Sanex natur'protect déodorant pierre alun
Les pouffes ou plus généralement les femmes, sont certes toutes différentes mais comptent des ennemis communs. Parmi eux on peut citer les poils, la belle-mère relou ( facultatif ), les calories mais le plus gros et le plus coriace reste la transpiration.

Laisser ses poils de jambes en jachère 6 mois sur douze, ça peut le faire en hiver quand on ne porte que des pantalons. Mais les aisselles qui schlinguent et qui gouttent, même si les hommes en jouissent également, ne semblent gêner que la caste féminine. Après tout, un mec bronzé, superbeau et méga-velu qui luit de sueur en plein soleil, ça peut avoir son charme sur une plage en été. Transposer ce semblant de sexy-attitude sur une nénette bien gaulée déambulant en maillot de bain échancré, ça devient une horreur sans nom.

La sueur, été comme hiver, nous devons la combattre. Et trouver THE déodorant efficace pour une pouffe s’apparente alors à des recherches fouillées que menaient nos ancêtres armés jusqu’aux dents : la quête du Saint-Graal.

Et pourtant je n’ai pas l’impression de demander la Lune : ne pas avoir d’auréoles sous les bras ni faire fuir les chiens, c’est quand même le b.a-ba des promesses que l’on nous vend.

Et j’en ai testé des déos merdiques, souvent un seul à la fois.
Puis récemment j’ai décidé d’arrêter les frais avec le non-moins merdique Ushuaïa Bio à l’Hibiscus pour en acheter deux : un déo à spray ( vendu par Casino à la vanille beaucoup plus hygiénique en cas de retouche en pleine journée ) et un autre à bille : le Sanex Natur’Protect à la Pierre d’alun , objet de cet article. Je n’ai volontairement pas prêté la moindre attention aux déodorants solides qu’il s’agisse de pierre d’alun naturelle ou d’une lusherie pour la simple et bonne raison que je trouve que c’est dégueu ( oui parfois je ne suis pas logique : pour moi un déo à bille c’est le même principe que les déos en forme de pierre à se coller direct sur la peau, mais ça reste moins crado )

Sanex natur'protect déodorant pierre alun
Je ne l’ai pas choisi complètement au hasard : la pierre d’alun tout le monde en parle en bi..un ( ^^ ), et la mention «peaux sensibles» convient parfaitement à mes dessous de bras qui piiiiiiiquent quand je passe un petit coup de rasoir avant de me tartiner les aisselles. Heureusement que je n’ai que très peu de pwals à raser ( Dieu bénisse l’épilation laser ). De plus son ergonomie différait totalement des autres produits dans le rayon, ce qui m’a fortement titillé le neurone ( il a une forme étonnamment phallique non? ). C’est après avoir farfouillé dans ma mémoire de blonde que je me suis aperçue que la marque Sanex, je la connaissais pour son slogan « garde la peau saine», mais pas du tout pour ses produits que je n’ai jamais testés !

Après la découverte de ce déo surprenantmon histoire d’amour avec Sanex ne fait que commencer …

Sanex natur'protect déodorant pierre alun

La marque propose 8 produits dans sa gamme Natur’Protect. Leur particularité est qu’ ils possèdent tous de la pierre d’alun dans leur composition et sont catégorisés selon le type de peau qui fait suer ^^ Ainsi dans chacune des 4 sous-gammes, on retrouve la version spray et la version bille.

Sur le site Internet de la marque , on apprend que depuis des siècles, la pierre d’alun est utilisée pour combattre les mauvaises odeurs mais pas pour arrêter le processus naturel de transpiration. Et je dois avouer que ça me fait flipper, car si je ne pue pas tant mieux mais si c’est pour me cogner des auréoles énormes sur mes petits tops, c’est la honte…

Je suis aussi vachement contente d’apprendre que la pierre d’alun naturelle ( Potassium Alum ) se trouve dans la nature sous forme de crystal ( oui oui avec un «y» ) et qu’elle est obtenue à partir d’une roche volcanique. Comment? De quelle roche s’agit-il? Sanex ne nous en dit pas plus, mais mon ami Wiki est beaucoup plus loquace…

La pierre d’alun naturelle est extraite de gisements et au-delà des propriétés antiseptiques et astringeantes sympas pour les aisselles qui puent, son utilisation remonte à des centaines d’années, quand les Romains l’utilisaient pour fixer les pigments sur des matériaux.

Et c’est là qu’il faut faire trèèèèèès attention car dans le commerce, on retrouve deux produits bien différents vendus sous l’étiquette «pierre d’alun». A vos loupes pour scruter les emballages de ces produits car leurs compositions respectives sont loin d’être identiques :

  • La pierre naturelle d’alun extraite de mines. Sur l’étiquette, on retrouve la mention «potassium alum».
  • La pierre d’alun synthétique souvent fabriquée en Asie à partir de résidus de l’industrie chimique !!! Si vous croisez une mention «ammonium alun», vous savez donc qu’il ne s’agit pas d’un produit issu d’une roche volcanique mais d’une usine asiatique…Tout de suite ça n’a pas le même cachet hein !

Il faut également savoir que les déodorants et anti-transpirants sont fortement soupçonnés d’être à l’origine de certains cancers, notamment par la présence de parabens ( =cancer du sein ) et de chlorhydrate d’aluminium ( l’aluminium est alors soupçonné de s’introduire dans le corps via des micro-fissures particulièrement chez les femmes qui se rasent les aisselles ).

C’est bien joli tout ce blabla, mais qu’en est-il de mon Sanex à moi ?

Eh bien pour une fois, je suis absolument enchantée qu’un argument marketing soit vraiment tenu. En effet, la composition même si elle n’est pas parfaite présente l’énorme avantage d’être très courte :

– Eau
– Glycérine
 POTASSIUM ALUM : hourra !!
– Phenoxyethanol : conservateur
– Trois ou quatre trucs aux noms imprononçables qui sont certainement des conservateurs ( mais PAS des parabens ! )
– Du parfum
– Du talc

Sanex natur'protect déodorant pierre alun

Des déodorants avec des compositions aussi clean que celle-là, on aimerait en voir plus souvent, naon? Pas d’aluminium , pas de parabens et pas d’alcool,de la pierre d’alun NATURELLE, j’en connais deux qui risquent de kiffer ( pas des gens, mes aisselles )

La première fois que je l’ai utilisé, j’ai cru que les bras allaient m’en tomber : keskeussé diable que cette ergonomie chelou? Alors attends je dois dévisser la tête qui contient le produit et le couvercle ne sert à rien? Et comment que je la remets, la tête?

Sanex natur'protect déodorant pierre alun

Cette gamme de déodorants à bille a en effet la particularité d’avoir la tête en bas, ainsi l’utilisation s’en retrouve facilitée. Combien de fois ai-je agité comme une tarée des déo-billes pour que la-dite bille s’enduise de matière? Combien d’entorses de poignets risquées?
Avec mon Sanex, au moins je suis sûre de ne pas passer de longues secondes à secouer frénétiquement le bidule. Je tire sur la partie rose en effectuant simultanément une petite rotation pour la libérer du couvercle ( ne pas sortir cette phrase de son contexte SVP ), je tartine mes aisselles en un tournemain, puis je la renfonce doucement toujours en tournant légèrement pour assurer la parfaite étanchéité de l’ensemble ( bis ).

La manip prend 3 secondes pis ça a l’air compliqué quand j’explique, mais en fait c’est simple et inné. Du coup ce qui pouvait paraître purement ‘gadget’ au premier abord nous semble bien vite ingénieux : la bille glisse et tourne parfaitement puisqu’elle est continuellement humide grâce à cette ergonomie étrange , même quand il n’y a plus grand chose à l’intérieur.

Sanex natur'protect déodorant pierre alun
Du coup en un seul passage langoureux, façon nanas-des-pubs-qu’ont-les-aisselles-imberbes ( pétasses ! ), je sens que le produit, légèrement blanc, se dépose en une couche très fine. L’odeur fleurie mais néanmoins discrète, sans doute issue du parfum ajouté à la composition, est très agréable et lègère. Autrement dit, vous ne sentirez pas la mamie à dix mètres.

Mes matinées se ressemblent toutes : je me lève, je me prépare une tasse de Ricoré , je comate en buvant ma tasse, je me refais une tasse de Ricoré et je re-larve. Jusqu’à ce que je vois l’heure et qu’il ne me reste que 20 minutes pour m’apprêter. Je me lève alors d’un bond, vais procéder à quelques ablutions d’usage puis me tartine les deux dessous de bras en ne prenant pas du tout soin de laisser sécher la matière déposée.
Avec mes déos nazes, je pleurais ma mère car de vilaines auréoles de produit apparaissaient. Avec mon super-Sanex , je n’ai aucun problème de traces suspicieuses juste après application : c’est comme si mes aisselles avaient bu le déo, en bonnes soiffardes qu’elles sont.

Sanex natur'protect déodorant pierre alun

Mais le bonheur vient très certainement des résultats obtenus tout au long de la journée, et ceci qu’elle que soit son intensité.

TYPE I : Journée de glande

Essentiellement composée de matage de séries TV, puis de translations demandant un effort physique surhumain vers l’ordinateur ou au choix vers la cuisine pour s’acquitter des tâches ménagères qui font chier ( vaisselle, popotte etc..). Après 8 heures de rythme ô combien harassant, j’ai beau chercher la moindre effluve qui pue : nada, niet. Mes aisselles ne sentent rien, pas les fleurs mais encore moins la transpi, ça sent la peau propre. Hourra !

TYPE II : Journée dite «normale»

Après 8 heures de boulot pépère, quelques suées en voiture dûes à des chauffards inconscients sous une météo tempérée, toujours aucune effluve qui pue à déplorer. Souvent les automobilistes me surprennent à me sniffer les aisselles au volant, cherchant vainement la moindre odeur suspecte sous mes fringues. Donc il me prenne pour une cracra mais ils ne savent pas qu’en réalité, la transpiration a vraiment l’air d’avoir foutu le camp. Hourra !

TYPE III : Journée Jack Bauer, ou « avant la fin de la journée, c’est sûr je bute quelqu’un»

En règle générale , il vaut mieux ne pas me croiser après une journée de ce type. J’ai bossé comme une tarée toute la journée, passant d’une chaleur tropicale à l’extérieur à une climatisation polaire à l’intérieur. J’ai parfois fait ( un peu ) de sport le midi. Puis j’ai hurlé sur les automobilistes et slalomé entre un ou deux véhicules pour arriver à l’heure chez le toubib ( qui ne connaît pas la clim dans la salle d’attente ) ou au ciné ( qui ne connaît que trop bien la clim).
Je n’ose même pas vous parler des sorties inopinées dans la capitale où l’usage des transports en commun relève carrément du suicide hygiénique en période caniculaire…
Bref après tant de péripéties stressantes à souhait et un petit coup de nez sous les bras toujours très discrètement et de la manière la plus élégante qui soitje suis sous le choc : non seulement je n’ai aucune auréole ni ne ressens la moindre sensation d’infâme dégoulinement , mais je ne détecte pas la MOINDRE odeur émanant des glandes sudoripares. Un véritable exploit, je suis soufflée !

Sanex natur'protect déodorant pierre alun

A ces trois types de journée peuvent s’ajouter des soirées et nuits mouvementées. Par précaution, je prends toujours soin de me re-tartiner les aisselles avant d’envisager la moindre sortie ( en m’étant lavée avant…ou pas – rhoooo arrêtons de faire semblant , parfois ça arrive c’est tout ^^ ) et dans 99% des cas, je revêts l’un de mes magnifiques petits hauts noirs.

Vous connaissez toutes l’addition : haut noir + déo-bille = traces blanches !

Combien de soirées passées les bras collés au corps à cause d’un déo traître? Combien de chorégraphies YMCA manquées sous prétexte qu’on ne peut pas, on ne DOIT pas lever les bras en se dandinant pour ne pas faire fuir la foule en délire?

C’est justement là que mon Sanex gagne son dernier galon. Je n’ai jamais ô grand jamais déploré la moindre tachoûnette blanche sur mes hauts noirs ,qu’ils soient en coton ou en matière synthétique. Comme en plus je ne pue pas et que je n’ai pas d’auréoles, les gens pensent que je suis une princesse dont les glandes sudoripares ont été oubliées lors de l’assemblage final ( peut-être que d’autres choses ont été oubliées en fait ). Et ça me botte que les gens sachent que la seule auréole que je me trimballe est sur ma tête.

Ce qui me plaît encore plus, c’est de ne plus avoir à m’inquiéter de mes bouffées de chaleur chroniques ( merci l’Implanon ), de mes jurons en voiture, de mes sprints pour ne pas arriver en retard aux rendez-vous, et des étés caniculaires. Quoi qu’il arrive, mes aisselles sont nickels.
Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, j’ai également constaté qu’ après rasage des trois poils restant sous mes aissellesje peux me passer sans problème un coup de déo Sanex dans la foulée, sans déblatérer le guide universel des insultes, sans me mordre les lèvres de douleur ou sauter en l’air en me ventilant les dessous de bras ( parfaitement inutile je sais ). Aucun bouton non plus. Si ça, c’est pas le Saint Graal des aisselles hein !!!

Là où j’ai un gros doute, c’est que la pierre d’alun n’est pas sensée bloquer le processus naturel de transpiration. Or je ne sue plus. Donc c’est que ça bloque non? Mes interrogations futiles ont été bien vite oubliées depuis que j’ai constaté qu’une journée sans Sanex ne transforme pas mes aisselles en fontaines qui schlinguent. Autrement dit je mets du Sanex = je ne pue pas de la journée ; je ne mets pas de Sanex = je pue normalement, sans être excessive quoi.


CONCLUSION : Sanex, alunttaque des aisselles qui puent !

J’ai trouvé le Saint-Graal de mes aisselles. Comprenez bien qu’il fallait que je partage cette découverte absolument grandiose qui va changer le cours de l’ Humanité…euh surtout celui des usagers de transports en commun.

Pour moins de 3,50€ , disponible dans toutes les Moyennes et Grandes Surfaces de France et de Navarre , la marque Sanex m’a simplement é-pa-tée avec ce déodorant qui ne paye pas de mine.

Une ergonomie bien pensée pour que la bille glisse au mieuxalliée à une composition remarquable contenant de la véritable pierre d’alun et peu d’élements synthétiquesc’est déjà fort appréciable .
Quand en plus le déodorant en question est d’une redoutable efficacité sur les ODEURS , sur les AUREOLES , qu’il ne flingue pas les vêtements , qu’il ne me colle pas de boutons et qu’il ne me fait pas faire 3 triples loops piqués après rasage des aisselles , j’ai juste envie de dire Amen.

Par tous les temps et devant les situations stressantesdorénavant le seul indice révélateur de nervosité laissés à mes interlocuteursc’est le rose au joue. Ce qui est quand même franchement plus mignon que des odeurs peu ragoûtantes !

C’est bon je peux virer tous les autres déodorants à la poubelle . LUI je le garde !

PS : Je n’ose pas demander qu’on lise cet article , on risquerait de le prendre mal.

PS2 : Sauf mon ex-DRH, si tu passes par là, par pitié lis-le !

 

Satisfaction : 9,5 / 10

Edit du 8 Juin 2017

Suite à la dernière étude de l’UFC Que Choisir parue tout récemment, cet article a connu un pic de fréquentation. Et j’ai vite pigé pourquoi en le lisant. Il me semblait donc très important d’ajouter un edit à cette review qui est âgée de 3 ans…En effet, celles et ceux qui me suivent régulièrement savent que je suis passée exclusivement au déodorant miracle home-made ( dont je vous donne la recette ici – rapide, coûte trois fois rien, n’est pas un anti-transpirant et est intraitable avec les odeurs ) depuis plus d’un an. Après avoir développé un monstrueux abcès axillaire en mars 2016, j’avais soupçonné mes déodorants « du commerce » d’en être la cause. Je suis donc passée à ce déodorant miraculeux pour les aisselles qui schmoutent. Ca ne m’a pas empêchée de refaire un abcès axillaire en avril 2017, sous l’autre bras cette fois. Ce n’est donc pas le déo du commerce qui était en cause puisque je tournais au déo home-made depuis plusieurs mois. Le tort venait d’un poil qui avait poussé à l’envers ( vers l’intérieur plutôt que vers l’extérieur ). Cependant, pour rien au monde je ne reviendrai à la cosmétique industrielle pour mes dessous de bras, surtout depuis la lecture de l’étude UFC.

Je conserve néanmoins cet article car ce déodorant SANEX m’avait satisfaite à l’époque. Aujourd’hui je passe même plus devant le rayon déo des hypermarchés. Ils ne méritent même pas un regard selon moi ! Longue vie au déo home-made.

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleSur mon (divin) corpsaisselles,aluminium,alun,anti-transpirant,avis,critique,déo bille,déodorant,hygiène,Natur Protect,peaux normales,pierre d'alun,protection,review,revue,sanex,sels d'aluminium,sensibles
Les pouffes ou plus généralement les femmes, sont certes toutes différentes mais comptent des ennemis communs. Parmi eux on peut citer les poils, la belle-mère relou ( facultatif ), les calories mais le plus gros et le plus coriace reste la transpiration. Laisser ses poils de jambes en jachère 6...
Tu aimes ? Fais-en profiter les copains !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone