu moins ? 😉




LalutotaleMa grossesseactivité,alimentation,bidon,brioche,coach,confinement,grossesse,NOMADE,physique,post-partum,sédentarité,sportif,sportive,ventre
Fin février, j'étais contente : il ne me restait que 3kg de grossesse sur le cul les hanches. Je reprenais le boulot le 26 février, j'étais bien. J'avais même dans un élan de grande motivation, relégué toutes mes fringues de grossesse dans un gros carton, bien planqué au fond...
Dis, on partage ?
  •  
  •  
  • 5
  •  
  •  
    5
    Shares
  •  
    5
    Shares
  •  
  •  
  • 5
  •