naked-2Les palettes URBAN DECAY et moi, c’est toute une histoire. Une histoire qui démarra il y a de nombreuses années et que je ne compte pas vous narrer aujourd’hui, ou alors en quelques mots : moi, lycéenne. Elle, rose, se pavanant en haut d’un corner de la marque chez Séphora. Je cherchais une palette de jolis fards, accessible à ma bourse d’adolescente. Je suis tombée sur elle. J’ai vidé certains de ses godets mais je la garde encore dans mes tiroirs, comme un trésor.

Devant la beauté des couleurs, la qualité des fards proposés et le design de ma petite palette, je ne pouvais que craquer. Vint ensuite la série des Book of Shadows , BOS pour les plus initiées.
Evidemment j’ai craqué : pour la première édition, guidée par l’attrait de la nouveauté ; par la troisième, pour les teintes proposées ; et récemment pour la dernière en date, la BOS 4, offerte par mes amis pour mon 27ème anniversaire. Je n’ai «raté» que la 2ème édition, de façon tout à fait volontaire, car je trouvais les couleurs trop redondantes avec la précédente palette que je possédais déjà.
Les BOS, les filles aiment ou détestent la profusion de trucs bling-bling proposés en extra : les écouteurs, mouais bof, le grand miroir avec des papillons qui se dressent, pourquoi pas, le miroir éclairé en partie caché par les buildings de New-York en carton, ça ne fait pas l’unanimité :

Mes différentes Book of Shadows ( BOS ) et la Naked I

Mes différentes Book of Shadows ( BOS ) et la Naked I

Heureusement, la marque URBAN DECAY a eu , un beau jour de 2010, la brillante idée de commercialiser une palette plus transportable, plus petite et vide de trucs inutiles. De plus les teintes étaient toutes «sobres», entendez par là qu’il n’y a ni bleu, ni vert, ni violet dans les petits godets présentés.
Cette palette, elle s’appelle NAKED et croyez-moi, ce serait vraiment dommage de ne pas la posséder, que vous soyez novice ou confirmée en make-up car elle devient très vite in-dis-pen-sable !

Naturellement, dans ma folie pouffesque, dès que j’ai entendu parler de cette palette NAKED, j’ai cru à une édition limitée sur laquelle il fallait me précipiter pour ne pas qu’elle me passe sous le nez ( car rappelons-le , toutes les éditions de Book Of Shadows sont commercialisées pendant des durées restreintes ). J’ai donc écumé 4 Séphora de la régionseule enseigne ayant l’exclusivité Urban Decay en France, et j’ai fait chou blanc. J’ai ensuite téléphoné à d’autres Séphora beaucoup plus éloignés de mon domicile et encore une fois : nada, y’a pu.

Le lendemain, j’insiste et téléphone au Séphora le plus proche de chez moi. Je leur intime l’ordre de réserver une palette NAKED dès réception au magasin. La vendeuse m’indique alors qu’elle en recevra peut-être le mercredi suivant. «Peut-être» ne fait pas parti du vocabulaire de la pouffe en quête d’un produit introuvable. J’ai donc attendu plus ou moins patiemment le jour fatidique, et dès l’ouverture du magasin, j’ai téléphoné à nouveau pour demander si mon sésame était arrivé. Il n’aura fallu qu’un seul mot pour me déclencher des vapeurs : Oui.
Oh bordel. J’ai épelé environ 42 fois mon nom pour être sûre qu’une autre pouffe ne me ferait pas un coup de pute en prenant MA palette réservée, puis j’ai foncé au Séphora sans dire au revoir à mes collègues le soir venu.

naked-7

Mes yeux et moi, c’est toute une histoire.
Une histoire d’amour en fait puisque je les trouvais déjà assez sympatoches, mais depuis que ma Maman nous a quittés, je considère que c’est un héritage génétique merveilleux qu’elle m’a laissé.

Pour les décrire sommairement, mes yeux sont verts mais par temps lumineux ou parfois juste grâce à un flash d’appareil photo très puissant, ils apparaissent bleu. Et parfois bleu-gris quand le temps est maussade. Bref mes yeux, j’aime les chouchouter et les mettre en valeur.

Quand j’entends les make-up artists crier sur tous les toits que les yeux verts ne peuvent pas porter de vert ou de bleu sur les yeux, j’ai envie de hurler. J’ai longtemps suivi ce conseil avant de décider que je m’en tapais la coquillette de leurs fichus diktats et que bordel, si j’avais envie de me peinturlurer les yeux en orange, je pouvais bien le faire sans me soucier de l’opinion du voisin.
Mais la palette dont je cause aujourd’hui s’adaptera à TOUTES les couleurs d’iris, vraiment toutes. Aucune fantaisie colorée . Ce n’est pas pour rien qu’elle s’appelle NAKED.

naked-8
Par contre détrompez-vous, qui dit «naked» ne veut pas dire «maquillage nude» avec cette palette car les teintes qu’elle propose vont de la plus claire à la plus foncée, mais jamais jusqu’à l’invisible. Même la plus claire vous servira. C’est d’ailleurs ce que je préfère avec ces 12 teintes : elles permettent de jongler entre maquillages discrets ou plus soutenus mais toujours en restant dans des tons «neutres» : seuls des beiges , marrons ,gris , noirs , cuivrés et rosés s’alignent dans leurs petits godets annotés surplombés par un miroir occupant toute la face interne du couvercle. Comme d’habitude, je ne me sers jamais de ce gadget, lui préfèrant mon grand miroir de salle de bains ou mon miroir double-face grossissant, histoire de travailler au mieux ma symétrie. Comme j’ai une paupière tombante, j’en chie pas mal d’ailleurs, avec cette pétasse de symétrie.

Bref ce sont bien 12 teintes qui s’alignent dans cette palette en velours marron. Le velours, c’est classe et tout doux. Mais malheureusement, ça se salit très vite si on n’a pas gardé le coffret d’origine en plastique.
Tiens d’ailleurs, parlons-en de ce coffret : il contenait donc la palette ( sinon c’est l’entube hein ) et une miniature d’un best-seller de Urban Decay : la Primer Potion ( faudrait que je vous en touche un mot ou mille un de ces jours ) qui n’est autre que la meilleure base à paupières que j’aie jamais testée ! Avec une lichette de ce truc-là, non seulement tes fards même les plus volatils restent bien accrochés sur ta paupière plutôt que sur tes joues, mais en plus les couleurs ne filent pas du tout dans les plis palpébraux, un exploit !

Une fois qu’on a viré à la poubelle le contenant plastique, il n’y a plus de place pour notre miniature de Primer Potion . Il faudra donc lui trouver un autre endroit…Pas cool. Heureusement c’est pas un mini-tube qui va faire râler Musclor face au bordel ambiant.

Ensuite on ouvre la palette et on découvre les 12 fards, avec un double-crayon à yeux de la gamme Glide On Eye .
Double car un côté présente une mine marron, et l’autre noire. La mine est pile poil assez grasse pour te faire un beau trait bien défini et pile poil assez large pour que le trait se voie sans toutefois faire pute.
Malheureusement, j’ai eu beau retourner mon appartement, je n’ai pas retrouvé cette merveille de crayon à double mine.

Heureusement, j’avais pris soin il y a quelques semaines d’immortaliser quelques make-up réalisés entièrement avec cette palette NAKED , dont le fameux crayon.

naked-9
Ce que toutes les make-up addicts applaudiront dans cette palette, c’est évidemment le mélange de couleurs irisés , mates (peu nombreuses ) et pailletées mais surtout l’agencement même des teintes dans la palette.

  • Tout à gauche, on retrouve trois teintes absolument parfaites pour illuminer l’arcade sourcillière et d’autres endroits stratégiques ayant besoin d’un coup de frais comme le coin interne de l’oeil. Elles portent le nom de Virgin , Sin ( ma préférée ) et Naked.
  • Au milieu, on découvre 4 teintes parfaites pour travailler la paupière mobile. Tantôt irisés ou cuivrés, ces tons s’adaptent vraiment à toutes les carnations et toutes les couleurs d’iris. Elles s’appellent Sidecar , Buck , Half Baked et Smog. Je suis bien incapable de dire laquelle je préfère aux autres, tant les quatre me ravissent. D’ailleurs vous constaterez en regardant les photos qu’elles sont toutes atteintes dans leur chair de la même manière ^-^ J’aime varier les plaisirs !
  • Enfin sur la droite, on retrouve 5 couleurs que j’adore patouiller pour creuser mon arcade et former mon petit V sur l’extérieur de la paupière. C’est LA touche indispensable pour rendre un regard torve absolument sublime : j’adore accentuer la forme légèrement en amande de mes yeux à l’aide de ces cinq teintes. Et encore plus souligner l’effet fumé et travaillé de mes paupières en blendant cette couleur dans la banane ( cette phrase restera incompréhensible pour les néophytes, lol ). Ces teintes s’appellenDark Horse , Toasted , Hustle , Creep et Gunmetal . Une fois de plus, il m’est impossible de les départager tant les effets qu’on peut obtenir avec elles sont divers mais tout aussi splendides les uns que les autres.

naked-10
Généralement, j’utilise donc 3 teintes parmi ces douze pour les maquillages les plus discrets : une pour l’arcade, l’autre pour la paupière mobile et la dernière pour la banane et le coin externe de l’oeil.
Comme je n’ai pas le temps de patouiller le matin , je fais tout au doigt ( bouuuuh pas bien ! ) et ma foi, tout tient parfaitement bien et j’arrive à travailler les textures du bout de mes phalanges. Donc si vous êtes feignasse ( comme moi ) ou n’avez pas assez confiance en vous pour vous attaquer à l’application au pinceau, ne vous inquiétez pas : cette palette NAKED vous conviendra tout à fait !

naked-5

Si par contre, vous êtes un Picasso en herbe et que vous manipulez les pinceaux aussi bien voire mieux que lui, vous allez vous faire carrément plaisir. Je ne sors JAMAIS en soirée sans m’être maquillée et comme je vous le disais en intro, j’adore que mon regard ressorte vraiment…d’où un make-up d’oeil bien prononcé peut-être trop voyant pour certaines, mais c’est mon petit plaisir à moi !

C’est dans cette particularité que tout l’intérêt de NAKED réside : on peut vraiment se concocter des make-up foncés, de bons gros smokys bien sombres, en emportant toujours la même palette sur soi. Le panard total. Je me suis éclatée sur les photos et croyez-moi il était bien dur de choisir parmi mes dizaines de clichés lesquels je pourrais vous présenter.
Comme d’habitude avec les fards UD, certains ont tendance à être plus volatils que d’autres ( comme le noir pailleté Creep ) et vous risquez de vous en coller plus sur les joues que sur les yeux si vous appliquez au pinceau. Pas glop. Dans ce cas, on est bien content de trouver notre miniature de Primer Potion . Chez UD, on pense à tout.
Si on patouille au doigt, zéro problème : tout tient bien sur la paupière. Mais je ne résiste jamais à la Primer Potion , qui évite que les fards se barrent dans les plis.

naked-2

Je ne compte pas vous faire un tutoriel de make-up. Certaines bloggeuses le font et le font beaucoup mieux que moi.

Personnellement je préfère laisser bosser mon imagination, sachant que les fausses notes sont très peu probables tant ces douze couleurs s’accordent parfaitement entre elles et permettent de magnifiques combinaisons . Une fois qu’on a chopé les bases d’un joli make-up en sachant délimiter les zones de sa paupière, franchement on ne fait plus «ce qu’on peut», on fait réellement ce qu’on VEUT avec cette palette !
C’est celle que j’utilise le plus souvent , quasiment tous les jours de la semaine, pour m’assurer un regard tout en beauté !

naked-3

Sachez enfin que la palette a également été commercialisée avec un pinceau applicateur à la place du crayon Glide on Eye à double mine, mais comme je possède déjà tout un attirail Sigma côté ustensiles, je suis bien contente d’être tombée sur la version avec le crayon !

naked-4

En conclusion, cette palette NAKED est devenue mon plus gros indispensable dans ma trousse à maquillage : son format petit mais sans chichis ( contrairement aux Book Of Shadows et leurs multiples merdouilles ) me permet de la trimballer partout sans excédent de bagages, ses couleurs tour à tour cuivrées , irisées , mates ou pailletées permettent de multiples combinaisons tout en restant dans des teintes «sobres» ( gris, beige, marron, noir, rosés ) mais en pouvant varier leurs intensités.
C’est ainsi que vous créerez sans peine de véritables maquillages «nude» assez discrets pour aller au boulot sans avoir l’air d’avoir bossé sur le trottoir la nuit précédente , ou au contraire vous pourrez forcer les traits et appuyer le regard comme jamais en utilisant les teintes plus foncées pour fondre de très beaux smokys.

smufe-3

De plus la qualité des 12 fards , leur pigmentation et leur tenue ne viennent qu’accentuer mon amour pour cette paletteSans compter la miniature de Primer Potion qui vous rendra folle de cette base à paupières et vous fera acheter le format géant , et enfin le crayon à double embout noir et marron qui glisse parfaitement sur la paupière et vient remplacer un trait d’eyeliner peut-être hésitant.

Tout ce que je peux reprocher à cette palette , c’est le velours qui l’entoure , bien trop salissant à mon goût , et le fait de se trimballer la miniature de Primer Potion à part.
Mais cet inconvénient ne vaut certainement pas une étoile en moins , tant il est minime comparé à ses multiples qualités !
Ce sont 40€ bien dépensés , ce qui peut sembler onéreux mais quand on connaît la qualité et la durée de vie de ses douze godets ( pas loin de 2 ans que je possède ma Naked et regardez donc ce qu’il me reste ! ), on ne peut simplement pas se refuser ce petit plaisir . Ce serait inhumain .

Vue du dessous

Vue du dessous

Satisfaction : 9 / 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBeautéCôté maquillagebase à paupières,crayon,exemple,fards,Glide-on Eye,irisés,make-up,maquillage,naked,Naked I,nude,pailletés,palette,primer potion,review,smokys,urban decay,yeux
Les palettes URBAN DECAY et moi, c’est toute une histoire. Une histoire qui démarra il y a de nombreuses années et que je ne compte pas vous narrer aujourd’hui, ou alors en quelques mots : moi, lycéenne. Elle, rose, se pavanant en haut d’un corner de la marque chez Séphora. Je...
Tu aimes ? Fais-en profiter les copains !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone