baptiste - 3Dans les mois à venir, je vais assurément vivre beaucoup de premières fois. J’en compte déjà quelques-unes comme la première fois que je bâfre en toute hâte un fondant au chocolat alors que j’avais pour habitude de les déguster tout doucement  ; la première fois que je me demande si un bigorneau danse la carioca dans mon utérus  ; la première fois que je me badigeonne le bidon d’une huile anti-vergetures ; la première fois que je lis entièrement un blog consacré à la maternité ( coucou Vio ) ; la première fois que je chiale devant Enquêtes Criminelles ( chut on ne juge pas ).

Bref. Le changement c’est maintenant. Et c’est aussi le cas dans ma salle de bains puisque j’utilise davantage de produits certifiés Bio, que je me tartine TOUT le corps d’hydratants divers pour éviter de tenir la comparaison avec un pruneau désséché après l’accouchement, et qu’au gré de mes envies fantasques du moment, je m’accorde quelques achats qui me rebutaient jusqu’à présent.

C’est exactement le cas du shampooing sec que je considérais comme une méthode de feignasse pour planquer la misère du cheveu gras rapidement. C’était pas un truc pour moi et je préférais me laver les cheveux tous les jours ou espacer les shampooings de 48 heures maximum, le degré ultime au-delà duquel je ne supporte plus ma tignasse.

Ah oui. Je ne vous ai pas dit. Je suis fritophobe : dès que mes racines commencent à briller et que je sens ma tignasse devenir toute raplapla sur mon crâne, je suis MAL, avec cette impression d’avoir un casque sur la tête. J’ai la sensation que les gens ne fixent QUE ma masse capillaire en se disant qu’elle est cracra ( je suis la première à remarquer avec dégoût une chevelure trop grasse ) alors que bon chez moi il y a d’autres choses à regarder en ce moment  comme mon cul de la taille du Mexique comme les deux masses qui me servent de généreuse poitrine gonflée aux hormones.

Le problème que je n’ai jamais réussi à résoudre, c’est qu’en général :

  • 24 heures après mon dernier shampooing, mes cheveux ont l’air toujours aussi propres ;
  • 48 heures après mon dernier shampooing, IL FAUT que je les lave.

Il se passe donc une poignée d’heures pendant lesquelles ma tignasse n’est ni totalement propre, ni totalement dégueu. Comme je n’ai pas la possibilité de déjeuner à mon domicile, je passe donc une demie-journée à faire une fixette sur mon cheveu brillant de gras.

baptiste - 1

 

Jusqu’à ce jour de janvier où j’ai craqué : j’en ai vu tout un étal dans mon hypermarché et en me penchant sur les prix, j’étais surprise de constater que les shampooings secs BATISTE étaient beaucoup moins chers que ce que je pensais. Moins de cinq euros plus tard, j’étais chez moi, bombe à la main, prête à éradiquer la racine grasse.

Si j’ai choisi la version Blush  de la marque , c’est pour une raison toute conne : j’ai aimé le packaging rose avec des fleurs. Je suis enceinte et je suis pleine de guimauve et de vomi, merde.

Mon utilisation est restée la même pendant toute la durée de vie du flacon ( environ 10-12 utilisations ) : au matin du 2ème jour après shampooing, j’ai vaporisé le produit à bonne distance de mon crâne en direction des racines. La marque recommande environ 35cm de distance, inutile de dire que tenir un mètre-ruban d’une main pour vaporiser de l’autre ne m’a jamais effleuré l’esprit.

baptiste - 4

 

Je décolle quelques racines. Pshhhhhhhhhhhhhht. J’en décolle de l’autre côté. Pshhhhhhhhhhhhhhht.

Franchement c’est hyper simple. Je remarque déjà que ma tignasse gagne en volume. Mais surtout je remarque qu’une légère poudre blanche se dépose sur les endroits pshittés. J’ai l’impression de voir mes tifs version j’ai 80 piges, au secours, faut que je refasse ma couleur. Je ne masse pas mon cuir chevelu parce que j’ai pas envie de me tartiner les doigts de produit, je laisse simplement reposer quelques instants. Puis pour éliminer le maximum de poudre blanche, je brosse mes cheveux. Ca marche plutôt bien et le produit reste insoupçonnable pour le commun des mortels. Mes proches eux remarqueront sans doute que ma choucroute s’est légèrement éclairci, mais rien de probant.

baptiste - 2

Et effectivement, la magie opère presque instantanément : la poudre a absorbé le gras ( = le sébum ) de mes racines. Je sens ma tignasse plus légère et aérienne. Je secoue ma caboche façon pub Fructis au ralenti tellement j’y crois pas. Toute la journée, je me sens bien mieux, je sais que je n’ai pas besoin d’aller checker mes racines dans le miroir des toilettes entre deux réunions : mes cheveux ont l’air propre, HOURRA !

Bien sûr, ils ont l’air propre. Pour moi, le shampooing sec reste un cache-misère, un gain de temps considérable pour la nénette qui a préféré envoyer valser son réveil à 7 heures pour profiter de son lit quelques minutes supplémentaires, un confort non négligeable pour la femme enceinte fritophobe qui peine à tenir debout sans avoir envie de gerber ( en gros le soir, je n’y tiens plus et même si mes cheveux sont d’apparence propres je les shampooine de façon traditionnelle ).

Et justement la gerbe l’odeur, parlons-en : dans sa version Blushce shampooing BATISTE a une odeur fleurie trèèèèèèèèèèèèès prononcée. Si en tout début de grossesse, cela ne me gênait pas outre mesure ( j’aimais bien que mes cheveux sentent bon toute la journée ), je vous mets en garde si vous avez l’estomac sensible. Croyez-moi ça dépote. Du coup je fus très contente lorsque , complètement paumé au rayon des shampooings secs au supermarché, Musclor m’a demandé par SMS quelle version il me fallait et que je lui ai pas répondu à temps, il les a TOUS achetés ( sauf le Blush, Dieu seul sait pourquoi ). Je me retrouve donc à la tête d’un cheptel de 3 nouveaux shampooings secs BATISTE à tester, et leur odeur est nettement moins éprouvante pour mes nausées.

baptiste - 5

 

 

Pour conclure, je suis tombée amoureuse du principe de ces « shampoos » rapides et faciles d’utilisation. BATISTE signe ici une jolie révolution capillaire que je ne suis pas prête de lâcher de sitôt, surtout pour un prix si riquiqui . Les seuls inconvénient selon moi de cette version Blush sont l’odeur vraiment trop puissante et la nette impression que mes cheveux présentent beaucoup plus de noeuds que d’habitude…Utilisatrices de shampooings secs, vous avez constaté ça vous aussi ?

Satisfaction : 7 / 10

Et vous les filles, déjà adeptes de ce genre de shampooings ou au contraire totalement réfractaires ?

PS : n’oubliez pas de préciser à votre conjoint qui vous emprunte parfois vos produits que ce flacon qui traîne n’est PAS un déodorant. Tu vois Musclor, même quand je parle d’un shampooing sur mon blog, je pense à toi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBeautéSur mes cheveuxavis,Batiste,beauté,blush,bombe,capillaire,cheveux,critique,produits,review,revue,sec,shampooing
Dans les mois à venir, je vais assurément vivre beaucoup de premières fois. J'en compte déjà quelques-unes comme la première fois que je bâfre en toute hâte un fondant au chocolat alors que j'avais pour habitude de les déguster tout doucement  ; la première fois que je me demande...
Tu aimes ? Fais-en profiter les copains !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone