moulinette-6Les boulasses. J’avais commencé à rédiger un article sur ma moulinette et paf, mon Mac il a trop mouliné lui aussi, l’andouille.
Du coup je réécris mon intro mais je suis sûre qu’elle sera moisie comparée à l’ancienne. Il me semble que je racontais que j’étais adepte de tout ustensile de cuisine ou toute astuce visant à améliorer ma productivité ( et ma sécurité ) quand je fais la popotte, vu mon degré d’habileté au ras des fourchettes.

Et parmi la foultitude de petits engins facilitant le quotidien derrière les fourneaux, il existe un tout petit accessoire électrique qui m’évite de me sectionner un doigt ou deux, de m’enlever la peau des mains ( on rigole pas ) ou de trancher l’appendice de tout être vivant qui viendrait s’aventurer dans la cuisine pendant que je m’affaire sur mon plan de travail ( mandieu quelle inconscience ).
Ce petit appareil commercialisé par la célèbre marque MOULINEX est certainement plus vieux que moi. On pourrait croire que c’est une vieillerie, mais non : ma moulinette « coupe-coupe » comme l’a appelée la marque est une merveille de robustesse puisqu’après plus de 20 ans de bons et loyaux services , elle fonctionne toujours aussi bien.
Quoi de plus normal que de vous faire un article à la gloire d’une longévité exceptionnelle. Après rassurez-vous, je ne suis pas adepte des robots ménagers d’antiquité. C’est juste que je l’ai hérité de ma regrettée Maman et que comme tout objet qu’elle a possédé, je me refuse pour l’instant à m’en séparer… Inutile donc de vous préciser que vous ne le trouverez plus dans le commerce. Mais la technologie est passée par là, et vous pourrez désormais adopter l’un de ses petits frères de la marque dans les rayons cuisine de votre hypermarché ou de votre revendeur d’électroménager.

moulinette

Cette moulinette se décompose en 3 parties :

  • la tête pensante : le moteur et la commande d’utilisation ( oui oui c’est au singulier , vous allez comprendre pourquoi très vite ) avec son cordon d’alimentation
  • le corps : un gros bol en plastique transparent percé en son milieu muni de son couvercle, troué lui aussi
  • les entrailles : les lames jumelles montées sur une tige, diamétralement opposées ( diable , de la géométrie dans ce billet ! )

Si vous n’entravez rien, les photos sont là pour vous aider.
Concrètement, ça nous donne un engin pas très gros , pas franchement jojo mais pas tellement moche non plus, qu’on peut aisément ranger dans un placard puisqu’il ne prend pas trop de place.
Petit par la taille mais grand, trèèèès grand dans sa fonction.

__________________________________________

JUSTE UN DOIGT : PETITES CONTRARIéTéS D’ANTAN
__________________________________________

Comme je vous le disais plus haut, je suis un modèle d’adresse et d’habileté. Mes doigts se souviennent encore de quelques épisodes glorieux, comme la fois où j’ai voulu essayer le nouveau couteau à pain de mes parents en me tranchant du pain ( jusque là rien d’anormal ) mais que soudainement j’ai ressenti une forte douleur dans le dedans de mon index et que la mie est devenue rouge ( là, c’est déjà pu trop normal ). Effectivement, je venais de perdre un bon tiers de phalange. Même pas eu le temps de chialer, je suis tombée dans les pommes.

Ou encore la fois où je voulais découper une carotte supervite sur ma planche à découper comme Geena Davis dans le film « Au revoir à jamais ». Ben j’ai failli dire au revoir, à jamais…à mon petit doigt.
Et que dire des moments où tu te sens vraiment con, alors que tu verses de grosses larmes sans jamais pouvoir t’arrêter en tranchant des oignons ou de l’ail…J’avais trouvé l’astuce suprême en enfilant un masque de plongée sous-marine, ce qui avait l’énorme inconvénient de me donner l’air totalement demeuré mais l’avantage indéniable de faire rigoler Maman comme une baleine. ( Depuis j’ai appris un truc génial : quand tu pèles un oignon, les particules qui font chialer se collent sur la première muqueuse qu’elles croisent donc il faut tirer la langue pour éviter que ça parte direct dans les orbites. Pas con hein ? )
Bref revenons-en à nos moutons : mon coupe-coupe, qui n’est pas une arme de catégorie 6 comme me le souffle Musclor mais un ustensile de cuisine, est vraiment devenu indispensable pour ma popotte.

_______________________________________

TIRE LA MOULINETTE, LA CIBOULETTE CHERRA
_______________________________________

En plus d’être malhabile, je suis totalement stressée dès qu’il s’agit de confectionner un plat un peu plus élaboré que d’habitude ( si tant est qu’un risotto aux champignons soit élaboré ) puisque de la main droite tu dois touiller un truc pendant que ta main gauche doit chercher un autre plat planqué dans les placards.

Du coup quand on me demande d’émincer finement une gousse d’ail pendant les 10 secondes de fonte de ma noisette de beurre, je panique.

Pensez à la peler avant, quand même.

Pensez à la peler avant, quand même.

Enfin je paniquais, AVANT.
Aujourd’hui je dois toujours peler ma gousse certes, mais j’ai adopté une nouvelle gestuelle. Une vraie gestuelle de feignasse : je balance tout dans le bol de ma moulinette, dans lequel j’avais déjà placé la tige avec les lames. Je place le couvercle à l’envers de telle sorte que la tige vienne s’enfoncer dans le logement de la tête prévu à cet effet . Je branche le cordon d’alimentation dans une prise et j’appuie sur l’unique et gros bouton vert qui orne la tête de la moulinette.

Hop

Hop

Hop

Hop

Et HOP

Et HOP

Immédiatement les deux lames tournent à une vitesse dingue et mes gousses sont en charpie, hourra ! Je suis bluffée : en deux secondes d’appui sur le bouton, c’est plié : ma gousse d’ail est prête et je n’ai plus qu’à la balancer dans ma casserole !

Avant le massacre

Avant le massacre

Pendant le massacre

Pendant le massacre

résultat du massacre

résultat du massacre

Concrètement , je mets 10 secondes à préparer ma moulinette et 2 secondes pour coupe-couper tout mes ingrédients.

C’est absolument parfait pour tous les condiments casse-bonbons comme l’ail, les échalotes ou les oignons. Mais c’est aussi super utile quand tu veux confectionner des sauces légères à la ciboulette ou que tu veux réduire des tiges de persil.

J’avoue n’avoir jamais essayé de me faire une purée ou un potage. Déjà parce que je sais pas comment on fait mais surtout parce que les lames ont l’air d’être de sacrées bourrines, et que le bol n’est qu’en plastique….OK il est costaud puisque, naturellement, je l’ai déjà fait tomber. Mais j’essaye d’y faire attention parce que même si le bol est vendu comme pièce de rechange à l’unité sur Internet, il reste rare et donc à un prix particulièrement prohibitif.

L'oignon va y passer aussi.

L’oignon va y passer aussi.

 

Mais tu te demanderas pourquoi acquérir une petite moulinette ( autrement appelée « mini hachoir » )  si tu as déjà un gros robot ménager qui pile, touille, hache, tranche, émince, passe le balai et fait le café ?

Pour une raison toute bête : cette moulinette est assez petite par rapport aux mastodontes multifonctions. J’en possède un moi-même et avoue ne JAMAIS l’utiliser quand il s’agit de petites tâches comme un éminçage d’oignon. Je préfère largement ma moulinette très facile d’utilisation et surtout beaucoup moins chiante à laver ! Comme elle ne possède que 3 parties dont seulement 2 sont en contact avec les aliments, je la nettoie en dix secondes chrono et la range immédiatement.
Enfin je tenais à préciser que je ne me suis jamais blessée en manipulant ma moulinette. L’exploit. Même en manipulant et nettoyant les lames. Mon petit engin est vieux, et on pourrait supposer, à tort, qu’il n’est pas franchement sécurisé.

Je pense à mes phalanges avant tout mais aussi à celles des mioches.

Et bien détrompez-vous : si vous n’enfoncez pas le couvercle sur la tige, le moteur ne fera pas tourner la-dite tige. C’est logique vous me direz. Faut mettre la petite croix de la tige dans l’emplacement en forme de croix du socle. Et vu comme les lardons dès leur plus jeune âge s’excitent à vouloir faire rentrer de gros carrés dans des petits ronds, c’est bon, on est peinard.

Avant le massacre

 

 

La CONCLUSION aux petits oignons

Cette moulinette est devenue un ustensile indispensable dans ma cuisine de pouffe . Elle me permet de hâcher mes condiments et mes aliments sans perte de doigts . Elle est mignonne , petite et facile à ranger . Sa mise en place ne prend pas plus de dix secondes et elle émince une gousse d’ail en deux secondes ou un gros bouquet de persil en cinq , grâce à ses deux lames lancées à toute vitesse ( c’est une image hein ).
Une pouffe au QI de bigorneau comprendra immédiatement son fonctionnement vu qu’elle ne possède qu’un seul bouton et donc qu’une seule vitesse . Enfin ce mini-hâchoir de cuisine gagne ses derniers galons grâce à la sécurité pour les mioches et les maladroits mais surtout il se nettoie aussi rapidement que ses trois parties s’emboîtent.

Malheureusement ma moulinette est si vieille qu’elle n’est plus commercialisée , mais je suppute que ses petits soeurs de dernière génération doivent être aussi performantes qu’elle . Je ne peux donc que vous encourager à adopter une de ses frangines et attends votre avis dessus .La robustesse de l’électroménager semble être l’un des énormes atout chez MOULINEX vu que ma moulinette T72 est plus vieille que moi ! 
Un ustensile aussi génial moi , ça me la coupe.

Satisfaction : 9 / 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleRecettescoupe-coupe,cuisine,électrique,électro-ménager,électroménager,hachoir,moulinette,moulinex,petit,review,T 72,ustensile
Les boulasses. J’avais commencé à rédiger un article sur ma moulinette et paf, mon Mac il a trop mouliné lui aussi, l’andouille. Du coup je réécris mon intro mais je suis sûre qu’elle sera moisie comparée à l’ancienne. Il me semble que je racontais que j’étais adepte de tout ustensile...
Partager l'article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone