OPI vernis paillettes extra-va-vaganza
Pendant 26 longues années, j’ai vécu un véritable, un pur drame cosmétique : j’étais allergique aux vernis.
Mes parents s’en sont aperçus bien vite lorsque, haute comme trois pommes mais déjà coquette, je me peinturlurais les ongles avec des vernis daubesques achetés au rayon Jouets. Irrémédiablement et dans la minute qui suivait, je me grattais alors les plis des coudes, des genoux et les paupières comme une tarée laissant apercevoir d’énormes plaques d’eczéma.
Vingt-six ans plus tard , je découvre la folie du stamping et des décos. Les mains n’étaient plus que de bêtes outils de travail, mais de véritables oeuvres d’art à coordonner avec ses tenues du jour ou ses humeurs. Je bavais d’envie quotidiennement devant les folies décalées de ma Psychochou préférée, coloriant tour à tour ses ongles en rose, vert, bleu ou jaune.

 

Et parallèlement, j’appris que bon nombre de marques cosmétiques avaient retiré certains produits allergènes de leurs formules . En bonne pouffe, j’ai pas pu résister, j’ai craqué.
Et si j’ai débuté avec les mini-vernis Séphora bradés 50 centimes pendant les soldes, je me suis vite penchée sur le cas des produits OPI dont les bloggeuses vantent les mérites à tout bout de page. Seulement, débourser 13 € pour un flacon de 15mL, ça ne fait pas parti de ma religion.
Consciencieusement, j’ai fouillé sur le Net et ai fini par dénicher une enseigne américaine qui ne semblait pas très connue puisque très peu critiquée par les utilisatrices. J’ai serré les fesses en cliquant sur le bouton de finalisation de la commande. Car 67 euros pour douze vernis ( 11 OPI et un ChinaGlaze ) et les frais de port à l’international compris, c’était juste une aubaine et je craignais vachement l’entourloupe quand même…

Mais 4 semaines plus tard, ils étaient bien là mes bébés, bien calés dans ma boîte à lettres. C’est fébrilement ( et c’est peu dire…en fait je braillais dans tout l’appart « hiiiiiiiiii ! aaaaaaaaah !!! ooooooh kiléboooooo» ) que j’ai déballé mon paquet bien emballé dans lequel aucun vernis n’avait pété.
Je les ai tous trouvés absolument magnifiques et je ne savais pas par lequel commencer. Pour éviter toute précipitation, je les ai rangés et ai attendu qu’une envie soudaine de me peindre les ongles me prenne aux entrailles.

C’est arrivé le lendemain. ( La patience ne fait pas partie de mes qualités)

Il faisait beau ce jour-là, et vu la rareté de la chose, j’avais envie que ça pète grave sur mes ongles. Une couleur qui dise «c’est la fête», un vernis qui dise «regardez-moi je suis heureuse» et une teinte qui dise à toutes celles qui me critiquent « OPI merde à la fin !».

Et je n’ai pas trouvé plus clinquant que le vernis qui porte carrément bien son nom : Extra-va-vaganza !

 
Ma première commande sur Mbeautylounge

Ma première commande sur Mbeautylounge

Comme c’est mon tout premier billet « vernis » sur le blog,je vous demande un peu d’indulgence sur les photos qui seront bien meilleures dans les articles suivants, promis !

En plus de la collection permanente , la marque OPI propose régulièrement des éditions limitées . On a beaucoup entendu parler de la collection Katy Perry ou encore celle des Pirates des Caraïbes.
Vous pouvez visualiser toutes les teintes sur le site français de la marque ici. Vous pourrez également y trouver toutes les adresses des revendeurs de la marque en France, car Séphora n’a pas l’exclusivité.

Le vernis Extra-va-vaganza que je vous présente aujourd’hui fait parti de la collection «Burlesque» qui propose 12 teintes très différentes. Il porte la référence HLB 05.
Les vernis de cette collection sont d’ailleurs formulés sans toluène , sans formaldéhyde ( autre nom du formol = le produit auquel je suis allergique ! ) et sans DBP ( le Di-Butyl-Phtalate ).
Par ailleurs, je ne vois aucun intérêt à vous recopier la composition et ses hiéroglyphes. C’est pas bio et c’est tout. Mais si toutefois elle vous intéresse, vous pouvez la retrouver écrite en lettres microscopiques au cul de chaque flacon OPI. Il vous suffit de soulever la petite étiquette ronde sur laquelle sont inscrites les références du vernis et hop, comme chez TBS, les hiéroglyphes apparaissent.
Le seul truc que j’ai retenu, c’est que je ne fais pas de réaction allergique qui me transforme en monstre car mon vernis ne contient pas de formol. Une véritable aubaine pour moi et ma peau sensible pourrie !
Le flacon contient 15 mL de matière, une quantité astronomique quand on sait qu’un mini-Sépho contient 5mL.
D’ailleurs j’ai envie de mettre à mal une idée reçue, comme quoi les vernis OPI coûteraient un bras. Si vous n’êtes pas trop une bille en maths, vous aurez vite fait le calcul :.

  • Un vernis Sépho de 5mL coûte 4,90€ = 14,70€ pour 15mL
  • Un vernis OPI de 15mL coûte chez Séphora 13,90€.

Voilà , par a+b , je vous ai montré qu’un OPI n’est pas cher ^^

Bon moi je l’ai payé 6$ en passant par mon mbeautylounge, environ 5€ en comptant mes frais de port. Donc je suis hors-catégorie ^^

Là, vous commencez à vous dire que je vous soûle avec tout mon baratin, mais quid de l’Extra-va-vaganza alors?

extravavaganza2

Le premier point et pas des moindres que je tenais à aborder, c’est la qualité absolument géniale du PINCEAU APPLICATEUR. Ses poils permettent en trois passages dans le sens de la longueur de recouvrir totalement l’ongle, sans surcharge ou endroit exempt de couleur. Là où je peux m’exciter deux plombes avec certains vernis Séphora trop épais et difficiles à étaler avec le mini-pinceau, avec les poils d’OPI c’est un vrai jeu d’enfant accessible aux blondes ayant deux mains gauches.
Ensuite j’avais la trouille à cause de la teinte en elle-même. En effet, Extra-va-vaganza est en réalité une laque transparente contenant des milliards de paillettes colorées. J’avais donc peur qu’il ne s’étale pas aussi facilement que ses congénères, plus classiques dans l’effet de matière.
Ma trouille s’est très vite dissipée : Extra-va-vaganza est très facile à appliquer, peut-être même encore plus que ses potes car si vous débordez légèrement sur la peau, il suffira de gratter un tantinet ce qui dépasse sans faire aucun dégât alentour. Le…pied non? 🙂
La COUVRANCE est absolument transcendante : en un seul passage, tout est uniforme. C’est beaucoup plus facile car il n’y a pas de nécéssité de «perfection» comme avec une teinte classique. Je trouve mes ongles déjà carrément superbes avec une seule couche !!
J’ai bien essayé d’en ajouter une deuxième, comme ça, en bonus, sur l’un de mes index, mais non. Ca ne sert à rien si ce n’est se rajouter inutilement une épaisseur. Le résultat est bien plus satisfaisant avec un seul passage, ce qui en fait un vernis vraiment très très économique !
Du coup je suis ravie en pensant à l’avenir : je vais certainement pouvoir m’Extra-va-vaganzer jusqu’à ma retraite !

Extravavaganza
Niveau COULEUR , vous aurez pané que c’est ultra-pailleté mais je peux préciser que ce joli bordel coloré e a bien une teinte dominante. . Extra-va-vaganza tire vers le rouille-vert . Oui ça semble un peu étrange de dire cela mais c’est pourtant comme ça que je définis la couleur de ses paillettes. Rouille et kaki. Mais le résultat est vraiment ultra-brillantissime , en témoignent mes photos à la lumière naturelle !

Un autre point important qu’il faut aborder, c’est sa TENUE .
Et bien si je vous dis que j’ai déménagé, récuré des meubles, des sols, des vitres, bousillé des dizaines de serpillières et de chiffons sans que mon vernis n’ait de gros accrocs, vous y croyez ?
Et bien je n’y croyais pas moi-même ! Mes ongles sont restés dix jours entiers sans que j’y touche, déjà parce que j’avais autre chose à faire que de me manucurer mais aussi et surtout parce que tout était dans un carton non-identifié. Par contre, je les admirais tous les jours quand j’étais au volant de mon camion pourri, habillé en routière polonaise. Il n’y avait que mes ongles qui pouvaient témoigner de ma pouffitude pendant cette dizaine de jours. Hourra.

Certes ils n’étaient pas comme au premier jour hein : il y avait quelques éclats particulièrement tout au bout de l’index et du majeur droit ( j’en déduis que ce sont ceux que j’utilise le plus souvent alors que je suis gauchère…) mais dans l’ensemble, leur brillance et leur éclat n’était absolument pas terni. Une tenue absolument exemplaire , alors que j’avais appliqué le top coat pas terrible de chez Séphora !

Le premier petit POINT NEGATIF , histoire de pinailler, c’est que si vous passez le doigt sur votre ongle, vous aurez l’impression de caresser du papier de verre. En effet, mon top coat Séphora ne parvient pas à «lisser» les paillettes pour en faire une dernière couche douce au toucher. Mais dans mon cas, cela ne s’est pas avéré gênant. C’est génial pour se gratter les oreilles par exemple. Et je suppute qu’avec un meilleur top-coat, on arrive à des sensations beaucoup moins «ponçantes».

Enfin, quand j’ai voulu retirer Extra-va-Vaganza avec ma Boîte Magique Séphora, il m’a fallu pas mal insisté. J’ai ressorti une armada de cotons pour parfaire le résultat. Il y avait bien quelques paillettes autour de mes ongles mais un lavage de mains plus tard, il n’y paraissait plus.

extravavaganza1

Pour conclure, ma première expérience OPI fut une totale réussite : au-delà de l’application-les-doigts-dans-le-nez ( même si c’est pas pratique ), je suis ravie des qualités de cet Extra-va-Vaganza :

  • Il est scintillant et ne passe absolument pas inaperçu. Il déclenchera forcément des réactions vu que personne ne peut le louper. A 50/50 ( oui Jean-Pierre ) j’ai eu droit à des « boulala c’est spécial hein » assorti de grimaces ou des exclamations du style « woaaaaa j’adooooore d’où il vient ce vernis là? »
  • Une seule couche est nécessaire pour un résultat uniforme et vraiment brillant.
  • Même avec un top-coat bouseux, la durée de la tenue est admirable : vous pouvez tenir une bonne semaine même avec des activités hors-normes. Pour info, je suis technicienne de laboratoire et je passe mon temps à manipuler. Le vernis OPI résiste, il prouve qu’il existe.
  • Il est économique : avec une seule couche et si j’ai une bonne hygiène de vie (…), on pourra sans doute finir nos jours ensemble.
  • Son rapport qualité-prix admirable . Il vaut déjà bien ses 13,90€ chez Séphora, mais les 6 $ payés outre-Atlantique me confortent encore plus dans mon argument quand on connaît sa durée de vie et surtout la qualité de sa tenue !

Si vous aimez les vernis qui claquent , les vernis qui tiennent , les vernis qui dépotent , aucune hésitation : cet Extra-va-vaganza de la collection Burlesque d’OPI est fait pour vous ! Si par contre vous préférez miser sur la sobriété et la discrétion, c’est loupé.

 Satisfaction : 8/10

Rendez-vous sur Hellocoton !

http://lalutotale.com/wp-content/uploads/2013/03/extravavaganza1.jpghttp://lalutotale.com/wp-content/uploads/2013/03/extravavaganza1-150x150.jpgLalutotaleBeautéSur mes onglesavis,burlesque,collection,critique,extra-va-vaganza,manucure,mbeautylounge,nail,nailart,nailista,nailpolish,NPA,O.P.I,ongles,OPI,pailleté,paillettes,polish,review,revue,séphora,vernis
Pendant 26 longues années, j’ai vécu un véritable, un pur drame cosmétique : j’étais allergique aux vernis. Mes parents s’en sont aperçus bien vite lorsque, haute comme trois pommes mais déjà coquette, je me peinturlurais les ongles avec des vernis daubesques achetés au rayon Jouets. Irrémédiablement et dans la minute qui...
Partager l'article :
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone