Lush shampooing liquide cheveux American cream

C’est officiel. Si la troisième Guerre Mondiale éclate et que de pauvres soldats affamés atterrissent sur mon palier, ils n’auront peut-être pas de quoi manger mais bordel, ils pourront se laver !
J’en ferai de bon petits soldats. Affamés certes, mais propres comme des sous neufs grâce à un stock considérable de produits Lush pour se récurer la couenne, soigner sa tignasse ou simplement pioncer dans une baignoire d’eau bouillante.

Je survis en autarcie depuis 2 ans déjà ( entendez par là que je n’ai passé aucune commande de masse sur le site britannique) et je commence enfin à voir le bout de mon saladier à lusheries. Et depuis ma découverte du fabuleux shampooing Rehab et du non moins fantastique après-shampooing Coolaulin , j’ai pris une grande décision : appliquer exclusivement des lusheries sur mes cheveux. Ils s’en portent merveilleusement bien, pourquoi changer une formule qui marche?

J’étais déjà tombée raide dingue de l’odeur de Coolaulin et malgré des résultats très convaincants obtenus en matière de brillance et de fortification , je voulais tester autre chose. Soyons fou, olé.
J’ai alors acheté en boutique le très efficace mais très puant Rafistoleur qui, non content de dauber sa mère grave, avait au moins le mérite de réparer visiblement mes pointes sèches sans alourdir mes racines. Je l’ai terminé jusqu’à racler la dernière goutte au fond du pot noir.

Je me rappelle ensuite vaguement avoir lu l’article de Psychosexy, vile tentatrice, sur l’ après-shampooing AMERICAN CREAM ( VIVE LA REVOLUTION en français ) alors que mon souvenir de lui avoir chipé quelques millilitres de ce nectar sous sa douche bordelaise est quant à lui, bien réel, gniark ! J’ai alors totalement succombé à cette odeur particulière caractéristique de l’après-shampooing ( d’ailleurs tellement originale et adulée qu’elle a ensuite été éditée en parfum solide ! ) et ce n’est qu’une fois rentrée à Paris que j’ai mis à jour ma liste de lusheries de Noël à acheter : l’après-shampooing serait Vive La Révolution ou ne serait pas.
Il me le fallait, c’est tout.

Lush shampooing america cream

Les différents formats chez LushJ’ai  opté direct pour le format moyen puisque le petit n’aurait pas suffi à me combler assez longtemps, tandis que le gros flacon aurait sans doute fini à moitié plein dans la poubelle tant la quantité à utiliser est minime quelque soit la longueur de sa tignasse ( Bon. J’avoue, depuis je l’ai racheté en format géant hihihi).

Beh oui car comme toutes les lusheries, vous trouverez non loin de la traditionnelle étiquette noire géante avec descriptif succinct en caractères blancs, la petite étiquette ronde précisant le nom et l’avatar de l’employé Lush qui a confectionné le produit ainsi que la date de péremption. Date que j’ai laaaargement dépassée d’ailleurs, mais Vive La Révolution ! se conserve plutôt bien puisque mes cheveux n’ont pas pris de teinte chelou ni ne sont tombés en poignées entières, alors que les effets bénéfiques de ce liquide blanchâtre, quant à eux perdurent, youpi !

american-2

Au-delà du dosage simplifié grâce au traditionnel flacon à clapet noir permettant de ne pas trop gaspiller, il se trouve que le liquide qu’il contient est absolument fabuleux.
Sa texture d’un blanc laiteux, plus crémeuse qu’un lait mais plus liquide qu’un après-shampooing en pot présage du meilleur puisqu’il est extrêmement aisé de s’appliquer la juste quantité de matière sur la tignasse humide.

american1-2

En effet, mon rituel capillaire est inchangé depuis plusieurs années :

  1. Sous la douche, après m’être lavée les cheveux avec le génialissime Retour Dans le Droit Chemin de la même marque et m’être essorée un minimum les cheveux pour éviter que le produit ne «glisse» sur mes tifs sans s’attarder, je répartis une noisette de Vive la Révolution au creux de chacune de mes paumes, puis je lisse de la racine vers les pointes. Ensuite je laisse poser le temps de me récurer la couenne, de rafraîchir minette et de me gommer la tronche. Le temps de m’extasier encore quelques secondes sur l’odeur démentielle du produit puis je rince et ô joie : le produit étant totalement exempt de silicones, on ne passe pas des plombes à rincer de peur de sentir une chevelure «alourdie».
  2. Dans ma baignoire, après m’être décrassée sous la douche avant de faire trempette, je badigeonne mes cheveux essorées et frottés quelques secondes dans une serviette de produit puis je fourre ma tignasse sous une charlotte de bain The Body Shop . Je m’immerge ensuite complètement dans ma baignoire et laisse poser Vive la Révolution le temps de mes ablutions. Ensuite je retire la charlotte et je rince. Encore une fois le rinçage est très rapide et très aisé, mais surtout l’odeur enivrante de l’après-shampooing est décuplée suite à ce traitement de faveur à rallonge, l’ultrakif !

american-3
Car s’il y a bien une chose qu’on retient de cet après-shampooing, c’est l’empreinte olfactive qu’il laisse sur les cheveux.
EXTATIQUE !

Sous la douche déjà, on perçoit très nettement une odeur tantôt douce tantôt sucréeà la fois capiteuse mais fraîche , une odeur selon moi exceptionnelle tant ses notes sont complexes et surtout enchanteresses.
Mais là où on sait qu’on a affaire à une lusherie géniale, c’est quelques heures après l’application, quand le souvenir de la douche est sensé avoir disparu.
En effet, les cheveux ont eu le temps de sécher naturellement et j’ai vaqué à mes occupations habituelles tout au long de la journée. Au moment de me coucherje sens encore très nettement cette odeur particulière que j’affectionne tant . Le lendemain, la senteur est toujours présente et pour mon plus grand bonheur, elle a même imprégné ma taie d’oreiller.

La seule note que j’ai clairement identifiée fut la vanille, mais pas une vulgaire vanille chimique dont Yves R. m’a écoeurée à jamais depuis mon plus jeune âge, plutôt une odeur douce et suave de gousses de vanille fraîchement cueillies . Un vrai régal !
Par la suite j’ai jeté un oeil à la composition, pour savoir quel ingrédient me faisait tant vibrer ( en gras les composés naturels ). Elle n’est pas parfaite puisque je me demande bien à quoi sert l’ajout de parfum et 63% seulement de composés naturels sur la totalité du produit est une quantité perfectible à mon goût. Par contre je note que l’eau de miel et les gousses de vanille figurent en tête de composition, et ça c’est juste top !

american-4

Ce n’est donc pas un seul ingrédient qui m’enchante mais bien un subtil mélange de mielde vanille et de fraises. Cette odeur si particulière, je pourrais la reconnaître entre mille.
Ce n’est pas pour autant qu’elle fait l’unanimité puisqu’en pleine extase sur l’odeur de mes tifs, j’ai demandé à Musclor de les sniffer pour qu’il comprenne pourquoi j’étais accro à cet après-shampooing. Celui-ci se contenta de lâcher un sympathique « ça sent le carton brûlé» qui se solda par un « tssss… d’façon t’y connais rien !» ( heureusement Musclor a plein d’autres qualités ) et qui ne changea rien à mon amour pour cette crème fabuleuse.
Bon après il faut rester objective : j’ai plusieurs fois remarqué un regraissage inhabituel de mes racines après 24 heuresmais pas de quoi s’alarmer non plus . Il a suffit que je sois plus généreuse sur mes pointes et plus radasse sur le cuir chevelu pour que tout rentre dans l’ordre.

En tout cas, il n’alourdit en rien la masse capillaire mais au contraire la rend plus aérienne et surtout plus brillante. J’ai même l’impression que Vive La Révolution sublime ma couleur et la rend plus «chaude» ( la pouffe est toujours chaude ) en intensifiant mes reflets .

Ce que j’aime encore plus, c’est que je dépasse toujours sa date de péremption ( parfois de plusieurs semaines huhuhu ! ) mais que sa texture ne change pas, et son odeur ne vire pas. En gros cet après-shampooing a vraiment tout bon !

american1

J’ai fait un rêve.
Et dans ce rêve, j’avais une tignasse aussi douce et brillante que le pelage de mes lapins.
En me réveillant, je suis tombée sur l’ American Cream de Lush.
Cet après-shampooing merveilleux réalisa mon rêve de tifs domptés.
Bon, c’est pas pour autant que je laisse tout le monde me caresser le poil hein. Juste que je me contente désormais d’acquiescer au lieu de rougir timidement lorsqu’on vient à me complimenter sur ma chevelure flamboyante. Oui mes tifs sont beaux, je sais !

Il fait parti des lusheries que je rachète les yeux fermés et que je conseille pour tout dépucelage de la marque en terme d’après-shampooing, au même titre que la Grande Mentheuse en tant que nettoyant visage ou que Retour dans le Droit Chemin comme shampooing miraculeux.
La noisette de produit nécessaire au tartinage entier de la chevelure rendra à cette dernière une brillance et un éclat trop longtemps oubliés . Mais ce qui reste à mon sens extatique , c’est cette odeur si particulière et tenace en même temps qu’elle est suave et douce . Un véritable plaisir des sens ,pour un prix modeste outre-manche mais beaucoup plus élevé dans l’ Hexagonequi reste absolument indispensable pour qui veut rester le meilleur de Lush !

Satisfaction : 10 / 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBeautéSur mes cheveuxAmerican Cream,après-shampooing,avis,critique,démêlant,fraise,hydratant,Lush,lusherie,milk-shake,odeur,réparateur,review,revue,shampooing,vanille,Vive la Révolution
C’est officiel. Si la troisième Guerre Mondiale éclate et que de pauvres soldats affamés atterrissent sur mon palier, ils n’auront peut-être pas de quoi manger mais bordel, ils pourront se laver ! J’en ferai de bon petits soldats. Affamés certes, mais propres comme des sous neufs grâce à un stock...
Tu aimes ? Fais-en profiter les copains !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone