nailartneigeux - 3Je le savais. C’était inéluctable. A force de regarder de sublimes minividéos sur Instagram, mon neurone ongulaire s’est réveillé, mes synapses du nail-art se sont mises en branle pour venir exciter une région de mon cerveau restée trop longtemps en sommeil.

Oui, hier soir, j’ai repris mes pinceaux tout en contemplant mes trop nombreux flacons de vernis : comment diable ai-je fait pour en accumuler autant ? Vais-je seulement réussir à en finir un ? Il faut dire que c’est mal barré vu ma propension à délaisser totalement mes griffes ces derniers mois…

Après une plombe pour choisir les teintes, une autre ( plombe ) pour définir ce que j’allais en faire ( = un truc pas trop compliqué, j’ai perdu la main ), j’ai finalement opté pour quelque chose de simple et somme toute, assez banal : un dégradé.

 

Je me suis confortablement installée sur mon canapé mon tapis ( le canapé attend sagement chez But que je vienne le chercher ) et je me suis lancée. J’avais peur que ça me prenne un temps fou, au final ça m’a pris 30 minutes, top-coat compris.

Et même si le résultat envoie pas franchement du pâté, ça m’a redonné un truc essentiel : le plaisir de me vernir les griffes. Alors ça n’a rien de révolutionnaire, je sais même pas si on peut qualifier ça de « nail-art » mais je vous le montre quand même :

nailartneigeux - 1

 

J’ai donc choisi de me tartiner d’ Alpine Snow d’OPI ( 2 couches ) puis j’ai tapoté à l’éponge un bleu ciel d’une marque inconnue que j’avais envie de tester… Au moment d’appliquer les flocons à secouer d’Agnès b. , ce top-coat a fait dégueuler mon dégradé. Mais au final, ça donne un petit effet « aquarelle » que j’aime bien.

nailartneigeux - 5

 

Le dégradé est subtil, je vous l’accorde. Pour donner un peu de pep’s à tout ça, j’ai donc peint mon annulaire en bleu puis j’ai déséspérement cherché mes dotting-tools pour le petit-poiser un peu en blanc mais j’ai lâché l’affaire : dotting-tools introuvables. L’annulaire restera tel quel.

 

nailartneigeux - 6

nailartneigeux - 2

 

Comme c’est bientôt Noël toussa toussa, j’ai enroulé une guirlande autour de ma main ( on fait vraiment des trucs chelous quand on tient un blog, j’vous le dis ), cette fameuse guirlande qui traîne dans ma voiture depuis 11 mois ( promis Tata, un jour je te la rendrai ) .

J’aurais préféré tenir une boule ( y’a un problème ? ) mais nous n’avons pas encore dressé notre sapin. Les boules dorment encore sagement à la cave.

nailartneigeux - 4

 

Les réactions suite à mon réveil ongulaire ont été partagées : si une collègue a qualifié ma manucure de « moche » arguant que la technique du dégradé donne juste l’impression que tu t’es foiré les ongles, ma boulangère fut quant à elle beaucoup plus enthousiaste, allant jusqu’à m’attraper la mimine pour regarder de plus près. Je pense que le papi qui attendait derrière moi n’en avait strictement rien à péter de mes griffes et voulait juste acheter sa tradi-graines pour mamie qui attendait à la maison, ce qui ne l’a pas empêché de se tordre le cou pour regarder par-dessus mon épaule et susurrer un « c’est joli » tout timide.

C’est donc officiel : je m’y remets, les cocottes !

PS : N’oubliez pas le concours express nail-art juste ICI !

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBeautéSur mes onglesagnès b.,Alpine snow,dégradé,éponge,flocons,griffes,manucure,nail art,ongles,OPI,vernis
Je le savais. C'était inéluctable. A force de regarder de sublimes minividéos sur Instagram, mon neurone ongulaire s'est réveillé, mes synapses du nail-art se sont mises en branle pour venir exciter une région de mon cerveau restée trop longtemps en sommeil. Oui, hier soir, j'ai repris mes pinceaux tout en contemplant...
Tu aimes ? Fais-en profiter les copains !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone