TBS1-2Je suis une pouffe, j’en suis certaine. Une sévère addiction aux Lusheries, le goût pour des choses jugées futiles par autrui mais indispensables par moi, les Pouffy-days et leurs swaps, le rejet d’Yves Rocher et autres marques TNP.
En bref, tout concourt à certifier mon label Lushie. Sauf que…

Sauf que mes copines pouffes inondaient le Net d’un tas de billets estampillés The Body Shop, alors que de mon côté, je n’étais même pas dépucelée. J’avais bien pénétré l’un des magasins parisiens lors du Pouffy Day v2.0 mais méfiante, n’avais acheté qu’un beurre corporel. Dix-sept euros la  came, c’était pas donné le truc.

Lors du P-Day v3.0, toujours un peu réfractaire devant la ressemblance entre TBS et Yves Rocher, j’avais poussé le vice jusqu’à acheter un coffret de produits pour l’anniversaire d’une copine, dont j’ai exigé un compte-rendu détaillé.
Ca c’est mon côté généreuse.
Pour le côté «rétablissons la vérité», j’ai surtout acheté un truc.
Le truc qui pouvait me permettre d’obtenir un Baume à lèvres à la noix de coco gratos, pour les 100 premières clientes qui rempliraient le formulaire mis à disposition dans le magasin.

Considérant que je suis une quiche en produits TBS et que le printemps est le moment propice pour répondre aux tests très intellectuels de Voici ou Public, j’ai donc décidé de vous donner mon avis sur ce produit-cadeau sous forme de questionnaire ludique. Ce qui ne signifie pas qu’il ne sera pas aussi débile que les sexo-tests de Closer 🙂

Question 1 : Pour vous « TBS» signifie

a – « Trop Beau ton Soutif !», exclamation hypocrite utilisée pour prouver son enthousiasme face à une pouffe qui essaye son 26ème soutif chez Etam Lingerie. Vous vous maudissez jusqu’à la moëlle de l’avoir accompagnée. Comme je vous comprends.

b – « The Body Shop », marque anglaise créée en 1976 par Anita Roddick, proposant à la vente des produits de beauté ‘naturels’ pour chouchouter peau, cheveux, faciès, petons et mimines. Cette enseigne ne teste pas ses créations sur les animaux et s’engouffre dans le filon des matières premières certifiées Bio ou issues du Commerce Equitable. Cependant, les produits finaux vendus ne sont pas bios du tout, et l’enseigne a été récemment mangé par le gros méchant L’oréal…Ce qui ne l’empêche pas de soutenir des associations ou causes humanitaires diverses ( lutte contre le Sida, défense des Droits de l’Homme etc…)

c – « Ta B*te est Sale » : Mandieu. Si tu es une pouffe, change de mec. Si le baseball est ta passion, toujours prendre soin de son instrument en nettoyant consciencieusement sa b*te après chaque match.

Question 2 : Quels sont les fragrances proposées en terme de baumes à lèvres chez TBS et combien coûtent-ils?

a – Pour 2 euros : Parce que je suis une pouffe fauchée, je craque pour ces mini pots de beurre parfumés à la sangria, au Sauterne et au Cognac. J’en fait d’ailleurs collection, hips.

b – Pour 7 euros, je peux choisir entre noix de coco, cerise sauvage, karité, mangue, framboise, pamplemousse et papaye. Des fruits rafraîchissants pour filles fraîches, pile comme moi.
.
c – Pour 15 euros, je ne me paye que des baumes à lèvres aux extraits de caviar, iris sauvage ou thon rouge. Because I worth it *mouvement de lèvres aérien*

TBS1-3

Question 3 : Quels sont les ingrédients de ce baume qui vous inspirent le moins ?

a – La noix de coco certifiée biologique issue du Commerce Equitable aux Samoa. Evidemment, si l’odeur très sucrée de ce fruit si particulier te répugne, cherche pas plus loin : boude le baume.

b – Tu t’en pètes, de toute façon tu ne trouves pas la composition sur le Net et tu n’entraves jamais rien aux listes d’ingrédients.

c – Tous les trucs synthétiques style émollients et colorants qui côtoient la noix de coco et le beurre de karité, et qui te font penser que TBS est encore loin d’être une enseigne bio.

Question 4 : Quel est le meilleur adjectif pour définir ce baume?

a – Réparateur : tu penses qu’un baume se doit avant tout de dégager les petites peaux mortes dûes au déssèchement des lèvres lié à leur usage abusif. Dans ce cas, ne choisis pas celui-ci : il répare que dalle.

b – Glossy : une fine couche de baume rend les lèvres brillantes, mais ne dégage pas pour autant les bouts de peau blancs. Sympa pour un effet lèvres mouillées, mais beaucoup moins si t’y a été franco avec le tartinage : les lèvres deviennent alors blanches, et si tu as le compas dans l’oeil, tu remarqueras que l’application au doigt n’est pas des plus pratiques puisqu’on s’en colle facilement à côté.

c – Frais et fruité : dès l’application, l’odeur vient te titiller les narines. Une senteur naturelle et suave de noix de coco appuie le goût subtil que le baume laisse sur les lèvres. Sans doute le gros point fort de ce baume : on se lèche les lèvres sans arrêt pour profiter de cette noix de coco légère et fraîche.

Question 5 : Que pensez-vous de la tenue de ce baume ?

a – Géniale : de toute façon, j’adore l’effet lèvres mouillées donc ça ne me dérange pas de me tartiner les lèvres toutes les quinze minutes. On est glamour ou on ne l’est pas.

b – Suffisante : de toute façon, j’aime pas que les garçons lorgnent sur mes lèvres glossy. Je suis une pouffe qui sait se tenir.

c – Nulle à chier : pour un baume sensé hydrater, quinze minutes de tenue pour un effet hydratant quasiment absent, ça pue l’arnaque plutôt que la noix.

lèvres au bout de 5 minutes...

lèvres au bout de 5 minutes…

Question 6 : Pensez-vous racheter ce baume?

a – Certainement pas, de toute façon je ne l’avais pas acheté, heureusement. Et je ne me suis pas formalisée de cette fâcheuse découverte puisque j’ai acheté d’autres produits de la marque par la suite, qui m’ont beaucoup plus satisfaite.

b – Certainement pas, même si la senteur et le goût de noix de coco sont très agréables, tu trouves l’application au doigt pas facile du tout : si t’en mets trop, c’est moche. Si t’en mets pas assez, ça se barre.

c – Certainement pas, parce que même si tu aimes l’effet glossy, tu trouves que quinze minutes de tenue, cela reste le minimum syndical. Sans parler de l’hydratation quasi absente et la fâcheuse tendance à empirer le problème des petites peaux qui deviennent trop visibles après application du baume.

TBS = Très Beau Sourire?

J’ai peur de ne plus être estampillée Pouffe® suite à ma déconvenue avec ce baume. La honte, j’ai peur d’être déclassée.
Fort heureusement, ce petit baume à la noix de coco avait l’énorme avantage d’être gratos. Et comme je ne jette jamais les cadeaux, question de principe, je n’ai pas encore bazardé le pot. Un malheur ne venant jamais seul, je lui ai découvert sa principale qualité : il est économique, il dure vraiment trop longtemps.
Ca me gonfle.
Ma principale attraction les jours où mes lèvres souffrent : je tartine, j’attends 15 minutes, je tartine, j’attends 15 minutes.
Non seulement cette technique me permet de taper allègrement dans mon pot en ayant une bonne odeur fraîche de noix de coco en permanence dans les naseaux, mais elle me permet aussi de constater que la tenue et l’hydratation ne vont pas en s’améliorant : de sèches, mes lèvres passent à…sèches.

Et sinon chez TBS, ils n’offrent que des cadeaux empoisonnés comme ça?

Pourvu qu’elles soient douces, qu’ils disaient…

Satisfaction : 1 / 10

Bonus : tous les pots de mon sac à mains de pouffe

Bonus : tous les pots de mon sac à mains de pouffe

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBeautébaume,bouche,coco,hydratant,lèvres,noix de coco,the body shop
Je suis une pouffe, j’en suis certaine. Une sévère addiction aux Lusheries, le goût pour des choses jugées futiles par autrui mais indispensables par moi, les Pouffy-days et leurs swaps, le rejet d’Yves Rocher et autres marques TNP. En bref, tout concourt à certifier mon label Lushie. Sauf que... Sauf que...
Tu aimes ? Fais-en profiter les copains !
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone