A l’époque où j’avais encore une baignoire ( ouin ) ma salle de bains ressemblait à s’y méprendre à une succursale Lush .
J’avais donc pris une grande décision : écrire beaucoup pour avoir moins de scrupules à finir mes produits et balancer mes comètes Lush entières dans la baignoire pour écumer un peu tout mon bazar.

le saladier rempli de lusheries

le saladier rempli de lusheries

les lusheries placardisées en attente d'utilisation

les lusheries placardisées en attente d’utilisation

Au milieu de tous les gloussements de pouffes en furie, dans une boutique LUSH,  je m’étais intimement promis de ne succomber qu’à l’appel de mon savon fétiche ( Fresh Farmacy ) mais comme je suis faible et accro, je me suis également aventuré près des étals à comèteset pains moussants.

Tout de suite, elle m’a attirée.
Sa forme d’abord : si elle était autrefois commercialisée sous forme de boule couleur vert d’eau, maintenant elle se la pète sous forme de grosse étoile bleue et jaune constellée de mini-paillettes dorées.

étoile0
Mais comme vous commencez à le savoir, j’aime pas les comètes : pas de mousse du tout et surtout, Lush recommande de balancer la boule entière pour un bain digne de ce nom. Alors qu’avec un pain moussant, on se délecte de 4 à 5 plaisirs mousseux avec la même tranche.
Si j’ai craqué pour cette Etoile des neiges, c’est uniquement car elle promet la même odeur que l’après-shampooing Vive la Révolution que j’achèterais au baril les yeux fermés : une senteur divine de vanille et fraise dont je ne me lasse jamais. Et qui plus est, il s’agit d’ une comète en édition limitée pour les Fêtes et que la perspective de baver pendant un an ne m’affriolait pas plus que ça.

Le topo du Lush Times

Scintillante, sensuelle et parfumée aux fraises à la crème.
« Nous sommes ravis d’annoncer le retour de l’étoile des neiges ! C’était un best seller l’année dernière malgré sa petite taille et sa discrète couleur vert pâle. Cette année, elle s’est métamorphosée pour prendre une forme d’étoile.
Cela lui va très bien. C’est vrai qu’elle scintille avec ses minuscules paillettes dorées, mais ne vous en faîtes pas, Etoile des neiges est d’un abord très subtil. Son parfum, c’est autre chose : il emplit votre salle de bains, votre maison et votre vie entière du somptueux arôme ennivrant de Vive la Révolution, façon milk-shake fraise-vanille-orange. Pour encore plus de parfum et de paillettes avant une soirée, passez-vous la barre à paillettes Shimmy Shimmy sur le corps entier. »
.
Si vous ignoriiez la définition de l’expression « en faire des caisses », ce petit topo est un parfait exemple. En plus de nous faire miroiter une odeur à tomber et des paillettes à gogo, Lush n’omet pas de rappeller qu’ il s’agit d’un best-seller et de nous rappeller qu’il a d’autres produits magiques à vendre.

La compo

Bicarbonate de soude, acide citrique (++), parfum, absolu de vanille (++ ), sauge sclarée (++ ), huile essentielle de lavande ( ++ ), résine de benjoin (++), coumarine, extrait de gardénia (++), colorant 42045 et paillettes irisées dorées.
.
La marque bobo-écolo nous propose donc une comète composée de 6 ingrédients naturels ( les ++) sur 11 au total.. Un ratio naturel/chimique de près de 50%, pas très écolo tout ça.

mes 2 exemplaires

mes 2 exemplaires

Oui, elle a de la gueule ma comète.
J’en aurais presque envie de la monter en broche pour me pavaner comme une shérifette.
Ce mélange bleu/jaune est un pur délice pour tout oeil qui viendrait s’attarder sur le design de cette comète, qu’on pourrait finalement confondre avec un pain moussant. Oui, une comète c’est normalement sphérique.
Les paillettes dorées apparaissent néanmoins en moindre quantité par rapport à la photo du Lush Times mais c’est tant mieux : je déteste les merdouilles.
Quand on la sniffe à sec, c’est orgasmique.
On retrouve bien l’odeur de l’après-shampooing cultissime : pas vraiment un milk-shake puisque chimique au nez, elle reste pourtant très agréable et promet une infusion sans pareil. Si tout mon appartement embaume ce mélange savoureux, je serais totalement conquise.

Si on est bien tentée de s’extasier devant la magnifique effervescence produite par l’étoile au contact de l’eau, on déchante vite fait : 60 secondes seulement viennent à bout de la comète entière.
A peine le temps de la placer dans le creux des reins. Scandaleux.
Alors oui, c’est beau : le bleu et le jaune se mélangent au milieu de pétarades discrètes pour former une couleur..( C’est là qu’on repère ceux qui ont zappé les cours de primaire sur le mélange des couleurs primaires ) : verte.
Un vert un peu pâlichon d’ailleurs, terne et morne.

Passées les 60 secondes, circulez : y’a pu rien à voir, même pas les paillettes que je soupçonne avoir fondu en douce. Et je ne distingue aucune mini-flaque graisseuse qui attesterait la présence de l’huile essentielle de lavande.
En gros, j’ai de l’eau colorée facilement reproductible par le jet d’une quantité infime de sirop de menthe dans 50 litres d’eau. A tester.

Le paquet de clopes en guest

Le paquet de clopes en guest

Si l’étoile sèche me promettait un voyage des sens au pays de Candy, j’ai atterri dans le bain de Mamie.
Ca sent bon, ouais. C’est discret, ouais. Mais pas assez parfumé et trop discret si on n’est pas octogénaire.
Du coup, on a du mal à faire le rapprochement avec l’après-shampooing que je kiffe tant, ce dernier embaumant dix fois plus ma salle de bain en utilisation pourtant très limitée : 2 minutes sur cheveux mouillés et hop : la senteur d’ Etoile des neiges est multipliée par dix.
Autant dire qu’il ne reste absolument rien sur la peau. J’ai fait sniffer par des narines de non-fumeur qui m’a juste dit : « je suis sensé sentir un truc là? ».
.
Heureusement que j’avais jeté mon neurone de radine aux orties en balançant l’étoile entière dans la flotte, je n’ose imaginer le résultat si ç’avait été la moitié.

De plus, quand on injecte de l’huile de lavande dans une comète, on s’attend naturellement à ce que la peau soit un minimum hydratée. L’ Etoile des Neiges fait partir en fumée ce principe cosméto : non seulement ça n’hydrate pas du tout, mais ça ne rend pas la peau sèche non plus.
Autrement dit, elle ne sert à rien côté hydratation.

Là où l’Etoile marque un point dans mon coeur de feignasse, c’est qu’ il n’y a rien à nettoyer après les ablutions . Les paillettes ont fondu donc rien au fond de la baignoire, et la teinte fadasse de l’eau ne colle pas de marques sur les parois.
Aucune trace visuelle du passage de la comète : je suis ravie.

Si la baignoire ne laisse aucune trace du passage de l’ Etoile des Neiges , il faut avouer que cette comète n’en laisse pas du tout, des traces. Nulle part.

  • Lucie loves

– L’aspect de la comète sèche, c’est vendeur.
– L’odeur de la comète sèche, c’est prometteur.
– Pas de merdouilles dans la baignoire, c’ est bonheur.

  • Lucie spits on

– La compo pas franchement écolo. Ca craint.
– L’effervescence qui ne dure que 60 secondes. C’est vain.
– La couleur de l’eau, trop discrète. Pas bien.
– L’odeur dans la salle de bains. Y a rien.
– L’hydratation et l’odeur sur ma peau : toujours rien.
– 4.95 euros pour un bain, c’est vilain !

Et comme le vendeur Lush était très observateur, il m’a gentiment refourgué en cadeau un deuxième exemplaire de ce machin : qui en veut un ?

Satisfaction : 2 / 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

LalutotaleBeautéballistic,boule de bain,comète,édition limitée,étoile,étoile des neiges,Lush,lusherie,review
A l'époque où j'avais encore une baignoire ( ouin ) ma salle de bains ressemblait à s'y méprendre à une succursale Lush . J'avais donc pris une grande décision : écrire beaucoup pour avoir moins de scrupules à finir mes produits et balancer mes comètes Lush entières dans la baignoire...
Partager l'article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone