Neostrata gel plus AHA
J’ai une peau toute moisie, mais ça vous commencez à le savoir si vous suivez un peu mes élucubrations épidermiques.

A tendance mixte, elle a l’incroyable ( et casse-couettes ) particularité d’être toujours en phase de bourgeonnement depuis quelques mois.

Fort heureusement, de très bons produits existent pour cibler certaines attaques comédonneuses ( je pense en particulier à  l’excellent nettoyant Jovees parfait pour éradiquer les points noirs ).

J’avais déjà eu l’occasion de tester la crème Neostrata 10 aux AHA qui m’avait plutôt convaincue pour mettre hors d’état de nuire les gros bubons ( qui non seulement, sont très laids, mais qui font aussi affreusement maaaal. ).

Grâce à la parapharmacie en ligne Farmaline qui m’a proposé de choisir un produit dans toute leur boutique, j’ai décidé de tester la formule gel de Neostrata, encore + concentré en principes actifs que la crème : Le NEOSTRATA Gel Plus 15 AHA.

neostrata - 01

J’étais pleine d’espoir.

J’y croyais à fond.

J’ai donc déballé un flacon blanc de 100mL de gel, à l’ouverture que j’aime appeler « push-up » ( oui normalement on dit ça des soutifs, mais moi c’est mon système d’ouverture, na ).

Clairement avec le packaging, t’oublies la définition-même du glamour. Funkytude zéro. On est devant un produit de parapharmacie, un produit sérieux quoi. Un produit qui j’espère, va envoyer du lourd pour zigouiller tous mes boutons crados.

neostrata - 06

neostrata - 07

Le « push-up »

Le gel qui sort du tube est parfaitement translucide. Sa texture n’est pas visqueuse mais liquide, et elle « glisse ». Désolée j’ai pas trouvé d’adjectif pour définir cette sensation chelou qu’elle procure sur les doigts. C’est pas de l’huile, c’est pas de l’eau, c’est pas de la vaseline non plus.

Et c’est plutôt frais dès que la texture entre en contact avec la peau ( mais ça, je comprendrai pourquoi en regardant plus tard la compo… ) :

neostrata - 08

Mais avant même d’appliquer ma toute première coulure noisette sur mon museau, une chose m’a interpellée sur le carton d’emballage. Et cette chose, c’est ça :

neostrata - 09

Pour les fâchés avec la langue de Shakespeare, je me permets de traduire :

« Anti-âge pour les peaux grasses sujettes au teint terne « 

Alors bon, j’ai pas la peau grasse mais mixte.

Soit.

A la limite, je peux m’accomoder d’être traitée de boule à facettes puisque c’est pas très loin de la vérité.

MAIS je savais pas moi que c’était un traitement anti-âge !!! Lorsque j’achetais en pharmacie ma crème Neostrata 10, la pharmacienne m’avait bien expliqué qu’elle était formulée spécialement pour les problèmes d’acné chez l’adulte, mais pas spécialement pour dompter ses rides ! D’autant que je n’ai PAS de rides, alors à quoi bon me tartouiller un anti-âge sur la face ?!

Mais bon.

Je suis toujours pleine d’espoir.

Et j’entreprends alors de me tartiner la goule.

neostrata - 02

Le premier point négatif, c’est que je n’ai pas du tout apprécié la texture sur ma peau.

Quand la marque promet une texture qui pénètre facilement, je ne suis pas d’accord.

Soit tu en mets trop peu et ta peau boit tout en 1 seconde chrono.

Soit tu en mets trop et là tu galère à faire pénétrer cette texture glissante. Car il faut dire que le corps du flacon a beau être souple, il n’est pas du tout facile de doser correctement la quantité de produit qui va sortir du trou. Et ça j’aime pas. Parce que d’une part, ça encourage au gâchis, et d’autre part tu sais jamais si t’as la bonne dose exacte pour ton museau. Pourquoi ne pas avoir mis un flacon-pompe nom d’un chien ??

neostrata - 10

Deuxième point lors de l’application : si tu as le malheur de t’être copieusement explosé un bouton crade avant d’appliquer ce gel, apprête-toi à faire des bonds de 2 mètres. Pitaaaaaing ça pique sa grand-mère. Mais ton bouton lui, n’a pas disparu. Ce serait trop beau.

C’est à ce moment précis où j’ai jonglé que j’ai jeté un oeil à la composition :

neostrata - 05

Ah ben oui : de l’alcool dénaturé en deuxième position juste après l’eau, tu m’étonnes que ça pique sa race. Et tu m’étonnes que j’ai toujours des sensations désagréables de tiraillements après application : ce gel n’hydrate pas du tout, contrairement à la crème qui fournissait moins de sensations d’inconfort dermique.

neostrata - 03

Malgré ces premières impressions pas sympas, j’ai décidé de pousser le test jusqu’au bout.

Comme le préconise la marque, j’ai donc appliqué ce gel sur peau parfaitement nettoyée une fois par jour pendant 15 jours, puis le matin et le soir.

Je SAVAIS qu’une flopée de boutons pouvait apparaître les deux premières semaines.

J’ai pas été déçue, croyez-moi : une nuée de petits boutons est apparue sur mon menton et tout autour de la bouche. Limite on aurait dit que je faisais une allergie à un truc. Et j’avais beau les éliminer avec ces instruments de haute technicité qu’on appelle grossièrement les ongles, ils revenaient sans arrêt. Salauds. Salauds. Mais ça grattait pas, donc pour moi il ne s’agissait pas d’une allergie. Et en principe, j’aurais dû ressembler à une grosse tomate bouffie si ça avait été le cas.

J’ai donc pris mon mal en patience. Si c’est la condition à respecter pour avoir une peau parfaite ensuite, je suis capable de faire ce sacrifice de quelques jours…

neostrata - 04

Grâce à une météo particulièrement clémente dans le Sud cet hiver, j’ai pu profiter des bienfaits du soleil. Oui parce que mes examens de sang montrent que j’ai une carence en vitamine D, donc tous les prétextes sont bons pour me dorer la couenne ^^ Fort heureusement, je n’ai jamais chopé de coup de soleil comme le redoute Neostrata avec l’utilisation de son gel.

neostrata - 11

Et quid des effets sur le long terme alors ?

Figurez-vous qu’ils ne sont pas hyper concluants, les résultats. Certes, j’ai trouvé que ma peau était un poil moins terne que d’habitude, mais et c’est là que le bât blesse :

  • Au bout d’un mois et demi de traitement, j’ai toujours de gros bubons qui poussent de façon anarchique sur le visage. Quelque soit la période du mois. Quelque soit le temps qu’il fait. J’ai même la désagréable impression que j’ai PLUS de boutons qu’avant d’utiliser ce gel….
  • Ce gel ne m’a pas du tout resserré les pores ni dompté la brillance du pif.
  • Je n’ai pas constaté d’effet anti-âge car je n’ai pas de rides ( oh oui déteste-moi ). Ma pauvre petite ride du lion ( si je me gourre pas, c’est celle du front qui apparaît quand on fronce les sourcils non ? ) est juste un peu moins prononcée.

CONCLU-BOUTON

J’étais enchantée de pouvoir tester la version gel concentrée en acide glycolique de Neostrata pour dompter ma peau moisie. 

Malheureusement, je n’ai vu que des effets négatifs sur mon épiderme : les sensations lors de l’application sont désagréables et je n’ai vu aucun résultat probant sur ma face. Peut-être y en aura-t-il de meilleurs sur une peau toute ridée ? En tout cas, je ne conseille pas ce produit pour les peaux mixtes qui voudraient mettre à mal leurs boutons et leur brillance, il n’aura aucun effet. Je n’achèterai pas ce NEOSTRATA Gel Plus 15 AHA, pour sûr. Pour 28€, on est en droit de s’attendre à beaucoup mieux !

Je remercie néanmoins Farmaline pour ce test 😉

Satisfaction : 1 / 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleSur mon visageacide glycolique,acides,acné,AHA,AHA 15,anti-âge,avis,boutons,critique,Farmaline,gel,glycolique,Neostrata,parapharmacie,peaux problèmes,pharmacie,plus,review,revue,rides
J'ai une peau toute moisie, mais ça vous commencez à le savoir si vous suivez un peu mes élucubrations épidermiques. A tendance mixte, elle a l'incroyable ( et casse-couettes ) particularité d'être toujours en phase de bourgeonnement depuis quelques mois. Fort heureusement, de très bons produits existent pour cibler certaines attaques...
Partager l'article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone