snowshowersCette année, la Crise a fait son boulot : je n’ai pas profité du débarras Lush de Noël sur le site anglais . Une ignominie. Un véritable sacrilège pour toute pouffe qui se respecte.

Surtout que l’année précédente, j’avais failli clamser suite à une crise d’hystérie devant le plus gros paquet de pop-corn de tous les temps ( 4,3 kg quand même ) en provenance directe d’Angleterre. Il contenait quasiment autant de produits-cadeaux que de lusheries achetées : tant de trucs finalement que ma résolution de 2009 est toujours d’actualité dans la salle de bains : évincer le bordel .

Chez Lush, marque  british bobo-écolo-cosméto-anti-tests-sur-les-zanimaux, on a compris avant les autres qu’il n’y avait pas qu’une façon de se laver mais bien des dizaines : des shampooings solides sous forme de galets aux tablettes effervescentes à dissoudre pour se dilater les pores, la plus curieuse de leurs inventions reste la gelée de douche, sorte de jelly alimentaire qui bloblotte à mort. Mais qui sert à laver, sisi !

Toujours effrayée par l’applicationje n’ai jamais osé en acheter . Vache.Un truc pareil, ça doit être méchamment relou à tenir dans les doigts.
Depuis ma précédente tentative avec Sweetie Pie contenue dans un coffret que j’ai reçu en cadeau par MeilleuRAmie, je le suis beaucoup moins. J’ai chopé le truc pour faire de mes douches tremblottantes un pur moment de délassement sans devoir ramasser toutes les 3 secondes un bout de ce grmlrmrlrmb de bazar de gelée qui glisse.

J’ai donc commencé à taper dans les 100 grammes de ma petite barquette plastique transparente de SnowShowers ou Tchin-Tchin en français , édition spéciale de Noël qui se battait avec le second cadeau bloblottant du débarras ( Gold , Frankincense and Beer ).

Et pour vous donner encore plus la gelée à la bouche :

snowshowers-2

Comme mon gel douche fétiche Fée des Neiges, je pleure de devoir poireauter jusqu’à la sacrosainte période des fêtes de fin d’année pour me procurer Snowshowers pour 4,75 € en France ou 2,50€ sur le site british, une économie une fois encore non négligeable.
snowshowers-5

«L’immortelle est l’un des remèdes à base de plantes que l’on emploie depuis des siècles, entre autres pour son action embellissante sur la peau. Nous ne pouvions trouver meilleure plante à utiliser en infusion dans notre gelée de Noël blanche et pure. Mettez-la au frais comme du champagne puis frottez-vous le corps et les cheveux avec pour obtenir une belle mousse purifiante et adoucissante à l’arôme de notre parfum de fête favori – orange douce et cognac. Si vous ne pouvez pas vous en passer, achetez-en un gros morceau tremblotant tant qu’il en reste et gardez-le au congélateur pour les moments où vous aurez envie de faire la fête. »
PREMIERES REACTIONS : conserver un produit pour la douche au frais, c’est niet pour moi. Quant à se laver les tifs avec la gelée, outre la praticité proche de l’étalage uniforme d’un oeuf sur le haut du crâne, j’ai dit non après avoir essayé avec Sweetie Pie et que mes cheveux aient regraissé anormalement vite. Pour moi c’est donc l’utilisation basique : se frotter la couenne sous la douche en conservant mon pot plastoc dans la salle de bains.

La composition aurait pu être parfaite : en effet, en reconnaissant quelques produits naturels dans la liste, j’ai l’impression qu’on me décrit le gommage décapant Raz de Marée. Plus vivifiant tu meurs. 

Mais la présence de propylène glycol fortement suspecté d’être cancérigène et l’apparition d’un paraben en toute fin de compo viennent fortement ternir la présence bénéfique d’orangede fleur de sureau et de cognac. Hips.

coco-2

Même si l’utilisation des gelées de douche nécessite une préparation préalable pour que la jelly ne se viande pas dans le bac de douche,Snowshowers provoque une grave dépendance.

Pour une utilisation optimale, il faudra penser à se découper des lamelles ( méthode psychosexienne ) ou des cubes méthode karinienne ) en sortant le bloc de 100 grammes de gelée de sa boîte plastoc.
J’utilise alors une planche à découper alimentaire, un couteau et roule ma poule : la lame s’enfonce toute seule dans la matière qui bloblotte de partout, contraignant toute pouffe à virer son côté psychorigide devant la symétrie toute relative des morceaux obtenus ^^ Vous pourrez bien entendu sauter cette étape préliminaire au risque de s’user les nerfs sous la douche à déchiqueter la gelée, en en fichant la moitié dans le siphon.

La fleur de douche reste l’accessoire in-dis-pen-sable pour profiter à fond des gelées de douche. Moyennant 1€, ce digne substitut du vieux gant de toilette permet de caler son bout de Snowshowers au coeur des pétales sans risque d’en paumer la moitié et surtout SURTOUT, ce sont bien des montagnes de bulles vaporeuses que vous obtiendrez en utilisant ce moyen d’application, contrairement à la technique ancestrale du «je me lave la couenne à l’aide de mes 10 doigts».

Visuellement, Snowshowers a vraiment tout bon : la gelée est d’un blanc pur et profond rappelle une épaisseur de poudreuse que l’on pourrait trouver sur les pistes de ski, ou juste sur le perron de mon immeuble de banlieue un froid matin d’hiver 2010.

Sans conserver mon pot de gelée au réfrigérateur comme le préconise Lush dans ses recommandations, elle reste bien compacte et garde cette couleur de coton immaculé. Je déteste utiliser des produits «frais» pendant l’hiver ( on se tape déjà la chair de poule toute la journée alors sous la douche je passe mon tour ), donc mon pot reste sagement sur ma super étagère de baignoire que Lily m’envie.

snowshowers-3

Le problème en gardant la gelée à portée de main sous la douche, c’est que l’eau pénètre le pot. J’ignore toujours si le couvercle qui se clipse manque d’étanchéité ou si ma dextérité légendaire est mise en cause au moment d’attraper le morceau choisi : toujours est-il qu’après quelques semaines d’utilisations quotidiennes, la gelée mélangée à la flotte forme un amas visqueux un peu crado , rendant encore un peu plus ardue l’attrapage de gelée. Ca file entre les doigts, zouiiip.

Malgré les déboires liés à ce conditionnement et cette texture particuliers, je suis devenue totalement accro à mes bouts blancs qui tremblottent.

Tout d’abord, la férue de mousse et bulles que je suis est aux anges devant le tapis doux formé au creux de ma fleur de douche qui vient glisser parfaitement sur ma peau. Légère, aérienne et généreuse, cette mousse bien odoriférante est un pur enchantement qui donne toujours la sensation parfois trompeuse avec certains produits de bien se laver la couenne.

Ensuite et c’est sans doute la chose qui m’a faite chavirerc’est son odeur. Une explosion de senteurs complexes ravissent mes narines.

De suave et chaleureuse à l’ouverture de mon pot me rappelant parfois des senteurs de pain d’épiceselle est passée à énergisante et vitalisante les mois passant
En effet, je suppute que le cognac mélangé à l’orange donnait cette empreinte «cocoon» mais que les semaines passant, l’odeur du cognac a filé ne laissant que la vitalité et l’acidité de l’orange prendre le dessus. Dans les deux cas, l’odeur est simplement divine. Et pourtant, je déteste, je hais, je conchis les odeurs d’agrumes sous la douche. D’ordinaire, je les trouve bien trop entêtantes, souvent à m’en coller des maux de crâne du tonnerre.
Avec Snowshowers, je n’ai jamais eu à déplorer de torsion de neurones. Cette gelée m’a même donné envie de tester des produits de douche utilisant citron, orange, mangue…en somme tout ce qui pouvait me filer la gerbe avant. Un véritable exploit, je vous assure.

Avant que son odeur ne ‘tourne’, ses effluves enveloppantes me rassuraient, m’apaisaient et me promettaient une nuit pleine de doux rêves. Je vous conseille pour garder ces effets relaxants de conserver la gelée au frais , potentielle assurance de conserver les odeurs originales ( surtout celle du cognac ^^ ). Désormais son odeur a viré, mais je ne le vire pas pour autant, mon pot : de relaxante pour le soir, elle est passé à extrêmement vivifiante les matins de grosse loose pour me filer un bon coup de pied au cul un bon coup de fouet.

Des mois que je fais durer le plaisir car oui : cette gelée est carrément économique . Au même titre que mon gros flacon de Rehab capable de tenir des mois à raison d’une utilisation quotidienne, la gelée Snowshowers nécessite une quantité de produit minime pour l’extase sous la douche. Un carré d‘1 cm de côté suffit amplement à me savonner entièrement mon corps de déesse . Les 100 grammes durent ainsi des mois alors qu’on a trop souvent tendance à gaspiller les gels douche liquides que l’on dose trop généreusement.

même si ça donne pas envie, on est d'accord

même si ça donne pas envie, on est d’accord

Snowshowers gagne son dernier galon grâce à l’impression qu’il laisse sur la peau : de lisse et soyeuse sous l’eau, elle passe….à lisse et soyeuse une fois séchée. Mes gambettes souvent soiffardes après mes ablutions ne réclament pas leur pause tartouillage après avoir utilisé mon carré blanc. C’est assez rare pour être souligné.
Mais ce qui est encore plus remarquable, c’est que l’odeur reste sur ma peau ! Bon faut pas déconner, ça reste extrêmement timide. Timidounet. Vu que ma peau ne conserve jamais les odeurs habituellement, je suis ravie de pouvoir me sniffer le bras quelques minutes avant que les molécules odoriférantes ne se cassent à jamais.

HIPS HIPS HIPS, HOURRA !

Quand j’étais petite, j’avais gagné un flocon à l’Ecole du Ski. J’étais fière comme un coq jusqu’au jour où j’ai capté que c’était naze à côté des étoiles. Du coup je suis fière d’annoncer que je décerne 5 étoiles à mon Snow, que je ne pratique que sous la douche, à poil et en hiver. Je suis une warrior.

Les seuls point faibles de Snowshowers incombent à son principe même de gelée de douche : oui la gelée c’est casse-bonbons à choper , oui il faut une fleur de douche pour faire mousser la gelée et oui , un paraben dans sa compo était nécéssaire pour conserver cet aspect bloblottant dans le tempsMais elle reste de loin ma gelée préférée entre toutes pour :

  • son odeur à tomber : enveloppante, chaude mais pas entêtante, elle m’a convertie aux odeurs d’agrumes, hourra !
  • son côté économique : un petit carré ou une fine lamelle suffit largement à se savonner tout le corps. Son prix est trèèèès largement amorti.
  • son empreinte résiduelle sur la peau : elle ne déssèche pas l’épiderme et le marque d’une odeur discrète très agréable.
  • elle produit des tonnes de bulles en l’utilisant avec une fleur de douche. Love love love !
  • Elle se conserve très longtemps : 15 mois après son ouverture, je l’utilise encore. Son odeur a changé mais reste extatique.

Alors même si mon pot est plein de flotte et même si racler les morceaux devenus vraiment mollassons relève du défi , je ne peux me résoudre à jeter mon pot devenu cradingue : cette geléeje l’aime

Et vous l’aimerez aussi.
Mais uniquement en période de fêtes l’année prochaine.
Gniark gniark !

Satisfaction : 9 / 10 

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBeautéSous la douchebulles de champagne,champagne,crème,douche,gelée,gelée de douche,Lush,lusherie,review,snowshowers
Cette année, la Crise a fait son boulot : je n’ai pas profité du débarras Lush de Noël sur le site anglais . Une ignominie. Un véritable sacrilège pour toute pouffe qui se respecte. Surtout que l’année précédente, j’avais failli clamser suite à une crise d’hystérie devant le plus gros paquet...
Partager l'article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone