dex1Je trouve de plus en plus de qualités à Musclor et j’en ai aimé une grosse dès le début ( non Mag , toujours pas celle-là ! ): après avoir découvert sa cinéphagie, j’ai rapidement constaté qu’il était également sérivore.

Pour moi qui ne manque pas un seul épisode de DESPERATE HOUSEWIVES en streaming, qui possède les intégrales DVD des séries cultes ALLY MAC BEAL , FRIENDS ou encore SEX & THE CITY et qui se voit offrir le coffret de THE WEEDS pour ses 25 ans, j’aime autant vous dire que cette qualité chez Musclor n’était pas pour me déplaire.

Ainsi il ne regarde pas à la dépense : c’est sans sourciller ou sans émettre le moindre son de raclement de gorge nerveux que Musclor achète ses saisons de séries américaines par lot de 9 ou 10. Nan nan, pas une seule saison, autant se les payer toutes, na ! Surtout quand la FNAC propose des offres spéciales sur les-dits coffrets, ce serait vraiment trop bête de rater l’occaze hein !

Dexter & moi, on plante…le décor

Les séries américaines et moi, c’est toute une histoire qui commence souvent par «y a-t-il un Pilote..qui dépote?» car c’est bien souvent dès les toutes premières minutes du tout premier épisode de la toute première saison ( le fameux épisode-pilote ) qui définit si oui ou non, je vais me gaver toute l’année.

DEXTER, j’en avais déjà entendu parler. De la même façon que LOST en son temps, tout le monde me rabâchait les oreilles à grands coups de «hiiiii c’est trop bien» «hiiii tu vas kiffer» « hiiii c’est addictif» et blablabla.
Alors non seulement je n’aime pas quand on croit connaître mes goûts, mais en plus je suis carrément frileuse quand personne ne trouve rien à redire sur une production qu’elle soit cinématographique ou télévisuelle. C’est dans ces conditions que j’ai entrepris de mater l’épisode-pilote de LOST il y a quelques années…et que j’ai été carrément déçue.

DEXTER restait donc ancré dans un coin de ma tête sans que j’y prête la moindre attention particulière. En effet, cette série est à classer dans la catégorie des Policiers/Thrillers, or je n’ai jamais eu le moindre atome crochu avec les héros de NCIS , LES EXPERTS( Miami, Las Vegas, Gif sur Yvette… ) et compagnie. Je laissais donc les gens s’extasier sur DEXTER . Complètement impassible la fille.

Puis le soufflé est retombé, les gens n’en parlaient plus autant que du dernier épisode de GREY’S ANATOMY ou de DR.HOUSE ( séries que je n’ai toujours pas découvertes pour les mêmes raisons que Dexter ) et Musclor est arrivé. Il m’a rapidement proposé de mater son coffret de la saison 1 en DVD.

Veni , vidivici … et kiff hiiiii !

Mais alors un gros gros kiff hein !
J’ai d’abord regardé le premier épisode et ai plus ou moins accroché : l’intrigue était lancée trop mollement à mon goût mais elle n’en restait pas moins intéressante.
On est immergé directement au poste de police de Miami et dans les rues tantôt moites le jour, tantôt festives et inquiétantes la nuit, les actions se multiplient sans qu’on ait vraiment le temps de souffler.
Mon souffle, je l’ai récupéré quand le douzième et dernier épisode de la saison s’est achevé.

Je suis depuis devenue Dexter-addict et aucun épisode ( en VOST bien sûr ! ) ne m’a échappé 🙂

Et comme je ne suis pas ingrateje me devais d’écrire un article dithyrambique sur le coffret qui m’a rendue accro , celui qui est à l’origine de mon addiction : l’intégrale de la saison 1.ceci était l’intro la plus longue du monde  )

 

Je sais pas pourquoi, j’ai l’impression d’être boucher aujourd’hui ?

C’est la question qu’on est en droit de poser après avoir goûté à Dexter ( et faudra pas venir chouiner après si vous êtes accro vous aussi , j’vous aurais prévenu).

Il est de notoriété publique que la France a toujours un train de retard sur ses homologues ricains en terme de parutions dévédaires . La faute aux sous-titres à écrire, aux dialogues à traduire, toussa toussa. Bref pour le moment toutes les saisons ne sont pas éditées en DVD.
Pour l’heure , la saison 1 se compose de 12 épisodes d’environ 50 minutes répartis en 4 DVD .

dex

La boîte cartonnée du DVD représente un brun mystérieux qui semble nous regarder droit dans les yeux. Alors je sais pas si le but est de faire flipper le futur possesseur de l’intégrale mais moi en l’occurence j’ai plutôt l’impression que Dexter – puisque c’est bien lui – me lance un regard de b(r)aise !
Et c’est marrant mais c’est en vous écrivant ces lignes que je m’aperçois d’un détail rigolo : Dexter appuie son menton dans la paume de sa main…enfin c’est ce qu’on croit au premier abord…! Si on y regarde de plus près, on distingue très bien la teinte cadavérique de la-dite mimine et on comprend alors qu’à moins que Dexter souffre d’hypothermie sévère des bras, beh la paluche n’est pas la sienne mais celle d’un mort.
Bwerk.
Rigolote ma découverte non?

Sinon Dexter est écrit en lettres majuscules rouges juste au-dessus de la mention « The first season », et un autre détail de toute importance : le nombre 16.
Cerclé de rouge, celui-ci n’indique pas le nombre d’épisodes que comporte la saison 1 mais informe que la série est interdite aux moins de 16 ans ( si t’as quinze ans et demi, un suppo et au lit ).
Franchement la mention n’est pas de trop car dès le premier épisode on se demande dans quoi on atterrit. Momon avait laaargement dépassé l’âge légal et elle s’était exclamée de suite « dedjiuuuu pinaise c’est hyper sanglant ton truc !»

Bref la présentation générale est assez sobre. C’est épuré. Un peu style art-déco quoi.

Pour la face arrière de la boîte cartonnée, beh je sais pas où Musclor a acheté son coffret mais c’est écrit en français…et en hollandais o_O
Pis y a un grand Dexter habillé tout en blanc avec un gros poignard dans les mains et encore un regard de braise qui occupe toute la hauteur de la boîte. A côté de ça, des petites photos minimalistes où on aperçoit quelques-uns des protagonistes de la série. Mais ça j’en reparle plus tard..
Je vais éviter de passer pour une vile spoileuse . Les épisodes s’enchaînant et s’emboîtant comme dans un très très long film ( ben oui 651 minutes quand même ), c’est volontairement que je ne les détaillerai pas un par un dans cet article .

 

Dexter, un héros patibulaire..mais presque

Il convient tout d’abord de résumer brièvement en quoi consiste cette série. Toutefois il serait vraiment très cruel de ma part de vous en révéler l’(es) intrigue(s) puisque plusieurs histoires se greffent à la principale en cours de route et que chacune réserve son lot de surprises…plus ou moins sanglantes.
Mais il est tout autant inconcevable de ne pas vous présenter Dexter, personnage principal de la série.

GEXTERALITéS

Ce trentenaire au physique plutôt banal ( entendons-nous bien , il est plutôt situé dans la moyenne haute ) au nom complet Dexter Morgan travaille comme légiste dans la police de Miami. Il est plus précisément expert en traces de sang, il est capable de vous dire en analysant des scènes de crimes bien rouges quelles armes ont été utilisées, quels gestes ont été empruntés, et ce qu’a bouffé le tueur au déjeuner et tout et tout. Trop fort le gars.

Ca c’est son vrai boulot … Le jour.

La nuit , Dexter se transforme en meurtrier : il choisit sa prochaine proie, la traque puis finit par l’achever dans d’atroces souffrances toujours selon le même procédé, une mécanique bien rôdée qu’il a mise au point grâce à sa connaissance pointue en matière de serial-killeries.
Il y prend un malin plaisir, ce qui le classe clairement dans la catégorie des psychopathes.
Il kiffe tuer, c’est sa came.

Mais là où le personnage est carrément original, c’est qu’ il ne bute que de très très vilaines personnes : des assassins en puissance, des dealers ou encore des tueurs en série que la justice a épargnés. Une sorte de vengeur inconnu qui agit dans l’ombre, qui enterre ses crimes comme un chien planquerait son os, et qui n’attend donc aucun signe de reconnaissance de qui que ce soit pour avoir débarrassé le Monde d’un salaud de plus.
Certains y voient une apologie de la peine de mort, une manière de venger la disparition des victimes d’assassins en commettant d’autres homicides volontaires . Moi j’y vois simplement un scénario et une idée originaux pour une série qui tient en haleine jusqu’ aux dernières secondes. Je ne cherche pas plus loin, de toute façon je suis blonde maintenant : pas de messages subliminaux cachés selon moi. C’est une fiction pure et dure, on la boucle, on regarde et on se laisse transporter sur les plages floridiennes. 

Sur un air connu : Nous ne faisons que traverser des os et sangs, des déseeeeereuh

UNE PSYCHOLOGIE DE(X)TAILLéE DANS LA SAISON 1

L’avantage c’est qu’avec son boulot diurne, Dexter sait exactement comment commettre des meutres presque parfaits et ne laisse donc pas la moindre trace derrière lui. Mais on se demande alors comment un tel sociopathe a fait pour rentrer dans la Grande Maison sans qu’aucun collègue ( ni sa soeur, keuf aussi ) ne le démasque.

C’est là tout l’intérêt de cette première saison : on découvre Dexter et ce personnage taciturne semble complètement insensible. Tout au long des 12 épisodes, on s’immerge dans la vie de cet homme qui se sait anormal, atrophié des sentiments et qui se force à avoir un semblant de vie «normale» comme il aime à l’appeler. Ainsi il s’entiche d’une petite amie que la vie conjugale a déjà bien amochée mais ça l’arrange : les galipettes c’est pas son fort, la nana n’y tient pas non plus donc tout va bien dans le meilleur des mondes d’abstinents.

DEX4

Mais voilàDexter évolue. Et c’est là qu’on voit tout le génie des scénaristes : on ne s’en rend absolument pas compte mais ce psychopathe finit par montrer son coeur ( au sens métaphorique j’entends ) et comble de l’horreur : on s’attache à lui.
Car ce légiste a un très lourd passif et je ne spoilerai pas : je me contenterai de vous dire que son enfance est bien bien vague et possède des zones de trouble…

C’est donc à grands renforts de flashbacks dans la vie d’un Dexter gamin puis adolescent que le mystère commence à se délayer. Et grâce à une narration permanente à la première personne , on surfe allègrement dans les pensées et les souvenirs d’un Dexter torturé qui cherche à éclaircir toutes les zones d’ombre de son passé.
C’est foutrement intelligenton a vraiment l’impression de découvrir les choses en même temps que lui . Je surkiffe.
A la fin de cette première saisonon se surprend alors à avoir un oeil neuf sur le personnage principal : en 651 minuteson passe d’une vision d’un trentenaire dingue handicapé-du-sentiment à un homme presque humain sur lequel on a envie de s’apitoyerqu’on a envie de serrer dans ses bras et de bizouter.
C’est après la claque monumentale que file cette saison 1 qu’on se dit que les scénaristes sont juste brillants tant la psychologie de Dexter est finement abordée.

Une saison SANG dessus-dessous

Dans cette première saison, on plante le décor : des bureaux du commissariat aux rues animées de Miami en passant par les quartiers d’immigrés et les remous de l’eau au large des magnifiques plages de sable fin, tout y passe. Les images sont léchées, les contrastes entre rues sombres, recoins inquiétants et lumières de fête d’une soirée ordinaire sont parfaitement réussis et saisissants. On sait dès les premiers instants que les protagonistes vont évoluer dans pléthore de lieux différents au sein d’une même ville. Ca me botte !

En plus de planter le décoron plante aussi les personnages. Gniark . Evidemment je ne détaillerai pas les victimes plantées ^^ mais je tiens à présenter succintement les éléments satellites qui gravitent autour de Dexter Morgan :

dex3

  • Debra Morgan ( JENNIFER CARPENTER ) dite «Deb» est la soeur de Dexter à l’écran mais sa femme dans la vie 🙂 Elle est elle-même agent de police et nourrit de belles ambitions : elle veut entrer à la crim’ et quitter les moeurs. Avoir un frère dans la police, qui plus est avec de tels instincts et un tel flair ( tu m’étonnes ), ça aide. Bien évidemment, elle n’est pas au courant des activités nocturnes de son assassin de frangin ... Elle aussi évolue considérablement dans la saison 1, passant d’une nénette exhubérante et fofolle à un petit oisillon sensible qui ne demande qu’à être aimé… Momon lui trouve un physique particulier, moi je la trouve jolie dans son genre ^^
  • Maria LaGuerta ( LAUREN VELEZ ) est le lieutenant de la brigade où officient Dexter et Debra. Cette latino-américaine qu’on déteste dès le premier épisode devient beaucoup moins mordante – et salope – avec le temps, on finit même par l’apprécier…mais pas trop, faut pas charrier.
  • Harry Morgan ( JAMES REMAR ) incarne le père adoptif de Dexter dans ses souvenirs. Flic respecté et aimé, il meurt quand Deb et Dex sont encore ados. On comprend très vite qu’il noua un lien très particulier avec son fils adoptif, quitte à mettre sa fille biologique de côté. Il a toujours été le seul au courant de la vraie nature meurtrière de Dexter  et le seul à savoir le canaliser. Il lui enseigna ce que Dexter appellera tout au long de la série «le code», une sorte de déontologie applicable aux assassinats.
  • Rita Bennett ( JULIE BENZ – dans ma benz ) joue la rôle de la petite amie de Dexter . J’étais persuadée de l’avoir déjà vue avant, et ma mémoire ne me joue pas de tours puisque c’est bien celle qui incarne la very sexy lesbienne dans Desperate Housewives ! Cette blonde est aveuglante de beauté et de naturel, bien loin d’être fardée comme dans DH, elle campe ici une mère de famille désemparée face à la violence d’un ex-mari junkie heureusement emprisonné…jusqu’à ce que…*chut* Ce personnage va aussi grandement évoluer, passant de douce et sage à une femme sûre d’elle qui ose gueuler un bon coup quand il le faut. Bluffant. Et trop beeeelle !
  • Rudy Cooper ( CHRISTIAN CAMARGO ) est un prothésiste qui tapera dans l’oeil de Debra. Sexy, brun, ténébreux et hmmm sexuel, il semble être le beauf parfait pour Dexter ! Encore un personnage qui évolue de manière très subtile dans les épisodes. Je kiffe.

J’arrête volontairement ma liste à ce point précis. Tous les autres acteurs récurrents de cette saison sont des collègues ou des supérieurs de Deb et Dex. Chacun apporte des éléments nouveaux à l’intrigue principale de cette saison, chacun a sa vie personnelle aussi et tout ça forme un mélange goûtu dont on se repaît sans broncher.
Car au-delà de la performance colossale des acteurs et surtout de MICHAEL C.HALL ( Dexter himself ), la mise en scène mérite bien des éloges : on n’étouffe pas sous un nombre colossal d’informations en tout genre et sans intérêt. On s’y retrouve très bien dans la petite dizaine de protagonistes que compte cette saison. Personnellement je déteste les séries où 50 acteurs officient à chaque fois, je finis toujours par m’embrouiller. Ici c’est parfaitement digeste.
Chaque détail concernant la vie d’un personnage, aussi minime soit-il peut avoir son importance dans l’intrigue. Et c’est exactement pour cette raison qu’ on ne peut PAS louper un seul épisodeau risque de ne plus rien entraver par la suite.

Avantage ou inconvénient? J’aime beaucoup mwa ! J’ai l’impression de regarder un très très long film où je dois être attentive à la moindre réplique du premier quidam qui passe. Grâce à mes efforts de réflexion, j’ai eu ma propre idée assez tôt de qui se cachait derrière le serial-killer de la première saison…mais il me manquait des éléments, et les scénaristes ont su les disséminer fort sournoisement tout au long de mon visionnage.
Ce qui le rendait d’autant plus captivant.

DEX2

Car oui, il y a plus d’un serial-killer dans cette saison. Outre Dexter que l’on apprend à connaître bibliquement, un autre meurtrier sévit et fait frémir tout Miami . Très vite, les policiers et médias le baptisent l’ «Ice Truck Killer» ( Tueur de Glace en français ).
Dexter devient fasciné par les méthodes de cette homme qui laisse ses victimes exsangues…et nous pauvres petits spectateurs sans voix ^^ Ce serial-killer laisse des indices que seul Dexter peut comprendre et analyser…Pourquoi ? Dans quel(s) but(s)? Les flics semblent complètement largués…Dexter parvient à décrypter.. mais commence aussi à perdre pied…

Je m’aperçois que je peux être balèze côté suspense , gniark gniark ! )
Le mystère durera la saison toute entière mais on n’oublie pas les victimes collatérales de Dexterles histoires mafieuses en tout genre , les divorces de flicsles incompatibilités dans la brigade etc etc … bref on n’a pas franchement le temps de s’ennuyer !

Des bonus abSANG !

Si la qualité du contenu n’est plus à démontrer, celle des DVD peut être plus nuancée : sur chaque galetteon retrouve 3 épisodes donc environ 3 heures de bobine . On peut bien sûr choisir de ne voir qu’un seul épisode puis de retourner au menu ou opter pour une lecture intégrale du DVD.

Je ne regarde les séries qu’en Version Originale sous titrée. J’ exècre les versions françaises depuis fort longtemps. Cette intégrale propose le visionnage en langue anglaise ou française, parfait pour moi mais moins sympa si ma copine espagnole venait à acheter le coffret.. D’ailleurs elle ne trouverait pas non plus le sous-titrage raccord avec sa langue maternelle puisque seuls le français, l’anglais, le danois ( c’est GlossingGirl qui va être contente ), le finnois, l’hollandais, le norvégien et le suédois sont disponibles. En gros, c’est un coffret clairement orienté vers le Nord, mouhahaha !

Le menu principal est simple au possible. Je déteste ces petits extraits qui tournent en boucle le temps qu’on se cale dans son canap’, le café dans une main et la clope dans l’autre. Là l’image est fixe, toujours Dexter et son regard de braise avec son gros couteau et surtout la musique de fond produit son petit effet : inquiétante, tour à tour sourde puis sifflante, elle est juste hyper flippante. Momon la trouve trop glauque, moi je surkiffe !

Le générique quant à lui est bien trop long à mon goût : 1 min 46 à se farcir avant chaque épisodeça me broute.
Heureusement un petit coup sur la zappette et on passe directement à l’épisode. Par contre, il vous montre à quel point la réalisation de la série est géniale : zéro sang, mais des scènes de la vie de tous les jours en très, très gros plan. Et un frisson m’a parcouru l’échine la première fois que je l’ai vu tant il est…dérangeant…

Découvrez ce petit bijou en cliquant ICI.

Côté bonusc’est le néant total ! On a accès aux sempiternelles «versions commentées» où un mec te parle pendant que la série défile normalement. Dame Nature ne m’a dotée que de deux oreilles donc ça me gonfle assez vite ce canon de voix.
Sinon rien. On aurait pu s’attendre à un mini-bêtisier quand même. Mais c’est peut-être dû à mon goût prononcé pour les séries de filles où les acteurs se marrent sans arrêt. Là, Dexter est rangé dans la catégorie «criminalité» donc je doute que les acteurs se fendent la pêche tous les jours sur les plateaux de tournage. Oui mais même. J’veux des bonuuuus !

CONCLUSION : Un coffret à manier avec DEXTERité !

 

«Mandieu ! Pourquoi mais pourquoi je ne l’ai pas acheté avant?» fut la seule question qui me tortura l’exprit après avoir visionné la toute dernière seconde du dernier épisode de cette saison 1. Maintenant je suis en mesure d’y répondre : parce que j’attends l’intégrale de toutes les saisons avant de me précipiter dessus, hiiiii !

L’absence de tout bonus pourra tout de même faire hésiter mais devant le prix tout mini pratiqué par certaines enseignesvous auriez tort de vous priver de cette série absolument addictive.

Le coffret est de très bonne facture et regroupe l’intégrale de 12 épisodes sur 4 DVDce qui permet un gain de place considérable quand on regarde la taille des boîtes d’autres sériesFriends en tête des bouffeurs d’espace .

Si vous souhaitez découvrir une série hyper originale menée par une troupe d’acteurs talentueux et un scénario ô combien majestueusement ficelési vous n’avez pas de lardons à la maison susceptibles d’être traumatisés à la vue d’hectolitres de ketchup et peinture rouge ( bon je vous rassure quand même, quand Dexter bute quelqu’un à la scie électrique, on ne voit rien du tout ), je ne peux que vous conseiller la découverte de cette série géniale via l’achat de ce coffret . Evidemment je ne saurais que trop vous recommander de la regarder en VO sous-titrée car le contraste entre la voix-off de Dexter ( la narration ) et sa véritable voix quand il cause est saisissant !

Je pensais qu’après cette première saison magistrale, le suspense dans les saisons suivantes ne seraient pas à la hauteur. Mais Psychou et Téquichérie m’ayant assuré qu’il allait crescendo, je me suis ruée sur les saisons suivantes !

Bien plus qu’une simple série qu’on oublie en quelques jours , DEXTER est sans conteste celle qui m’a faite adhérer à un genre nouveau dans ma sériphagieMerci Musclor chéri ! 🙂

 

Satisfaction : 10 / 10

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleCinéaméricaine,avis,critique,dexter,Dexter Morgan,DVD,Miami,Michael C. Hall,psychopathe,review,saison 1,série,soap,tueur en série
Je trouve de plus en plus de qualités à Musclor et j'en ai aimé une grosse dès le début ( non Mag , toujours pas celle-là ! ): après avoir découvert sa cinéphagie, j’ai rapidement constaté qu’il était également sérivore. Pour moi qui ne manque pas un seul épisode de DESPERATE HOUSEWIVES en streaming, qui possède les...
Partager l'article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone